La centrale hydroélectrique de La Coche sera opérationnelle dès 2019

La centrale hydroélectrique de La Coche sera opérationnelle dès 2019

La-Coche EDF hydroelectricite

Les travaux de modernisation de la centrale hydroélectrique de La Coche, en Savoie, entrent dans leur dernière ligne droite. Le 25 janvier 2019, la roue Pelton a été livrée à la centrale pour installation. Une fois entrée en fonctionnement, elle fera de La Coche le groupe de production de type « Pelton » le plus puissant de France…

La centrale hydroélectrique souterraine de La Coche a été inaugurée en 1976. Dès le départ, la centrale hydroélectrique de La Coche a représenté un défi technique pour EDF. La raison : elle est équipée de quatre turbines réversibles. Ainsi, la station est reliée à deux lacs : la cuvette de La Coche en amont, et le barrage d’Aigueblanche en aval. L’eau de la cuvette de La Coche passe dans les turbines pour produire de l’électricité avant d’être rejetée en aval. Ce réservoir d’eau est notamment alimenté par la fonte des neiges et des glaces de la Tarentaise, afin de tirer le meilleur parti de la situation géographique de la centrale.

Pendant les périodes creuses, l’eau en aval est pompée pour être remontée grâce à la réversibilité des turbines. La centrale hydroélectrique peut donc stocker l’énergie pour faire face aux pics de consommation électrique de la région. En effet, l’installation est une Step, pour station de pompage et de transfert d’énergie.

Une turbine Pelton pour augmenter la puissance de 20%

Depuis 2015, EDF a entrepris un vaste chantier de rénovation pour améliorer son rendement. Le coeur de ce projet consiste à installer une roue Pelton pour augmenter la capacité de production de la centrale. Elle permettra d’augmenter la production hydroélectrique car elle est particulièrement adaptée aux chutes dites “hautes”, supérieures à 400 m. La station de La Coche fait 900 m. Même avec un faible débit d’eau, elle assurera un rendement de 90%.

Avec ses 240 MW, il s’agit de la plus puissante roue Pelton jamais installée dans une centrale française. L’installation de la turbine Pelton et les travaux de rénovation du reste de la station hydroélectrique vont augmenter la production annuelle d’environ 100 GWh, selon les estimations d’EDF. Ce qui représenterait une progression de 20% par rapport à la puissance actuelle.

EDF prévoit une mise en service fin 2019

En juin 2018, le chantier a passé un cap crucial avec la finalisation du montage des pièces du collecteur. C’est cette structure qui sert à distribuer l’eau vers les cinq injecteurs. Ces derniers serviront à entraîner le mouvement de la turbine Pelton. Fin 2018, EDF a aussi terminé de construire la conduite d’alimentation en eau qui raccorde la centrale. Cette conduite, composée de 32 tronçons, a demandé un mois de travail rien que pour les opérations de soudage, les traitements thermiques ainsi que les contrôles.

Le vendredi 25 janvier 2019, la station hydroélectrique de La Coche, à Aigueblanche (Alpes), a réceptionné sa future roue Pelton. Avec ses 16 tonnes d’acier et son imposant diamètre de 3,70 m, cette nouvelle turbine électromagnétique sera la clé de voûte de la centrale rénovée.

Dès la fin d’année 2019, la station hydroélectrique pourra couvrir les besoins électriques de 40 000 habitants supplémentaires. Au global, la centrale de La Coche fournira désormais l’électricité à 270 000 habitants de la région.

Quels investissements hydroélectriques pour EDF ?

EDF a dû consentir à de gros investissements pour rénover la station hydroélectrique de La Coche. La nouvelle turbine Pelton coûte à elle seule 150 millions d’euros. De plus, elle devra être remplacée tous les quatre ans. L’investissement pour convertir La Coche en station hydroélectrique Pelton est cependant intéressant pour EDF car sa concession est garantie jusqu’en 2050. Mais ce n’est pas le cas pour les autres stations hydroélectriques françaises.

Depuis 2005, l’Union Européenne fait pression sur le gouvernement français pour ouvrir le marché hydroélectrique à la concurrence. De quoi inquiéter EDF. L’énergéticien français, en charge du parc hydraulique tricolore, dépense chaque année environ 400 millions d’euros pour son entretien. Sur les 400 installations hydrauliques actuellement gérées par EDF, 150 ont une concession qui arrive à échéance d’ici 2025.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 5 Avr 2013
Selon un rapport d’étape présenté à l’Assemblée Nationale, mercredi 3 avril, l’ouverture des barrages à la concurrence pourrait nuire au mix énergétique et au pouvoir d’achat des consommateurs français, qui ont contribué aux financements de ces installations. Le gouvernement actuel…
mar 24 Jan 2017
Organisé la semaine dernière en marge du traditionnel forum économique de Davos, le Conseil de l'hydrogène a regroupé plusieurs grands groupes internationaux de l'énergie et du transport désireux de mettre l'accent sur les atouts de l'hydrogène comme énergie d'avenir propre…
sam 19 Déc 2015
Le Congrès américain vient de voter une extension au crédit d’impôt dédié au solaire et à l’éolien lors du compromis budgétaire pour 2016. Une mesure qui devrait permettre aux Etats-Unis de réduire de 32% des émissions de gaz à effet…
lun 12 Déc 2016
Près d'un mois après l'élection du républicain Donald Trump, nombreux sont ceux qui s'interrogent sur les intentions réelles du futur Président des Etats-Unis et sur les suites qu'il entend donner à l'engagement climatique du pays. Loin d'être rassurante, la nomination du climato-sceptique Scott Pruitt…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.