Casino cède GreenYellow, filiale dédiée aux énergies renouvelables

Casino cède GreenYellow, sa filiale dédiée aux énergies renouvelables

Casino cède GreenYellow, sa filiale dédiée aux énergies renouvelables

Mercredi 27 juillet, le groupe Casino a annoncé qu’il allait se séparer de l’entreprise GreenYellow. L’entreprise française est une filiale spécialisée dans les énergies renouvelables. Casino et les autres actionnaires, Tikehau Capital et Bpifrance, ont signé une promesse unilatérale d’achat avec Ardian Infrastructure. La cession concerne la participation majoritaire dans GreenYellow, et l’opération se monte à 1,4 milliard d’euros.

Le groupe Casino a décidé de réduire la voilure en ce qui concerne ses investissements secondaires. Le groupe avait investi dans les énergies renouvelables via sa filiale GreenYellow. Mais il s’en sépare désormais partiellement. Casino a annoncé la vente de sa participation majoritaire au capital de GreenYellow. Et c’est le fonds d’investissements français Ardian qui se porte acquéreur de l’entreprise.

Casino, Bpifrance et Tikehau Capital garderont toutefois des parts dans l’entreprise. “Les actionnaires de GreenYellow resteront parties prenantes à la création de valeur de la société, via un réinvestissement s’élevant à 165 millions d’euros pour le groupe Casino.” Le communiqué du groupe Casino précise que la finalisation de la vente aura lieu d’ici la fin d’année 2022.

La success story de GreenYellow

“Nous avons été séduits par la grande qualité des dirigeants de GreenYellow et de leurs équipes, et par le positionnement de la société au coeur des enjeux de la transition énergétique.” Comme le souligne le communique d’Ardian, GreenYellow est désormais un acteur stratégique sur le marché des énergies renouvelables.

Depuis son lancement en 2007, l’entreprise GreenYellow s’est fait une place sur le secteur de l’énergie solaire. Elle s’est ainsi spécialisée dans l’accompagnement d’entreprises et de collectivités locales vers la transition énergétique. Son coeur de cible ? Installer des panneaux solaires pour optimiser les surfaces et favoriser l’accès à l’énergie verte.

Preuve de la bonne santé de l’entreprise, elle a bénéficié d’un investissement de 150 millions d’euros en 2018. Cette somme provenait de Bpifrance et de Tikehau Capital. A l’heure actuelle, GreenYellow est implantée dans quinze pays. Et elle connaît d’après Ardian “une forte croissance” qui la place en position de leader sur des marchés jugés “très dynamiques”.

Ardian conforte ses investissements dans les énergies renouvelables

Le rachat de GreenYellow conforte le positionnement d’Ardian sur le segment des énergies renouvelables. “Nous sommes convaincus que les solutions de production d’énergie décentralisée et d’efficacité énergétique proposées par GreenYellow joueront un rôle essentiel dans l’atteinte des objectifs de décarbonation et de sobriété énergétique des entreprises comme des collectivités.”

Depuis 2009, le fonds d’investissements français s’intéresse aux énergies renouvelables. Ardian avait alors racheté Kallista, une entreprise tricolore spécialisée dans la production d’énergies vertes. Cette année, il accélère son développement. Et son intérêt se porte plus particulièrement sur le segment de l’énergie solaire. Plus tôt en juillet, Ardian a déjà annoncé l’acquisition d’un portefeuille photovoltaïque de 100 MW en Sardaigne. Avec GreenYellow, le groupe français affiche clairement son ambition. Il vise à développer encore ses investissements en faveur de la transition énergétique.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
Si l'actuel gouvernement polonais n'hésite pas à consacrer le charbon comme une richesse nationale, première source d'énergie du pays, ses effets indésirables sur l'environnement et la population sont aujourd'hui de plus en plus visibles. Devenu monnaie courante pour l'ensemble des…
mar 8 Sep 2020
Les chiffres du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire sont tombés ce lundi 7 septembre, et ils sont, comme attendus, décevants : les installations de « nouveaux » renouvelables en France est en baisse durant le premier semestre 2020.…
lun 4 Juil 2016
Le président Les Républicains de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, a confié sa volonté d’accueillir le prochain EPR sur son territoire. Tout en soutenant la troisième révolution industrielle de Jérémy Rifkin, il continue de faire confiance à l’atome pour répondre…
jeu 31 Mar 2016
Avec la fusion des régions, la nouvelle entité Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine rassemble des territoires très hétéroclites en matière de politique énergétique. Ainsi, s'agissant des éoliennes, on constate que l'ancienne région Champagne-Ardenne est la première de France avec 270 parcs, tandis que l'Alsace se situe…

