Hydrogène vert : la start-up française Lhyfe lève 8 millions d'euros

Hydrogène vert : la start-up française Lhyfe lève 8 millions d’euros

hydrogene vert start-up lhyfe 8 millions euros - L'Energeek

La start-up vendéenne Lhyfe, qui veut industrialiser la production d’hydrogène vert en France, vient d’annoncer une levée de fonds de 8 millions d’euros, ce jeudi 16 janvier 2020. Cette somme va lui permettre d’ouvrir sa première usine, adossée au parc éolien de Bouin, en Vendée.

Lhyfe : 11 millions d’euros pour développer des usines d’hydrogène vert

La filière industrielle de l’hydrogène vert poursuit sa structuration en France : l’un de ses acteurs innovants, la start-up Lhyfe, fondée en 2017 en Vendée par Matthieu Guesné, annonce, ce jeudi 16 janvier 2020, une levée de fonds de 8 millions d’euros. Ce tour de table réunit de partenaires publics et privés : Noria, le Syndicat d’Energie de Vendée (SyDEV) et sa SEM Vendée Energie, Ovive (Groupe Les Saules), Ouest Croissance et Océan Participations.

Nous avons été très sollicités par les fonds d’investissement et nous avons choisi des partenaires financiers qui pourraient nous apporter des conseils sur le plan industriel, financier et énergétique” précise Matthieu Guesné. 

A cette somme s’ajoutent 3 millions d’euros en aides et avances remboursables de la Communauté de Communes de Challans-Gois, de la Région Pays-de-la-Loire et de BpiFrance. En tout, la start-up dispose donc de 11 millions d’euros pour industrialiser sa solution de production d’hydrogène vert. Les collectivités locales ont logiquement salué la levée de fonds, notamment Lucie Etonno, conseillère régionale EELV de Pays-de-la-Loire.

La jeune pousse entend ainsi adosser ses usines à des centrales renouvelables, notamment éoliennes. “Nous misons sur le court-circuit en proposant des solutions évolutives. Dès que le besoin augmentera, nous rajouterons des briques pour produire davantage. Il y a des parcs dans de nombreuses régions, nous ne serons pas freinés de ce côté-là” détaille Matthieu Guesné.

Lhyfe a par ailleurs développé des technologies permettant de s’adapter à l’intermittence de ces énergies : au contraire de la production d’hydrogène à partir d’hydrocarbure, qui est totalement pilotable, l’hydrogène vert doit être produit en complément d’une production d’électricité. « Cela implique le choix de matériels, tels les compresseurs, adaptés mais aussi un pilotage innovant. Ce n’est plus l’homme qui pilote l’usine mais l’énergie qui l’alimente », détaille Matthieu Guesné.

Une première usine adossée au parc éolien de Bouin en Vendée, de grandes ambitions dans l’éolien offshore

Cette levée de fonds va permettre à Lhyfe de construire sa première usine d’hydrogène vert, reliée au parc éolien de Bouin, en Vendée. Elle sera mise en service en 2021 et produira, au départ, environ 300 kilos d’hydrogène par jour, mais vise une montée en puissance jusqu’à plusieurs tonnes quoitidiennes. Ce parc étant situé en littoral, il permettra également à l’usine de proposer un procédé comprenant le dessalement et la purification d’eau de mer : la production d’hydrogène vert à partir d’eau rejète en effet une grande quantité d’oxygène, qui peut contribuer à « la réoxygénation des océans ».

La start-up entend par ailleurs profiter de la grande synergie entre cette solution technologique et les parcs éoliens en mer : Lhyfe ambitionne l’ouverture d’une première plateforme productrice d’hydrogène dès 2025.

L’hydrogène vert est une solution désormais largement soutenue par les gouvernements et les industriels. Ses débouchés les plus évidents sont le stockage pilotable de l’énergie et le secteur des transports (trains, bus, demain camions et bateaux).

