Bahreïn : un nouveau champ de pétrole pour relancer l’activité du royaume

Bahreïn : un nouveau champ de pétrole pour relancer l’activité du royaume

Bahreïn

Le 1e avril 2018, une nouvelle en provenance du Bahreïn a secoué les pays producteurs de pétrole : le royaume de Bahreïn a annoncé avoir découvert un gigantesque champ de pétrole et de gaz de schiste. Une ressource inespérée pour cet état dont la production pétrolière reste assez modeste parmi les pays du Golfe. A l’échelle mondiale, cette découverte pourrait également avoir un impact sur le marché du pétrole de schiste.

Bahreïn : le plus petit producteur de pétrole du Golfe

Si le royaume du Bahreïn reste étroitement lié à l’industrie pétrolière au Moyen-Orient, il est pourtant le plus petit producteur du Golfe. En 1932, le champ pétrolier du Bahreïn est découvert : il s’agit alors du premier champ pétrolier dans le secteur du Golfe, avant que le Koweït, l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, Oman et le Qatar ne se lancent à leur tour dans la course à l’or noir. Mais là où les pays voisins membres du Conseil de Coopération du Golfe ont la chance de compter plusieurs gisements, le royaume de Bahreïn, petit par la taille et limité par son statut géographique d’archipel, n’a pas la même chance : le pays ne compte qu’un seul et unique champ de pétrole. Le Bahreïn parvient à en extraire 50 000 barils de pétrole par jour, ainsi que 28,3 millions de m3 de gaz. En plus de cet unique champ en propre, le Bahreïn exploite conjointement avec l’Arabie Saoudite le champ de pétrole d’Abou Safa, ce qui lui rapporte 150 000 barils de pétrole par jour supplémentaires. Grâce à cette production, le petit état parvient à tirer environ 70% de ses revenus de l’industrie pétrolière.

Mais ses réserves s’épuisent, et ces dernières années, le Bahreïn est devenu de plus en plus dépendant de son grand voisin, l’Arabie Saoudite. Via un accord passé entre les deux pays, le Bahreïn a été choisi par l’Arabie Saoudite pour raffiner une partie de son pétrole. Sur les 265 000 barils de pétrole produits chaque jour par la raffinerie bahreïnie de Sitra, 225 000 proviennent en fait des champs pétroliers d’Arabie Saoudite.

Le plus grand champ pétrolier du pays

Dans un pays qui a cruellement besoin d’augmenter sa production de pétrole, les explorations de possibles champs pétrolifères sont nombreuses. C’est grâce à une de ces explorations de son sous-sol que le Bahreïn a découvert un nouveau gisement, situé au large de la côte Ouest du pays, dans le bassin de Khalij al Bahreïn. La nouvelle a été annoncée officiellement le mercredi 4 avril 2018 par le ministre du pétrole du Bahreïn. D’après lui, il s’agit tout simplement du plus grand champ pétrolier et gazier jamais découvert dans le pays. Pour l’instant, les estimations font état d’un potentiel de 80 milliards de barils. Toutefois, l’état a envoyé une équipe d’experts sur place pour évaluer plus précisément la quantité de pétrole et de gaz de schiste présente dans le champ.

Quel impact sur la production réelle du Bahreïn ?

Le nouveau champ pétrolier découvert au large de Bahreïn présente plusieurs avantages : outre son potentiel de pétrole et de gaz, il est idéalement situé pour faciliter son exploitation. Le champ s’étend sur une superficie de plus de 2 000 km2, et il est situé dans des eaux de faible profondeur, ce qui devrait permettre de l’extraire plus facilement. Seul hic : il s’agit de pétrole et de gaz de schiste. A l’heure actuelle, les technologies déployées aux Etats-Unis pour l’exploitation du pétrole de schiste américain permettent d’extraire au maximum 10% des réserves. Par ailleurs, l’extraction du pétrole et du gaz de schiste est plus coûteuse que l’extraction du pétrole standard, surtout s’il s’agit d’un gisement bitumeux, ce qui semble être le cas au Bahreïn d’après les premières informations communiquées.

Il reste donc beaucoup d’incertitudes autour du champ découvert à Bahreïn. D’après les premières informations transmises par le ministre du pétrole de Bahreïn, l’exploitation du nouveau champ ne devrait pas commencer avant cinq ans. A terme, si la quantité exploitable de pétrole et de gaz de schiste est à la hauteur des premières estimations, le Bahreïn pourrait voir sa production grimper en flèche, ce qui lui permettrait d’augmenter ses importations de manière significative, à l’instar des Etats-Unis, dont la production de pétrole de schiste a permis de doper les exportations pétrolières depuis un an.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 27 Mai 2016
Mise en suspension depuis cinq ans, l'exploitation du gaz de schiste dans le sous-sol britannique va reprendre. Le groupe Third Energy a été autorisé à relancer ses activités en dépit de l'opposition d'une grande partie de la population. (suite…)
lun 22 Mai 2017
Comme annoncé la semaine dernière, le groupe énergétique français a officialisé, vendredi 19 mai 2017, la cession de ses activités dans le charbon et le gaz en Pologne (EDF Polska) au groupe public PGE Polska Grupa Energetyczna pour un montant…
mer 23 Mai 2018
Si les Pays-Bas accusent toujours un certain retard (à l’instar de la France) sur leurs objectifs en matière d’énergie renouvelable, ils ne prévoient pas pour autant de prolonger plus en avant l’exploitation du charbon. Le gouvernement néerlandais a annoncé vendredi…
Deux semaines après avoir publié le bilan du débat public sur la révision de la Programmation pluriannuelle de l’énergie, la Commission particulière du débat public (CPDP) et son président Jacques Archimbaud présentait officiellement mercredi 12 septembre 2018 les enseignements clés…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.