Notre réseau électrique n'est pas à l'abri d’une éruption solaire

Notre réseau électrique n’est pas à l’abri d’une éruption solaire

La 234e assemblée de la société astronomique américaine qui s’est tenue le 8 juin 2019 à Saint-Louis aurait pu passer complètement inaperçue, mais les conclusions des scientifiques réunis à cette occasion dans la ville de Saint-Louis ont été remarquées. En effet, notre soleil pourrait être le théâtre d’une super éruption stellaire alors que la communauté scientifique s’accordait jusque-là pour dire que seules les jeunes étoiles pouvaient en être victimes. Une éventualité qui mettrait à rude épreuve les réseaux électriques à travers le monde…

L’éruption solaire : une menace réelle

Les réseaux ne sont pas sans faille. Les virus développés dans le cadre des cyber-guerres peuvent créer de graves problèmes, une session de travail sur cette problématique sera d’ailleurs organiséee le 20 juin 2019, lors de la semaine européenne de l’énergie durable. Cependant, il existe aussi un phénomène naturel dont les conséquences pourraient bien être tout aussi dramatiques pour notre réseau électrique : la super éruption interstellaire. Depuis longtemps l’homme sait que le soleil connaît de fréquents épisodes éruptifs. Seulement, jusqu’à présent, on pensait que des éruptions de très grande puissance ne pouvaient survenir sur de jeunes étoiles.

Or, notre soleil est âgé d’environ 4,6 milliards d’années. Un âge vénérable qui le protégeait donc d’un tel événement. Désormais, une étude réalisée par télescope montre que des super éruptions stellaires peuvent également toucher des étoiles plus âgées. La probabilité d’un tel événement est très faible ; qui plus est, le dernier en date s’est produit il y a 1 000 ans et a « fait peu de dégâts », indique Yuta Notsu, le responsable de l’étude.

Des réseaux électriques gravement impactés

La probabilité est faible, mais les conséquences sur notre planète aujourd’hui relèveraient d’un scénario catastrophe. Les dernières éruptions solaires importantes ont eu un impact fort notable au Québec, aux Etats-Unis et en Europe. En 2009, le réseau électrique québécois n’a plus fonctionné pendant une dizaine d’heures. En 2017, le réseau téléphonique américain et européen a connu de sérieux dysfonctionnements à la suite d’une éruption solaire. Ces deux cas limités dans le temps et l’espace pourraient n’être que les prémices d’une coupure totale et prolongée des réseaux en cas de super éruption solaire.

Entre le système d’éclairage public, Internet, le GPS et tous les autres domaines du quotidien pour lesquels l’électricité est devenue indispensable, une éruption solaire d’ampleur pourrait tout simplement stopper l’activité économique. Les estimations pour revenir à la normale varient grandement, mais sont toutes d’accord pour évaluer les dégâts à plusieurs trillions de dollars. Des dégâts qui ne seraient entièrement réparés qu’en une décennie. Un chaos prolongé qui aurait de lourdes conséquences sur la vie des hommes. Si les probabilités d’un tel épisode sont faibles, il n’existe malheureusement aucun moyen de s’en prévenir.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 18 Avr 2017
Si notre approvisionnement énergétique constitue aujourd'hui un des principaux sujets de préoccupation en pleine campagne présidentielle, l'énergie est aussi et surtout un des premiers postes de dépenses pour une majorité de ménages en France, qui n'hésitent plus désormais à sacrifier…
ven 17 Mai 2019
La Cour des comptes, dans son rapport sur l’exécution du Budget 2018, revient sur le dispositif du chèque énergie. Le document des sages de la rue Cambon, publié le 15 mai 2019, indique qu'environ un quart des bénéficiaires n’a pas…
jeu 24 Fév 2022
Le marché de la voiture électrique est en plein boom. Les ventes mondiales en 2021 se sont portées à 5,6 M d’unités, dépassant de plus de 2 M le record de l’année précédente. La question du mode de recharge devient par conséquent…
ven 9 Fév 2018
Si près de 60% des foyers en France sont toujours équipés de systèmes de chauffage thermiques (au fioul, au gaz ou au bois), les Français seraient pourtant largement favorables à un mix énergétique plus vert pour leur approvisionnement en chaleur.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.