COMMENTAIRES

  • Percée dans la séparation et le stockage d’importants volumes notamment d’hydrogène (solid-state hydrogen) en toute sécurité avec la moindre dépense énergétique (moins de 10% de la dépense énergétique fréquente actuelle)

    L’ingrédient spécial du processus est la poudre de nitrure de bore, qui est idéale pour absorber les substances car elle est très petite mais possède une grande surface d’absorption. Le nitrure de bore est produit industriellement de manière synthétique.

    Cette poudre est placée dans un broyeur à boulets – contenant de petites billes en acier inoxydable dans une chambre – avec les gaz qui doivent être séparés. Au fur et à mesure que la chambre tourne à des vitesses de plus en plus élevées, la collision des billes avec la poudre et la paroi de la chambre déclenche une réaction mécanochimique, entraînant l’absorption de gaz dans la poudre.

    Mieux, un type de gaz est toujours absorbé plus rapidement, ce qui le sépare des autres et permet de l’évacuer facilement du broyeur. On peut répéter ce processus en plusieurs étapes pour séparer les gaz souhaités un par un.

    On peut stocker les gaz dans la poudre pour le transport et les séparer en gaz.

    Le processus ne nécessite aucun produit chimique agressif et ne crée aucun sous-produit. Il ne nécessite pas de paramètres énergivores comme la haute pression ou les basses températures, offrant un moyen beaucoup moins cher et plus sûr de développer par exemples le transport à hydrogène.

    Ce processus d’absorption de gaz par broyage à boulets utilise environ 77 kilojoules pour stocker et séparer 1000 litres de gaz. C’est à peu près l’énergie nécessaire pour parcourir 320 kilomètres avec un véhicule électrique moyen. C’est plus de 90 % d’énergie en moins que la méthode de distillation cryogénique utilisée dans les raffineries de pétrole.

    Cette percée pourrait aussi améliorer la séparation oléfine-paraffine, un élément clé de l’industrie pétrochimique.

    Le procédé mécano-chimique produit des capacités d’absorption extrêmement élevées des gaz alcynes et oléfines dans le nitrure de bore (708 cm3/g pour l’acétylène (C2H2) et 1048 cm3/g pour l’éthylène (C2H4) respectivement.

    Lorsqu’il est stocké sous forme de poudre, l’hydrogène est extrêmement sûr. Pour récupérer le gaz, il suffit de chauffer la poudre sous vide.

    Ce nouveau procédé peut atteindre une capacité de stockage de gaz sans précédent, bien au-dessus de tous les matériaux poreux connus. Par exemple, ce nouveau procédé peut stocker 18 fois plus d’acétylène que l’absorption la plus élevée obtenue par les structures organométalliques, une autre approche utilisant des matériaux poreux.

    La capacité de stockage de gaz remarquablement élevée est due à la nouvelle façon dont les molécules de gaz adhèrent à la poudre pendant le processus de broyage à boulets, ce qui ne casse pas les molécules de gaz.

    Cependant, pour que ce processus puisse évoluer, il faut encore perfectionner le processus de broyage. Il y a un point idéal dans le broyage qui crée les réactions chimiques plus faibles que l’on souhaite, sans produire de réactions plus fortes qui peuvent détruire les molécules de gaz. On doit également déterminer comment obtenir le meilleur taux de stockage pour chaque matériau en fonction de l’intensité de broyage et de la pression des gaz.

    Avec le soutien de l’industrie, ce nouveau processus peut être mis à l’échelle rapidement pour fournir des solutions pratiques afin d’assurer que nous n’aurons jamais à faire face à une autre crise du gaz et accélérer la décarbonation

    https://techxplore.com/news/2022-07-breakthrough-gas-storage-fast-track-shift.html

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.