Bélarus : mise en activité du premier réacteur nucléaire du pays - L'EnerGeek

Bélarus : mise en activité du premier réacteur nucléaire du pays

belarus mise activite premier reacteur nucleaire - L'Energeek

Ce mardi 2 novembre 2020, le Bélarus a mis en activité l’un des deux réacteurs de sa première centrale nucléaire, à Ostrovets, dans le Nord-Ouest du pays. Piloté par l’agence nucléaire russe Rosatom, cette centrale inquiète fortement les voisins baltes du Bélarus, la Lituanie et la Lettonie.

Démarrage du premier réacteur nucléaire de la centrale d’Ostrovets, au Bélarus

« À 12h03, le turbo-générateur du premier réacteur de la centrale nucléaire bélarusse a été inclus dans le système électrique unifié du pays », s’est réjoui, ce mardi 2 novembre 2020,  le ministère de l’Energie du Bélarus, cette ex-république soviétique (encore souvent appelée, en France, “Biélorussie”, le nom que lui avait imposé Staline).

Le Bélarus a ainsi mis en activité un des deux réacteurs de 1 200 MW de sa première centrale nucléaire, à Ostrovets, dans le Nord-Ouest du pays. Construite par l’agence nucléaire russe Rosatom, cette centrale sera mise en service, après de nouveaux essais, au premier trimestre 2021.

Elle devrait couvrir un tiers des besoins en électricité de ce pays de 9,5 millions d’habitants. Le Bélarus traverse actuellement sa plus grande crise sociale et politique depuis son retour à l’indépendance en 1991 : le pays est secoué de manifestations contestant la réélection, le 9 août 2020, du président Alexandre Loukachenko, malgré une forte répression policière.

Inquiétudes baltes

« Le projet AES-2006, sur la base duquel la centrale nucléaire bélarusse a été construite, est l’un des plus prometteurs et des plus demandés sur le marché nucléaire international », a pointé un responsable de Rosatom, Andreï Petrov. Le réacteur mis en activité est un équipement dit « de troisième génération », il s’agit du premier de ce type à fonctionner hors des frontières russes.

Rosatom a également largement communiqué sur la « la fiabilité et l’efficacité des technologies nucléaires russes », et notamment sur la sûreté des deux réacteurs installés, capables selon l’agence russe de résister aux catastrophes naturelles, et disposant de technologies pour limiter les rejets de produits radioactifs en cas d’ « accidents hypothétiques ».

Cette communication vise à rassurer la population du Bélarus, encore traumatisée par les dangers du nucléaire, un quart du pays ayant été directement irradié par la catastrophe de Tchernobyl, en 1986. Elle s’adresse  aussi aux voisins baltes du Bélarus, la Lituanie et la Lettonie, qui ont fait part de leur inquiétude depuis le début du projet.

La centrale d’Ostrovets est en effet situé à 40 kilomètres de la capitale de la Lituanie, Vilnus. Le gouvernement lituanien affirme qu’elle ne répond pas aux normes de sécurité. Le ministre lituanien de l’Énergie, Zygimantas Vaiciunas, a ainsi déclaré ce mardi que la centrale était une « menace pour la sécurité nationale et les citoyens » du pays.

Les autorités lituanienne ont d’ailleurs déjà mis en place des plans d’action en cas d’incident : elles ont notamment distribué aux riverains des cachets d’iode et ont signalé des routes d’évacuation. La Lituanie et la Lettonie ont par ailleurs interdit l’importation de l’électricité produite par la centrale d’Ostrovets.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 10 Mai 2013
La Tunisie prévoit d'installer un réacteur nucléaire pour 2020, afin de répondre à ses besoins en électricité. En effet, la Tunisie a besoin de 6.000 MW d'électricité par jour, mais n'en produit actuellement que la moitié : le pays souffre…
lun 3 Fév 2014
Mardi 25 janvier, la Pologne a officiellement adopté son programme national d’énergie nucléaire. Il va fixer les conditions réglementaires et technologiques préalables à la construction des deux premières centrales nucléaires polonaises. Varsovie mise sur l’atome pour sortir de sa dépendance…
mar 28 Fév 2017
Le 1er février, la Députée Barbara Romagnan présentait son rapport sur la faisabilité technique et financière du démantèlement des installations nucléaires. Quelques jours plus tard, le 22 février, la commission du développement durable de l’Assemblée Nationale auditionnait cette fois le…
ven 18 Jan 2013
Le calendrier de chantier de l’EPR de Flamanville sera respecté. L’électricien a indiqué que le risque d’une augmentation des délais de livraison était désormais « infiniment faible », à l’occasion d’une visite sur le site du directeur de la production d’EDF, Hervé…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.