Fessenheim, futur démonstrateur de la transition écologique ?

Fessenheim, futur démonstrateur de la transition écologique ?

centrale-nucleaire-Fessenheim

Planifiée par l’Etat entre fin 2018 et début 2019 pour correspondre avec l’entrée en service de l’EPR de Flamanville dans la Manche, la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim ne semble plus faire aucun doute pour le gouvernement qui prépare d’ores et déjà la reconversion du territoire. En visite à Colmar vendredi 13 avril 2018, Sébastien Lecornu, le secrétaire d’Etat du ministère de la Transition écologique et solidaire, a non seulement confirmé l’irréversibilité de la fermeture de la plus ancienne centrale de France, mais également lancé officiellement un nouvel appel d’offres pour le développement de 300 MW d’énergie photovoltaïque dans le Haut-Rhin.

Si la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim en Alsace devrait bien être enclenchée d’ici la fin de l’année, elle aura très certainement de lourdes conséquences sur l’économie locale et entraînera le reclassement de plusieurs milliers de salariés et prestataires. On compte actuellement plus de 2000 emplois directs et indirects concernés par la fermeture de la centrale, dont 900 emplois induits de l’économie locale et 750 salariés de la centrale qui sont des agents d’EDF et qui devront être reclassés.

Un appel d’offres solaire de 300 MW

Pour éviter d’impacter trop lourdement la région, le gouvernement se penche dès aujourd’hui sur différents scénarios de reconversion possibles et prévoit notamment de dynamiser l’économie locale via le développement de projets en lien avec les énergies renouvelables. Sébastien Lecornu a profité de sa venue à Colmar pour participer au comité de pilotage sur la reconversion de la centrale créé en janvier dernier, et annoncé un appel d’offres photovoltaïque destiné au seul département du Haut-Rhin. « Fermer Fessenheim sans en faire un démonstrateur de la transition énergétique n’aurait pas de sens. L’Etat consent à un effort inédit : un appel d’offres dédié et ciblé à l’échelle du département du Haut-Rhin sur les énergies renouvelables », a indiqué le secrétaire d’Etat.

Cet appel d’offres, dont la Caisse des dépôts (CDC) sera partenaire, portera sur un total de 300 mégawatts, dont 100 MW sur des bâtiments et 200 MW de panneaux photovoltaïques au sol. Le lancement de ce marché débutera en novembre prochain et se déroulera en plusieurs phases jusqu’en novembre 2019, avec une « possibilité ouverte de financement participatif », a ajouté Sébastien Lecornu. Le groupe EDF, dont le Président Jean-Bernard Lévy lui-même avait demandé en mars 2018 le lancement d’un « appel d’offres spécifique pour créer une installation solaire à proximité du site de Fessenheim », s’est d’ores et déjà montré intéressé par le projet.

Crédits photo : Sébastien Lecornu (Twitter)

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 31 Mar 2015
C'est en présence du Maire de la ville, Hélène Gente,  qu'EDF a procédé le 13 mars dernier à l'inauguration du nouvel atelier de son Service de Réparation Hydraulique (SRH) de Mallemort. Un atelier où sont réparées les roues et les pièces…
Si l'actuel gouvernement polonais n'hésite pas à consacrer le charbon comme une richesse nationale, première source d'énergie du pays, ses effets indésirables sur l'environnement et la population sont aujourd'hui de plus en plus visibles. Devenu monnaie courante pour l'ensemble des…
jeu 11 Jan 2018
Devenue l’une des nations les plus investies dans le développement des énergies renouvelables, la Chine vient d’inaugurer le premier tronçon de sa future route solaire. Un premier tronçon porteur d’espoir pour le pays car il propose une nouvelle technologie, sensée…
sam 12 Déc 2015
Afin de réduire son empreinte carbone, Axa a décidé de nouer un partenariat avec EDF. Dans seulement trois ans, l’ensemble de l’électricité consommée en France par l’assureur sera issue des énergies renouvelables. Parallèlement, les deux groupes s’unissent avec le CNRS…

COMMENTAIRES

  • Et l’hiver, 300 MWc avec un facteur de charge moyen de moins de 10 %,(et rien pendant les pointes de consommation), cela n’apportera pas grand chose au réseau. Ont-ils réfléchi à tout cela ?

