France : l’industrie gazières vise 20 % de biogaz dans la consommation en 2030 - L'EnerGeek

France : l’industrie gazières vise 20 % de biogaz dans la consommation en 2030

france industrie gazieres vise 20 biogaz dans consommation 2030 - L'Energeek

Le syndicat France Gaz a indiqué, ce 12 janvier 2022, que la France pouvait atteindre 20 % de gaz d’origine renouvelable (du biogaz) dans sa consommation gazière en 2030. C’est un doublement de l’objectif précédemment fixé par le syndicat, à l’heure où les trajectoires énergétiques nationales doivent être révisées cet été.

France Gaz espère pouvoir atteindre 20% de biogaz dans la consommation française en 2030

Le gouvernement, par la voix de sa ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher, a indiqué ce 11 janvier 2023 que la loi de « programmation quinquennale sur l’énergie et le climat » (LPEC) ne serait présentée qu’en juin 2023, au mieux.

Le lendemain, ce 12 janvier 2023, l’Association française du gaz (AFG), le syndicat français de l’industrie gazière, a profité de l’annonce de son changement de nom et d’identité (l’association se renomme France Gaz), pour appeler à relever les objectifs de production de biogaz pour 2030 dans cette LPEC.

« Dès 2030, la filière vise 20% de gaz renouvelables et bas carbone dans notre consommation nationale », soit un doublement de l’objectif actuel, a indiqué France Gaz dans un communiqué.

Symboliquement, ce pourcentage dépasse celui des importations de gaz russe en 2021, qui représentaient à l’époque 17 % de la consommation gazière française. France Gaz entend ainsi « donner un caractère renouvelable et local à une partie du gaz consommé en France au lieu de l’importer de l’étranger et d’épuiser les ressources du sous-sol ».

Vers 80 TWh de biogaz en 2030, issu pour 50 TWh de la méthanisation, dont 40 TWh de la méthanisation agricole

Jusqu’ici le syndicat visait les 10 % de biogaz dans la consommation en 2030. Mais désormais « nous sommes convaincus, nous l’industrie gazière, le monde agricole et le monde des déchets qui contribuent à cette production, que nous allons collectivement atteindre cet objectif bien avant 2030 », indique Jean-Marc Leroy, président de France Gaz.

Avec 4,3 TWh sur une consommation totale de 474 TWh, le gaz renouvelable ne représentait que 1 % du total en 2021. Mais sa production a plus que doublé en 2022, à 10 TWh, dans une année où la consommation gazière a baissé. France Gaz estime que cette tendance se poursuivra, avec une consommation aux alentours de 400 TWh à horizon 2030. Le syndicat entend parallèlement atteindre une production de 25 TWh de biogaz en 2025, et 80 TWh en 2030.

« L’essentiel viendra de la méthanisation, à hauteur de 50 TWh, dont 80% (environ 40 TWh) de méthanisation agricole », indique Jean-Marc Leroy. « Une autre partie (10 TWh) du gaz produit viendra des déchets avec de nouvelles technologies », espère le président du syndicat.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 8 Août 2018
Le groupe Ausar Energy, filiale du français Engie, a annoncé avoir signé lundi 6 août 2018 à Libreville, un protocole d'accord avec la Caisse des dépôts et consignations (CDC) du Gabon, pour la construction de huit centrales solaires hybrides d'une…
jeu 28 Jan 2016
Avec le lancement du projet R&D Airmes, l’objectif est de permettre à des drones de surveiller les réseaux de grandes entreprises comme la SNCF ou EDF. Si les travaux de l’entreprise toulousaine Eurogiciel se concrétisent, la surveillance de plusieurs infrastructures…
ven 20 Jan 2017
Le groupe Engie s'est vu attribuer jeudi 12 janvier le dernier le contrat de délégation de service public du nouveau réseau de chaleur à base de géothermie de la Plaine Rive Droite de Bordeaux Métropole. Pour la première fois en France…
lun 26 Août 2019
Hélène Peskine est Secrétaire permanente du Plan urbanisme construction architecture (PUCA), au ministère de la Transition écologique et solidaire et au ministère de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales. Alors que le G7 se termine,…

COMMENTAIRES

  • Pour se faire une idée, il faudrait avoir les flux matière et les flux d’énergie, voire les flux financier. Souvent quand on parle de biogaz ou de bioéthanol on compte souvent dans les bilans des uns et des autres plusieurs fois les intrants.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.