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 8 Juin 2016
Dans le cadre de sa participation au parlement de l'environnement organisé au Kenya à la fin du mois de mai, la ministre de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer, Ségolène Royal, a lancé officiellement le premier club énergies renouvelables…
mar 17 Mar 2015
Conquête de l'espace et travaux d'innovation dans le domaine énergétique sont plus liés qu'on ne pourrait le croire de prime abord. Après l'idée d'une centrale à glace carbonique anglaise comme source d'énergie pour coloniser la planète mars, c'est au tour des…
lun 7 Juil 2014
L'EPIA, l'association européenne de l’industrie photovoltaïque, a publié lundi 2 juin un rapport centré sur les perspectives du secteur solaire mondial pour les 4 prochaines années. L'occasion pour cet organisme de dresser un bilan des nouvelles installations de 2013. Après une…
lun 23 Jan 2017
Présentées à l'occasion de son assemblée annuelle organisée ce weekend à Abou Dhabi, les conclusions de l'Irena sur les efforts menés actuellement pour lutter contre le réchauffement climatique n'ont rien d'encourageant. Selon l'Agence internationale, le niveau des investissements dans les…

COMMENTAIRES

  • L’hydrogène renouvelable à 27 euros le MWh d’ici 2030, vous avez dit cher le stockage ?!

    On va manquer d’éoliennes !

    Un nouveau rapport du Conseil de l’hydrogène prévoit que le coût de la production d’hydrogène renouvelable va chuter de manière drastique, jusqu’à 60 %, au cours de la prochaine décennie, dans certains cas même par rapport à l’option conventionnelle, en raison de la baisse des coûts de production d’électricité renouvelable et de l’augmentation de la fabrication d’électrolyseurs.

    L’hydrogène vert peut être produit par électrolyse à partir de n’importe quelle source d’énergie à faible coût.

    La compétitivité des coûts de l’hydrogène est plus proche qu’on ne le pensait auparavant et la mise à l’échelle des technologies de l’hydrogène existantes permettra d’ici 2030 d’offrir des solutions compétitives à faible teneur en carbone dans un large éventail d’applications. Cependant, pour atteindre cette échelle, il faut des investissements, un alignement des politiques et la création d’une demande.

    “Sur la base des données relatives aux coûts réels de l’industrie, l’analyse montre qu’un certain nombre de solutions d’hydrogène peuvent devenir compétitives dès 2030”, déclare Bernd Heid, associé principal chez McKinsey & Company. “Sur les 35 cas d’utilisation analysés, l’hydrogène à l’échelle peut être la solution à faible teneur en carbone la moins chère dans 22 cas d’utilisation – comme dans l’industrie sidérurgique et le chauffage des bâtiments existants. Et il peut battre les solutions fossiles à l’échelle dans 9 cas d’utilisation – par exemple dans les transports lourds et les trains”.

    Selon le rapport, pour que l’hydrogène renouvelable produit par électrolyse soit compétitif, il faudra déployer une capacité d’électrolyse totale de 70 GW.

    Dans une analyse précédente, Wood Mackenzie avait également identifié 2030 comme l’année où l’hydrogène vert, produit principalement par électrolyse solaire, atteindrait la parité des coûts. Selon le cabinet de conseil, l’hydrogène renouvelable pourrait atteindre la parité en Australie, en Allemagne et au Japon d’ici 2030, sur la base de 30 $US/MWh d’électricité renouvelable et de 50 % d’heures d’utilisation des électrolyseurs.

    “2020 marque le début d’une nouvelle ère pour l’énergie : à mesure que le potentiel de l’hydrogène à faire partie de notre système énergétique mondial se concrétise, nous pouvons nous attendre à une réduction des émissions et à une amélioration de la sécurité et de la flexibilité. Cela annonce la décennie de l’hydrogène”, a déclaré Benoît Potier, président-directeur général d’Air Liquide et coprésident du Conseil de l’hydrogène. “Un avenir énergétique propre avec l’hydrogène est plus proche que nous ne le pensons, car l’industrie a travaillé dur pour relever les principaux défis technologiques”.

    https://www.pv-magazine.com/2020/01/28/green-hydrogen-costs-projected-to-decrease-by-up-to-60-by-2030/

    .

    Répondre
  • (suite) C’est plus que 27 euros/MWh en moyenne en fait mais c’est nettement mieux que les projections d’il y a à peine 5 ans et effectivement souvent compétitif comparé à la production conventionnelle où le prix notamment du C02 est à intégrer par exemple dans la pyrolyse du méthane dont l’exploitation globale est émissive (forages etc)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.