RE2020 : nouvelles normes énergétiques pour la construction - L'EnerGeek

RE2020 : nouvelles normes énergétiques pour la construction

RE2020 : nouvelles normes énergétiques pour le bâtiment

Le secteur du bâtiment devra donner un nouveau coup de vis. Barbara Pompili vient d’annoncer le détail du RE2020, les nouvelles règles de construction de bâtiments neufs. Elles entreront en vigueur dès 2021. Leur but : réduire de 30% la consommation énergétique des nouveaux bâtiments. Mais pour l’instant, elles sont loin de faire l’unanimité auprès des professionnels.

Objectif du RE2020 : -30% de consommation d’énergie

Barabara Pompili, la ministre de la transition écologique, a annoncé en début de semaine le détail du projet RE2020. Ces nouvelles normes environnementales sont destinées à encadrer le secteur du bâtiment. Elle devait entrer en vigueur en janvier 2021. Crise sanitaire oblige, elle est reportée à l’été 2021. L’objectif de cette nouvelle réglementation est double : faire baisser de 30% la consommation d’énergie des bâtiments neufs, mais aussi diminuer de 30% les émissions de gaz à effet de serre sur les chantiers.

Fronde dans le BTP qui dénonce un « risque environnemental inconsidéré »

Même objectif de sobriété énergétique au niveau des chantiers (construction et démolition). Ils seront soumis à une contrainte évolutive : faire baisser de 15% leurs émissions de GES d’ici 2024, puis 25% en 2027, pour enfin atteindre 30% à 40% en 2030 (selon les types de constructions).

Comment sera calculée l’empreinte carbone ? Barbara Pompili a présenté les éléments de l’Analyse de Cycle de Vie (ACV) dynamique simplifiée des bâtiments neufs. Le calcul prendra notamment en compte l’utilisation de matériaux bio-sourcés, notamment le bois. Et cette logique n’a pas du tout séduit les professionnels du BTP. Dans une déclaration commune, le Syndicat de la construction métallique de France, la Filière béton et le Syndicat National des Fabricants d’Isolants en Laines Minérales Manufacturées ont dénoncé une politique incohérente. “Les professionnels du secteur marquent leur opposition suite aux annonces du ministère de la Transition écologique qui, en cherchant à favoriser les matériaux bio-sourcés, s’affranchit de la rigueur scientifique, crée un risque environnemental inconsidéré et rend inutile toute réflexion sur la manière de construire intelligemment les bâtiments de demain.”

La filière gaz n’est pas non plus satisfaite

La fronde se fait également sentir du côté de la filière gaz. Les professionnels n’ont pas apprécié la décision du gouvernement de sortir progressivement du gaz pour les logements neufs. Dès l’été 2021, les maisons individuelles ne pourront plus bénéficier d’une installation au gaz. Les habitations collectives disposent d’une échéance à 2024.

L’Association Française du Gaz n’a pas hésité à faire entendre son incompréhension par la voix de Patrick Corbin, son président. Le 24 novembre dernier, il a déclaré : “Alors que le réseau de gaz naturel sera de plus en plus renouvelable à l’horizon 2050, le gouvernement fait fi des gaz renouvelables pour les logements neufs.”

La décision du gouvernement ne va pas non plus dans le sens de la logique plaidée par Thierry Trouvé. Le directeur général du réseau GRT plaide en faveur des gaz renouvelables comme une alternative au tout-électrique. Le 19 octobre dernier, il a même co-signé une tribune dans ce sens avec Jean-Jacques Guillet, le président du Syndicat Intercommunal pour le gaz et l’électricité en Île-de-France. D’après eux, la fin du gaz annonce un système énergétique “désoptimisé” qui “nécessitera d’importants investissements”. Ils précisent que “Les Français, d’abord et notamment les plus précaires d’entre eux, seront les premiers exposés à un mode de chauffage parmi les plus onéreux”.

Bâtiments à énergie positive : l’état plaide pour le solaire passif

Du côté des énergies renouvelables, le RE2020 réitère l’engagement du gouvernement en faveur des bâtiments à énergie positive. Dès 2021, toutes les constructions neuves devront répondre aux critères des bâtiments à énergie positive. Le critère principal : utiliser au moins une énergie renouvelable. Le texte de la RE2020 précise : “Il peut s’agir soit de l’utilisation de capteurs solaires thermiques pour produire de l’eau chaude, soit de poêle ou chaudière à bois, de panneaux photovoltaïques pour produire de l’électricité ou encore d’être raccordé à un réseau de chaleur alimenté par des énergies renouvelables à au moins 50%.”

La RE2020 plaide notamment en faveur de l’usage du solaire passif. Dans cette configuration, les parties vitrées installées sur une ou plusieurs façades du bâtiment captent l’énergie solaire. Son stockage sert ensuite à l’eau chaude sanitaire ou à la fourniture d’électricité. Le texte du ministère de la transition écologique admet qu’il s’agit d’un surcoût pour la construction. Mais il précise que les aides fiscales pourront compenser ce coût supplémentaire. Et un investisseur peut espérer un retour sur investissements au bout de cinq ans.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 12 Mai 2017
Alors que le catamaran français Energy Observer, autonome en énergie, propulsé à l'hydrogène et aux énergies renouvelables, se lançait de Saint-Malo le 14 avril 2017, la Norvège voit elle beaucoup plus grand en matière de transport maritime électrique. Plusieurs promoteurs…
dim 2 Oct 2016
Vendredi 30 septembre, la présidente de la COP21, Ségolène Royal, et le président du conseil européen, Donald Tusk, ont annoncé que les Vingt-Huit Etats membres de l’Union européenne avaient l’intention de ratifier l’accord de Paris, qui devrait s'appliquer avant le…
ven 25 Sep 2020
Une étude, publiée ce jeudi 24 septembre 2020, montre que le rétrofit, c'est-à-dire le fait d'équiper une voiture thermique d'une motorisation électrique, produit moins d'émission de gaz à effet de serre (GES) que l'achat d'un modèle électrique neuf. De quoi…
mar 7 Mar 2017
Encouragés par la loi de transition énergétique, les travaux de rénovation permettent d'améliorer l'efficacité énergétique de votre logement, de réaliser des économies sur votre facture, de vivre dans un environnement plus sein et plus confortable et d'augmenter logiquement la valeur…

COMMENTAIRES

  • Monsieur Patrick Corbin pourrait il mettre des chiffres sur le ”gaz renouvelable”, consommation annuelle de ce gaz, quel % et combien de TWh cela représente t’il ? L’électricité renouvelable sera de beaucoup moins émettrice de CO2. Je suis prêts pour faire un comparatif en public….

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.