Le recyclage des panneaux solaires, un marché à saisir

Le recyclage des panneaux solaires, un marché à saisir

recyclage-panneaux-solaires

A l’instar des éoliennes de première génération, les premiers panneaux solaires à avoir été installés en France vont rapidement arriver en fin de vie. Et alors que le renouvellement du parc photovoltaïque français est sur le point de commencer, la filière du recyclage des panneaux solaires commence à se mettre en place : Veolia vient tout juste d’inaugurer la première usine française de recyclage des panneaux solaires à Rousset dans les Bouches-du-Rhône.

La fin de vie programmée des panneaux solaires

D’après Engie, la durée de vie d’un panneau solaire est supérieure à vingt ans. Les fabricants garantissent la pleine puissance du panneau pendant vingt ans ; passé ce délai, le panneau peut perdre de sa puissance initiale, et elle peut tomber à 80% après 25 ans. Or, en France, la première vague d’installation de panneaux solaires sur le territoire date du début des années 2000. Dix-huit ans plus tard, la fin de vie de ces panneaux solaires de première génération approche.

Dans un premier temps, ces panneaux ne seront pas nombreux : avant 2005, le nombre de panneaux solaires installés chaque année en France était anecdotique. En revanche, le nombre de panneaux solaires en fin de vie devrait exploser dans les années à venir du fait du boom des panneaux solaires entre 2005 et 2010 : la France était alors passée de 3 MW de puissance photovoltaïque installée en 2005 à 878 MW en 2010. En 2017, la collecte de panneaux solaires usagers en France a déjà atteint les 700 tonnes. D’après l’organisation PV Cycle, elle devrait atteindre les 1 600 tonnes pour l’année 2018, puis passer le seuil des 30 000 tonnes d’ici dix ans.

Quels matériaux recycle-t-on dans un panneau solaire ?

L’un des gros avantages de la technologie photovoltaïque, c’est que la composition des panneaux solaires est largement favorable au recyclage. Presque tous les matériaux qui composent un panneau solaire peuvent être recyclés une fois qu’ils ont été triés. Le principal matériau de fabrication d’un panneau solaire est le verre : il représente en moyenne 75% de sa composition. Or le verre est entièrement recyclable. La cellule photovoltaïque du panneau est également un élément recyclable. Cette cellule, qui permet de produite de l’électricité, est le plus souvent réalisée à base de silicium, un matériau qu’on peut recycler pour le réutiliser jusqu’à quatre fois.

Le reste des composants d’un panneau solaire comprend les éléments en plastique, qui peuvent être recyclés et transformés pour d’autres utilisations, et le cadre du panneau, fabriqué en aluminium qui peut être recyclé plusieurs fois. Enfin, le panneau solaire contient également des conducteurs, qui peuvent être en cuivre, en argent voire en aluminium ; autant de matériaux qui peuvent facilement être triés puis réutilisés pour la fabrication de nouveaux panneaux solaires.

Structurer la filière du recyclage des panneaux solaires

Le futur marché du recyclage des panneaux solaires concerne en premier lieu les pays européens. L’Europe représente à elle seule 59,4% de la production mondiale d’électricité solaire, loin devant l’Asie et l’Océanie (28,4%) et l’Amérique du Nord (11,2%). Mais cette filière de recyclage pourrait aussi intéressée les pays d’Asie, déjà très impliqués dans la fabrication des panneaux solaires : 80% des panneaux solaires sont construits en Asie, principalement en Chine qui fabrique à elle seule 50% des panneaux vendus dans le monde.

L’Europe dispose toutefois d’un atout : il existe déjà une structure de collecte des déchets photovoltaïques dans les pays de l’Union Européenne. Depuis 2007, l’association PV Cycle a mis en place une filière pour collecter les panneaux solaires hors d’usage grâce à 170 points de collecte présents dans les différents pays d’Europe, dont la France. Financée par les fabricants et les importateurs de panneaux solaires, l’association représente à elle seule 90% du marché de la collecte de déchets photovoltaïques.

