Prix de l'électricité : le gouvernement favorise la concurrence ?

Prix de l’électricité : le gouvernement favorise la concurrence ?

Depuis le 1er juin 2019, les Français paient leur électricité 5,9 % plus cher. La porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye est montée au créneau le lendemain afin de rappeler que cette hausse n’est pas le fait de l’exécutif, mais qu’elle procède bien des règles de calcul des prix de l’électricité. Un mode de calcul qui sera justement révisé par le gouvernement avec le projet de loi énergie climat ; ce qui ne devrait toutefois pas éviter une nouvelle augmentation de l’ordre d’1 % en août prochain.

Le gouvernement ne pouvait pas empêcher la hausse…

Chahuté en raison de la hausse des tarifs de l’électricité de près de 6 %, le gouvernement a tenu à rappeler qu’il n’était pas à l’origine d’une augmentation aujourd’hui contestée devant la justice par les associations de consommateurs UFC-Que Choisir et CLCV. A l’occasion de l’émission Le Grand Rendez-Vous, diffusée dimanche, Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement, a rappelé que « ce n’est pas le gouvernement qui est à l’origine de cette hausse », avant d’ajouter : « lorsqu’un gouvernement précédemment a décidé de s’opposer à cette hausse, il a été systématiquement retoqué par le Conseil d’Etat – on l’a expérimenté dans le quinquennat précédent en 2014 ».

Le gouvernement est en somme contraint de suivre les recommandations de la Commission de régulation de l’énergie (CRE). La hausse de 5,9 % attendue depuis plusieurs mois a donc finalement été mise en place ce 1er juin, et la grogne des consommateurs risque de s’instensifier. En effet, à la hausse de 85 euros annuel en moyenne, devrait s’ajouter un nouveau 1% supplémentaire à compter du mois d’août. Une hausse qui ne « serait pas souhaitable » selon Emmanuelle Wargon, la secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire. Pourtant, assure-t-elle, « l’État ne pouvait pas empêcher cette hausse » du prix de l’électricité. De son côté, l’économiste Jacques Percebois signale pourtant « qu’en 10 ans, la part des taxes dans l’électricité est passée de 18% à 34%  ».  Aussi, le député Julien Aubert résume : « + 40% de facture dû aux ENR en 10 ans et désormais + 6% pour que les concurrents d’EDF puissent survivre face au TRV ».

… Mais veut revoir le mode de calcul du prix de l’électricité

Pour Sibeth Ndiaye, le « mode de calcul (est) extrêmement compliqué », et « tient compte des cours mondiaux de l’énergie ». Interrogé sur BFM le 3 juin 2019, le ministre de la Transition écologique et solidaire a indiqué qu’une révision de la formule de calcul était prévue dans le projet de loi Énergie Climat, qui sera examiné cet été. En effet, l’article 8 du projet de loi cherche à « éviter toute distorsion du signal pouvant conduire à des effets d’aubaine défavorables pour la collectivité ». Seulement, si la « fenêtre de tir » semble toute tracée, le calendrier, aussi resserré soit-il, ne devrait pas empêcher une seconde hausse d’environ 1 %, le 1er août prochain. C’est pourquoi, François de Rugy invite les Français à « faire jouer la concurrence » ; un message qui est loin de faire l’unanimité et qui a suscité l’incompréhension de plusieurs internautes ! Ainsi, le président de la Fevad, François Momboisse s’étonne : « le Ministère de l’écologie encourage les Français à quitter EDF, société détenue par l’Etat..! ».

Le prix de l’électricité tend à augmenter et le président de la CRE, Jean-Louis Carenco en a expliqué ce samedi les raisons : « Je comprends bien la difficulté, 5,9 % ça reste 85 euros par an, 7 euros par mois, c’est beaucoup (…) mais ça me semble un tarif qui permet de préserver les 3 choses que je poursuis : sécurité, qualité et prix à moyen et long terme ». La hausse des prix au niveau mondiale n’est pas étrangère à ce mouvement. En effet, la hausse du prix de l’énergie sur les marchés internationaux représente 3,3 % sur les 5,9 % d’augmentation des tarifs. « Sur l’année 2018, l’énergie dans le monde a augmenté considérablement. Elle est passée à 61 euros (par mégawattheure – MWh) en décembre alors qu’elle avait été jusqu’à 25 euros » explique encore le président de la CRE. Jean-Louis Carenco se félicite du système français « dans lequel les coupures sont extrêmement rares ». Enfin, au sujet de la concurrence dans le domaine de l’électricité, il estime que la baisse des prix n’est pas l’objectif au contraire de « l’innovation ».

