Enel veut être le leader de la transition énergétique en Italie

Enel veut être le leader de la transition énergétique en Italie

Enel transition énergétique accord de paris

Enel a dévoilé ce mardi 20 novembre 2018 à Milan, son plan stratégique pour la période 2019-2021. Au-delà des perspectives financières positives, l’annonce d’investissements massifs dans les énergies renouvelables a retenu l’attention. En 2021, Enel veut devenir le leader de la transition énergétique. Pour cela, il prévoit de générer 62 % de son énergie avec zéro émission carbone. Cela passe par des investissements et un désengagement progressif de filières polluantes…

Des perspectives financières positives 

Le groupe Enel a de grandes ambitions. Le géant italien de l’énergie l’a confirmé hier, avec la présentation de son plan stratégique 2019-2021. Selon ses prévisions, le bénéfice brut devrait augmenter de 6% chaque année entre 2019 et 2021. Il devrait ainsi atteindre 17,4 milliards d’euros dès 2019, soit 200 millions d’euros de plus que selon les dernières estimations. 70% du résultat net ordinaire devrait être distribué sous forme de dividendes. Une excellente nouvelle pour le principal actionnaire d’Enel qui n’est autre que l’Etat italien. En difficulté sur la question budgétaire, le gouvernement verrait d’un bon œil l’arrivée de millions d’euros distribués par Enel.

Outre l’aspect financier, c’est la trajectoire industrielle d’Enel sur laquelle a insisté le groupe. L’objectif affiché est de « maximiser les opportunités créées par la transition énergétique, tout en réduisant au minimum les risques associés aux facteurs non prévisibles ». Concrètement, cela passe par une augmentation de 12% des investissements, avec une répartition comme suit : 42 % des investissements bruts dédiés aux énergies renouvelables et 40% pour les réseaux. Aujourd’hui, 48% de l’énergie produite par Enel est décarbonée. Les investissements massifs dans les énergies renouvelables doivent faire passer ce chiffre à 62% en 2021.

L’Italie engagée dans l’Accord de Paris

Francesco Starace, le patron d’Enel, affirme être « prêt à être le leader de la transition énergétique ». C’est pourquoi, « la stratégie d’Enel est aujourd’hui entièrement construite sur le développement durable ». En effet, Enel entend produire plus d’énergie tout en se séparant d’unités de production polluantes. Au total donc, 7 000 MW de capacités thermiques, peu en phase avec les objectifs de l’Accord de Paris, ne seront plus exploités par le groupe. Parallèlement, 11 600 MW supplémentaires seront mis en place au cours des trois prochaines années, avec des énergies vertes. La firme se met ainsi au diapason de la politique énergétique impulsée à Rome. Signataire de l’Accord de Paris, l’Italie est engagée de longue date dans la lutte contre le réchauffement climatique. Dès 2014, elle avait par exemple décidé de fermer la centrale à charbon la plus polluante du pays.

Par ailleurs, la cession de la centrale russe Reftinskaya illustre cette volonté de produire de manière plus écoresponsable. Néanmoins, Francesco Starace va reporter l’opération de quelques mois afin de régler tous les détails. Selon lui, la cession devrait être effective en « janvier-février (2019), et non en décembre 2018 ». Toutefois, à en croire l’industriel, « ce n’est pas un problème » pour Enel, qui dispose d’une feuille de route est claire et particulièrement ambitieuse. A l’avenir d’ailleurs, l’entreprise devrait effectivement plutôt se tourner vers « les pays où il a une présence intégrée, comme en Italie, Espagne, Chili et Brésil ».

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 28 Jan 2014
En plus des toitures arrachées, des voitures retournées, des poteaux électriques déracinés, le cyclone Bejisa qui a ravagé l’île de La Réunion entre le 2 et le 3 janvier (faisant un mort et 16 blessés) a endommagé un prototype de…
mar 19 Jan 2016
L'ancien ministre délégué à l'Industrie, Christian Pierret, actuellement président du think-tank Vista, revient sur le succès de la COP21. Selon lui, pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique, il est temps d’arrêter d’opposer les énergies renouvelables et l’industrie du nucléaire.…
mer 11 Mai 2016
La société française de dépollution Serpol a lancé la première unité autonome de traitement des pollutions qui fonctionne grâce aux énergies renouvelables. Baptisé Hybréau, ce dispositif permet le traitement des nappes phréatiques souillées par des produits denses dans un environnement…
mar 17 Mar 2015
Largement utilisé cette année encore pour la production d'électricité hivernale en région PACA, le niveau du lac de Serre-Ponçon a baissé de manière significative, imposant à l'exploitant un remplissage d'ici le mois de juillet prochain. Une remontée aussi bien indispensable…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.