Veolia inaugure la 1e usine de recyclage de panneaux solaires en France

Jusqu’à aujourd’hui, les panneaux solaires collectés en France par PV Cycle étaient acheminés en Belgique pour être traités. Mais en mars 2017, PV Cycle a signé un accord avec Triade Electronique, la filiale de Veolia, pour établir une usine de recyclage en France. Cette première chaîne de recyclage des panneaux solaires a été inaugurée en juin dernier dans l’usine Veolia située à Rousset, dans les Bouches-du-Rhône. L’usine a été adaptée pour le traitement des déchets photovoltaïques, et elle permettra d’atteindre 96% de taux de recyclabilité sur les panneaux solaires traités.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 5 Sep 2017
Lourdement handicapée par les nombreuses sanctions économiques décidées par l’ONU, la Corée du Nord est de plus en plus isolée sur la scène internationale et privée de sources de revenus cruciales. Pourtant, en plein cœur de cette tempête diplomatique, il…
mar 20 Juin 2017
Si l’isolement des îles du Ponant dans le Finistère explique la complexité de l’approvisionnement énergétique de ces territoires insulaires, il justifie du même coup la nécessité de mieux gérer et maîtriser la consommation d’électricité pour les populations en place. Classées…
mar 20 Mai 2014
Le 30 septembre 2013 à Cherbourg, François Hollande lançait un appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour la construction de plusieurs fermes pilotes hydroliennes afin de lancer la filière française. Selon l'Ademe qui gère le dossier, plusieurs candidats ont répondu à l’appel avant…
mar 1 Mar 2016
Le pays africain a décidé d’utiliser son fort taux d’ensoleillement pour développer l’utilisation de l’énergie solaire. Grâce à cette énergie propre la part de la population ougandaise ayant accès à l’électricité devrait augmenter alors que le pays se prépare également…

COMMENTAIRES

  • Les panneaux conçus en 1954 continuent de fournir à plus de 70% de leur rendement initial.

    Cà n’a rien de tragique lorsque après 25 ans on a encore 80% du rendement initial. Cà peut durer bien plus longtemps encore (sauf s’il y obsolescence programmée pour certaines marques mais les tests effectués par le bureau de vérification norvégien DNV GL sont bons dans l’ensemble y compris pour les marques chinoises)

    La première voiture électro-solaire lancée en 1958 et exposée au musée de Chicago a toujours des panneaux qui fournissent plus de 70% du rendement initial. Par contre les batteries ont dû être remplacées (une seule fois mais elle ne roule plus souvent !).

    C’est tout l’avantage aussi des véhicules électriques par rapport au thermique, bien moins de pièces et d’usure, donc longévité plus que très largement accrue.

    Répondre
  • La première voiture électro-solaire lancée en 1958, déjà avec l’objectif de lutter contre la pollution et elle roule toujours grâce à ses panneaux d’origine !

    https://www.youtube.com/embed/Lxdct_aLWEo

    En 1960 les compagnies pétrolières publiaient des rapports internes sur le réchauffement climatique lié à leurs activités (le problème était par ailleurs anticipé depuis le 19e siècle). Elles ont ensuite dépensé des fortunes pour cacher par tous les moyens le problème qui, pour quelques profits de court terme, va durer plus d’un millier d’années et coûter des fortunes, sans parler des multiples autres très lourdes conséquences.

    Pour mémoire les véhicules électro-solaires sont à énergie solaire positive jusqu’à 70 km/h voire désormais 80 km/h (consommant moins d’énergie qu’il ne reçoivent d’énergie solaire jusqu’à 80 km/h).

    Edouard Philippe, sans le savoir à priori, a rendu un sacré service aux constructeurs encore peu nombreux de véhicules électro-solaires puisque 80 km/h, voire plus, leur est très facilement accessible techniquement désormais donc l’autonomie de jour en été est de près de 1300 km sur le seul solaire et une batterie de seulement 60 kg ajoute en moyenne 350 km pour une 4/5 places !

    Répondre
  • La Sion de Sono Motors (Allemagne) sortira l’an prochain et a déjà enregistré de multiples commandes. Son autonomie solaire est toutefois de seulement 30 km par jour compte tenu de son poids d’1,5 t (trop lourd !) et aérodynamisme peu développé. Mais c’est une distance quotidienne parmi les plus fréquentes. Et son prix est très compétitif.

    https://www.youtube.com/embed/guXPNyaKF4Y

    .

    Répondre
  • Parmi les autres voitures électro-solaires qui vont être commercialisées, la Lightyear One est sans doute l’une des plus intéressantes.

    L’usine de fabrication vient d’être achevée. Elle sortira en 2020. Son autonomie sera d’environ 800 km de jour et environ 400 km la nuit pour moins de 100 kg de batteries. Les cellules solaires sont les meilleures flexibles actuelles commercialisées avec un rendement autour de 33% comme par exemple Alta Devices. Le design est de Zagato (Italie) qui depuis sa création 1919 a dessiné de nombreuses voitures italiennes (Maserati, Ferrari, Lancia, Alfa Roméo etc). Le premier modèle sera cher pour couvrir les frais de développement mais les modèles suivant beaucoup moins.

    https://www.youtube.com/embed/iltOkxVi0tg

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.