20 ans après les tempêtes de 1999, le réseau électrique a augmenté sa résilience

20 ans après les tempêtes de 1999, le réseau électrique a augmenté sa résilience

tempetes 1999 reseau electrique resilience - L'Energeek

Voici 20 ans, les 26 et 27 décembre 1999, deux tempêtes dévastaient la France : 3,7 millions de foyers se retrouvaient privés d’électricité. Cette expérience a permis au réseau électrique français de gagner en résilience. Aujourd’hui, face à des événements climatiques équivalents, les conséquences sur la fourniture d’électricité seraient minimisées.

Repenser la résistance du réseau face aux événements climatiques extrêmes

Les 26 et 27 décembre 1999, les tempêtes Lothar et Martin se sont abattues sur la France. Le bilan a été lourd : 92 morts, des dégâts matériels considérables, 3,7 millions de foyers privés d’électricité. Cet événement a permis aux gestionnaires du réseau électrique français (RTE et Enedis) de repenser leur rapport à des événements climatiques extrêmes.

Premier effet (indirect) de ces deux tempêtes : elles ont amené Météo France à se remettre en question, et à revoir ses techniques de prévisions et son seuil d’alerte. Les évolutions technologiques ont fait le reste (les calculateurs de Météo France sont aujourd’hui 100 000 fois plus puissants que ceux de 1999), si bien que les tempêtes et leurs conséquences sur les équipements électriques sont connues avec beaucoup plus de précision et d’avance que voici 20 ans.

Les diagnostics maisons des gestionnaires du réseau permettent ainsi d’identifier, 48 heures à l’avance, les point critiques sur lesquelles les équipes doivent agir en priorité. Au point de leur permettre de se mettre en branle parfois avant la tempête.

Brigades d’intervention rapide électricité et enfouissement des lignes

Au-delà, les épisodes de 1999 ont prouvé la nécessité de disposer, justement, d’équipes entraînées pour agir rapidement dans des conditions extrêmes. Début 2000, EDF décide ainsi de créer les Fire (Formations d’intervention rapide électricité) : « Ce sont des équipes spécialisées, très mobiles et entraînées pour de tels événements. Elles sont mobilisables 24h sur 24 », expose Robin Devogelaere, directeur de la communication d’Enedis.

Ces Fire représentent aujourd’hui 2 500 salariés sur les 38 000 d’Enedis. Elles disposent par ailleurs d’un équipement ad hoc : kits tempête, kit neige, kits inondation, kit canicule. Ce sont ces équipes qui ont permis un rétablissement rapide du courant lors des deux tempêtes du 21 et 22 décembre 2019.

Autre effet des tempêtes de 1999 : elles ont conduit les gestionnaires du réseau a accélérer l’enfouissement de leurs lignes. Entre 2000 et 2003, des travaux conséquents ont été réalisé dans ce but. Aujourd’hui 52% des 1,4 millions de kilomètres du réseau électrique sont enterrés. Et la majorité des nouvelles lignes sont désormais enfouies.

Rétablir le courant à distance

Plus récemment, Enedis a également construit une trentaine de « tours de contrôle » du réseau électrique moyenne et basse tension. Elles permettent de rétablir l’électricité à distance, en cas de coupure, en utilisant de véritables « itinéraires bis » pour l’électricité. « Lors de la tempête Fabien du week-end dernier, on a parlé d’environ 100.000 foyers privés d’électricité. Ce qui n’est pas dit, c’est que 200.000 autres foyers coupés ont retrouvé l’électricité en quelques minutes grâce à l’un de ses aiguillages », expose Enedis.

Meilleures prévisions, enfouissement des lignes, équipes d’urgence mieux préparées, possibilité de rétablir le courant à distance pour les foyers indirectement touchés : ces quatre piliers permettent au réseau électrique de mieux résister aux événements naturels et climatiques hors norme. Dans une période où les effets du changement climatique risquent de se faire sentir avec de plus en plus d’acuité, cette résilience du réseau électrique est un atout de poids.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 30 Nov 2018
La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a confirmé, jeudi 29 novembre 2018, la réforme de l'Accès régulé à l'énergie nucléaire historique (ARENH). D'après ses chiffres, les concurrents d’EDF n’ont jamais autant commandé d’électricité issue du nucléaire. Parallèlement, une augmentation…
mar 15 Juil 2014
Dans le but d'améliorer la qualité du service d'approvisionnement, le groupe EDF a expérimenté récemment à Pietrosella en Corse du Sud, des drones destinés à remplacer les hélicoptères dans les opérations de surveillance et de maintenance du réseau électrique. Équipés de caméras…
jeu 11 Oct 2018
A l'instar des principaux opérateurs énergétiques français, le groupe EDF considère le transport comme un axe de développement majeur, et s'évertue depuis plusieurs années déjà à déployer un réseau de bornes de recharge à la fois dense et interopérable. Désireux…
jeu 2 Août 2018
Quatre ans après le partage de ses activités avec Veolia, la nouvelle version de Dalkia poursuit sa stratégie. La filiale exclusive du fournisseur d'électricité EDF, spécialisée dans les services énergétiques, développe sa présence sur la scène internationale. En effet, mercredi…

COMMENTAIRES

  • Il y a beaucoup à faire au niveau des réseaux français et européen mais çà vaut rapidement le coût. Une meilleure planification et gestion de l’ensemble de ces réseaux c’est beaucoup d’économies et plus de sécurité.

    Pas encore assez anticipé : L’intérêt d’optimiser les réseaux (au plan français Enedis/RTE et GrtGaz et européen Entso-e et Entso-g) :

    – électrique

    – gaz renouvelables (toutes sources dont biogaz, biométhane(s), power to gaz, hydrogène, gazéification, dont gazéification hydrothermale : eaux usées + eaux pluviales = 1/3 de la consommation de gaz, pyrolyse, syngaz, gaz de sites d’enfouissement, de mines, gaz de synthèse solaires et autres etc).

    Pour mémoire la vitesse de circulation du gaz est de l’ordre de 40 km/h et on dispose de nombreux et importants sites de stockage avec plus de 2 mois de capacités (Allemagne 6 mois)

    – réseaux de chaleur (sauf conversion la chaleur circule avec des pertes sur longues distances donc valable au plan local uniquement et à forte densité et si possible basse température et 5e génération dont principalement avec solaire thermique dont CSP)

    On peut intégrer jusqu’à 20% d’hydrogène dans des réseaux gaz avec des améliorations modérées mais il faut y penser à l’avance.

    Approche valable aussi au plan européen

    https://www.institutmontaigne.org/publications/transition-energetique-faisons-jouer-nos-reseaux

    .

    Répondre
  • Le réseau doit être maillé jusqu’au niveau le plus bas, seule l’individualité des extrémité peuvent n’avoir qu’un seul accès au réseau.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.