Reste la question des taxes ! Sur ce sujet, Laurent Neumman a rappelé à François de Rugy que l’électricité était un bien de première nécessité, et qu’il pouvait parfaitement appliquer un taux de TVA réduit à 5,5%. Pas si simple à en croire l’intéressé. Il est vrai que grâce à une électricité nucléaire peu chère, les Français bénéficient d’une  électricité 20% moins chère que nos voisins européens, mais l’Etat récupère aussi une partie des dividendes de la rente nucléaire. A titre d’exemple, une baisse de la TVA sur l’électricité équivaudrait, selon François de Rugy, à une perte de 1,5 à 2 milliards d’euros pour le budget de l’Etat…

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 11 Jan 2018
En déplacement dans les départements du Val d’Oise et de l’Eure vendredi 5 janvier 2018, Sébastien Lecornu, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, a détaillé le dispositif du chèque énergie qui remplacera les tarifs sociaux…
mer 27 Mar 2019
Lyon se prépare à accueillir, en mai 2019, le Symposium International du Véhicule Electrique. La ville a été choisie, devançant Oslo, pour le dynamisme de l'électromobilité en France. Mais qu'en est-il réellement ? Le gouvernement français et l'ADEME se mobilisent…
mar 23 Août 2016
La septième édition des Trophées des Associations, organisée par la Fondation EDF, a débuté le 22 août dernier. L’objectif de cette initiative est de mobiliser le tissu associatif français sur trois grandes thématiques : la santé et la prévention des comportements à…
ven 7 Déc 2018
Juste avant la présentation de la nouvelle PPE par le gouvernement français, l'Agence Internationale de l'Energie (AIE) a publié son rapport annuel sur le développement du marché mondial de l'énergie. Dans ce document, l'agence a notamment souligné la forte croissance…

COMMENTAIRES

  • Et pourtant il y a déjà autour de 53 % d’énergies renouvelables en Allemagne, leur transition n’a commencé en pratique que vers 2006, leurs taxes (dont plusieurs n’ont rien à voir les renouvelables : retraites, sécurité sociale, taxes communales, efficacité énergétique, TVA etc dont une marge moyenne élevée de 22,4% pour les multiples fournisseurs d’énergie) augmentent actuellement moins vite que chez nous, une part de plus en plus importante de subventions arrivent à terme dès 2020 puis ensuite, leur efficacité énergétique étant meilleure ils ont des factures globales comparativement moins élevées et les prix TTC se renversent déjà au Portugal et Danemark (Eurostat)

    Donc attention de ne pas avoir une vision au “jour le jour” mais “moyen terme”.

    https://www.energy-charts.de/energy_pie.htm?year=2019&month=6

    .

    Répondre
  • Ecoligo (Allemagne) :

    – étudie, installe, assure la maintenance et finance entièrement via notamment le financement participatif les installations solaires dans les pays en voie de développement ce qui permet des gains notamment aux entreprises, hôpitaux, commerces, fermes agricoles etc comparé à l’électricité locale et ce sans pollution.

    – l’installation étant entièrement gratuite il se finance sur la vente d’électricité sur une durée déterminée au delà de laquelle l’installation revient aux propriétaire de l’immeuble etc

    Ce type d’entreprises existe déjà et s’est amplement déployé dans les pays développés, enregistrant d’importantes hausses sur les marchés financiers (Solarcity, Sunrun etc)

    L’apport complémentaire est le financement participatif. Coupler le solaire avec des volants d’inertie en béton type Energiestro à 2 centimes le kWh pour 3 semaines de décharge totale et plus d’1 million de cycles serait encore mieux !

    https://ecoligo.com/

    .

    Répondre
  • Matter :

    Plateforme spécialisée dans les investissements durables qui permet d’accélérer la sortie des actifs dans le charbon, pétrole et gaz puisque certaines banques ne le font pas assez rapidement.

    On constate en effet que des sicav classées en France “écologie” ou “énergies renouvelables” comptent parfois malgré tout un % d’actifs “gaz” qui pourrait être moindre (c’est par exemple le cas de la sicav “Energies Renouvelables” de la Banque Palatine si on s’amuse à faire le décompte par entreprises et qui est pourtant à part çà complètement en dehors des énergies fossiles)

    La plateforme Matter, dont les analyses sont faîtes par Skandia, permet aux utilisateurs, entreprises et consommateurs, de suivre les aspects financiers tels que le retour sur investissement et leur épargne totale, ainsi que l’impact positif que leur épargne et investissements sur l’environnement.

    Elle se déploie actuellement au Danemark mais vise d’autres pays.

    Ce sont des outils simples et faciles à intégrer notamment chez les courtiers internet de comptes-titres, d’assurance-vie etc et çà peut avoir un impact rapide sur le retrait des financements effectués sur les énergies fossiles donc le climat.

    https://www.matterpension.com/blog/

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.