Les tarifs du gaz vont baisser de 6,8 % le 1er juillet

Les tarifs réglementés du gaz vont baisser de 6,8 % le 1er juillet

Bonne nouvelle pour les consommateurs de gaz naturel : les tarifs réglementés vont baisser sensiblement à partir du 1er juillet 2019. La Commission de régulation de l’énergie a fait savoir ce mercredi 26 juin 2019 que la baisse serait de 6,8 %. Cette nouvelle positive pour le portefeuille des ménages montre que les tarifs réglementés ne sont pas toujours voués à augmenter. Les cours mondiaux ont une vraie incidence sur le prix payé par les consommateurs français. Explications…

Les cours mondiaux tirent les tarifs réglementés du gaz vers le bas 

Lorsque le journal Les Echos annonçait une baisse des tarifs réglementés du gaz de 6,7 %, les rares réactions des consommateurs étaient empreintes de scepticisme. Il aura fallu attendre la confirmation de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) pour que la promesse se transforme en réalité, encore plus positive puisque finalement la baisse est de 6,8 %. Au total, 4,3 millions de ménages sous contrat avec Engie vont donc bénéficier de cette évolution à partir du 1er juillet.

Si la baisse est aussi importante, c’est en raison de la diminution de 14,4 % des coûts d’approvisionnement. Des coûts eux-mêmes en baisse grâce à la diminution des prix du gaz naturel sur les marchés mondiaux. Le coût du gaz (et de l’électricité) dépend en effet de la conjecture internationale sur laquelle ni le gouvernement, ni la CRE n’a de contrôle. Les consommateurs devront toutefois veiller à profiter de cette baisse, car les tarifs pourraient bien repartir à la hausse dès cet hiver.

Des tarifs réglementés bientôt abandonnés

L’évolution des tarifs réglementés constitue une petite saga dans laquelle seules les hausses restent imprimées dans les esprits. Une saga qui devrait prendre définitivement fin le 30 juin 2023, date à laquelle la vente de gaz aux tarifs réglementés sera interdite en France. Le Conseil d’Etat a en effet jugé que ces tarifs étaient contraires au droit européen. Une disparition programmée dans la loi énergie-climat actuellement discutée au Parlement.

En 2023, tous les consommateurs de gaz devront donc trouver un autre type de contrat, voire changer de fournisseur. Un pas dans l’inconnu qui fait peur à de nombreux utilisateurs qui restent rassurés par le système des tarifs réglementés. Aussi, l’UFC que Choisir, met en garde : “le démarchage téléphonique et à domicile va redoubler, les commerciaux d’Engie, d’Eni, les moutons noirs du démarchage à domicile, mais aussi d’autres fournisseurs vont prétendre que le tarif réglementé du gaz disparaît, qu’il faut changer de toute urgence. Surtout, ne vous laissez pas impressionner” !

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
Présentées le 30 novembre dernier, les propositions législatives contenues dans le "paquet hiver" de la Commission européenne doivent constituer le socle de sa politique énergétique et climatique pour les années 2020-2030. Si les ENR et l'efficacité énergétique figurent bien dans les nouvelles orientations européennes, ONG…
jeu 14 Sep 2017
En pleine course à la transition énergétique, les laboratoires sont nombreux à s’intéresser à la mise au point d’une technique pour fabriquer du pétrole synthétique. La formule magique n’est pas encore au point mais on sait déjà qu’elle vaudrait de…
mer 13 Juin 2018
L’éventualité d’une poursuite d’activité « sous conditions » des dernières centrales à charbon françaises, comme évoquée en janvier dernier par Nicolas Hulot, semble se confirmer. Selon les propos tenus par la secrétaire d’Etat Brune Poirson devant le sénat mardi 12…
mar 19 Fév 2019
Avec l'approche du Brexit, les acteurs de l'économie britannique bouillonnent. La perspective d’une sortie de l’Union européenne sans accord mobilise beaucoup d’énergie, en raison des conséquences très concrètes qui se feraient sentir dès le 31 mars 2019. L’alimentation ou les…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.