RTE prévoit d’investir 33 milliards d’euros pour le réseau électrique

RTE prévoit d’investir 33 milliards d’euros pour le réseau électrique

Le 17 septembre 2019, le Réseau de transport d’électricité (RTE) a publié sa stratégie à l’horizon 2035, avec le « Schéma Décennal de Développement du Réseau ». Selon cette feuille de route, 33 milliards d’euros seront nécessaires afin d’investir et moderniser le réseau, tout en le raccordant aux énergies décentralisées.

Un réseau en pleine restructuration 

Le réseau électrique va évoluer avec le plan stratégique présenté par RTE le 17 septembre 2019. En 2035, la production d’électricité sera très différente d’aujourd’hui avec notamment un basculement progressif de l’énergie nucléaire vers les énergies renouvelables. Le gouvernement d’Edouard Philippe a repoussé l’objectif d’un mix électrique assuré à 50 % par le nucléaire en 2035 (au lieu de 2025 initialement prévu), et du même coup, la fermeture de quatorze réacteurs nucléaires. Ainsi, progressivement, les énergies renouvelables prendront le relai, laissant au réseau le temps de s’adapter. Interrogé sur cette transformation par Hedwige Chevrillon lors de BFM Business, François Brottes, explique : « Il ne faut pas voir le réseau comme un squelette, mais plutôt comme un athlète du haut niveau qui passe du triathlon au décathlon ». Autrement dit, le passage d’une source d’énergie à l’autre va nécessiter des adaptations.

Au total, RTE prévoit une enveloppe de 33 milliards d’euros pour adapter le réseau. L’objectif est simple : « adapter le réseau aux orientations de la future Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) et à l’évolution des mix énergétiques des pays voisins, tout en s’appuyant au maximum sur les lignes existantes ». Mais concrètement, pas moins de 7 milliards serviront uniquement au raccordement des parcs éoliens en mer. Par ailleurs, la synthèse de RTE signale que « le développement de l’autoconsommation n’a pas, en tant que tel, d’influence sur les perspectives d’évolution du réseau de transport ».

Un réseau électrique optimisé par RTE

Alors que le coût de l’énergie est devenu un sujet de tensions sociales, les consommateurs anticipent une hausse de la facture d’électricité au cours des prochaines années. Et comme l’explique entre autres Christophe Bonnery, le coût de l’évolution des infrastructures de transport et de distribution d’électricité ne doit pas être sous-estimé. En effet, à en croire le Schéma Décennal de Développement du Réseau il faudrait prévoir « 2 milliards d’€ par an dans la prochaine décennie contre 1,3 milliard d’€ aujourd’hui ».

Toutefois, le président du directoire de RTE nuance en comparant les situations française et allemande. Dans cette perspective, François Brottes montre que ces investissements restent relativement limités : « Nous estimons le coût de notre projet à 21 milliards d’euros sur dix ans, quand les Allemands prévoient 60 milliards ». Et pour cause, en se privant de l’atout nucléaire, l’Allemagne a considérablement compliqué sa transition énergétique. Néanmoins, la situation n’est pas simple en France ; c’est pourquoi, RTE assure : « le SDDR est optimisé afin de limiter l’augmentation des besoins d’investissements tout en permettant l’atteinte des objectifs de la PPE ». Le document a été présenté ce 18 septembre 2019 à la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 20 Déc 2018
Les institutions européennes dessinent les contours du futur marché de l’électricité. Le principal élément de ce dernier acte du paquet énergie est la décision de ne pas interdire les tarifs réglementés jusqu’en 2025, contrairement à la volonté initiale de la…
ven 24 Mar 2017
Alors que la concurrence sur le marché de l'électricité et du gaz pour les particuliers progresse petit à petit depuis la fin des monopoles en 2007, le groupe Engie aurait durant plusieurs années contourné les nouvelles règles en vigueur, profitant…
jeu 23 Mar 2017
Mises à contribution pour garantir notre approvisionnement en électricité lors des arrêts de certains réacteurs nucléaires, les centrales thermiques ont vu leur production fortement augmenter au mois de février, en comparaison à la même période de l'année précédente. Selon le…
mar 8 Jan 2019
Privée de plusieurs réacteurs nucléaires, la Belgique a connu une année 2018 compliquée. D'après les chiffres publiés par le gestionnaire du réseau électrique belge le 7 janvier 2019, le plat pays a importé plus d’un cinquième de ses besoins en…

COMMENTAIRES

  • En bref, une transition on ne sait vers quoi (puisque, actuellement, les émissions sont déjà très faibles) pour des coûts encore indéterminés. On est en plein amateurisme qui peut, à la fin, coûter cher aux contribuables !.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.