    Répondre
  • @ Dan :

    Logique le solaire est l’énergie la moins chère avec l’éolien et il se trouve que le Grand-Est qui est plutôt bien ensoleillé contrairement à ce que l’on croît et qui l’est plus que l’Allemagne du Sud voisine, comporte très peu de solaire et est mécontente de ne pas bénéficier des retombées de la CSPE comme les départements et régions voisines alors qu’elle la paie !

    Le potentiel standard du Grand-Est est d’environ 56 GWc dont 70% solaire (donc environ 38 GWc + 15 GWc d’éolien + 3 GWc d’hydro + 1 GWc autres sources), contre moins de 450 MWc actuellement, soit environ 87 fois moins. Il y a de quoi faire !

    Dans le voisinage et le Bade-Wurtemberg en Allemagne le solaire représente plus de 7% de la consommation d’électricité (13% en 2020). Alors qu’à l’inverse dans le Grand-Est elle ne représente qu’en moyenne environ 1% seulement ! C’est donc un début de correction avec les retombées économiques locales.

    Enfin pour ce qui est de la production solaire hivernale, il faut bien évidemment la mettre en complément de la production éolienne et à l’échelle du réseau, au moins national et mieux encore Entso-e, sans parler de Geidco si l’on veut parler notamment d’efficacité énergétique et de baisse des coûts optimales à l’échelon international ! :

    http://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/wp-content/uploads/2017/01/ob_85cfd8_ob-dde530-image6.png

    .

    Répondre
  • Ravi de voir que Dan existe tj !, (ancien contributeur aux commentaires Enerzine, loin en tête des commentateurs ds j’étais aussi à l’époque. Enerzine qui a re-apparu mais les commentateurs n’ont plus la même pêche qu’avant)
    Pourquoi ne pas installer sur les terrains neutralisés autour de Fessenheim:
    1)-> des éoliennes (il y en a bien de CNR à côté de qqs centrales NUC ds le couloir rhodanien!) et la tranche le long du Rhin est propice comme couloir venté, à côté de la forêt de la Hardt qui fait un peu obstruction aux vents. Un mât de mesure nous confirmera l’intérêt.
    2) -> du PV au sol sur les hectares de friche. Avec la bonne implantation et orientation, ce PV au sol pourrait même héberger des moutons qui se chargeraient de la tonte….
    Pour les 2 lots de kWhs, les réseaux RTE et Enedis sont à côté…
    Et pourquoi ne pas transformer les excédents en stockage H2 pour injection réseau-gaz à proximité, et alimenter la mobilité H2 véhicules à moteur électrique, et avec Gaz-to-power pour la mobilité électrique à batteries.
    Et à propos du solde exportateur de cet excédent de kWhs-EnR à certains moments, ya ka arrêtre nos dernières centrales charbon et fioul avant l’heure prévue.
    Why not !?
    Salutations
    Guydegif(91)

    Répondre
  • La consœur de Fessenheim aux USA gagne jusqu’à 80 ans de vie et d’énergétiques services. A peine en France a t’on amorti son investissement, puis consacré des centaines de millions d’euros à améliorer sa sûreté, qu’on la ferme (Fessenheim) au nom d’une loi DIKTAT énergétique passée sous la Présidence HOLLANDE. Hollande n’étant plus au pouvoir, pourquoi ne pas supprimer cette loi énergétique inconséquente qui confond fins et moyens ?

    Répondre
  • Le RNR est la solution aux problèmes énergétiques de l’humanité. La France avait 40 ou 50 ans d’avance dans le monde sur cette technologie (maintenant elle est en retard sur des pays qui l’ont dépassée, suite aux tractations politiques en France). Le RNR est une solution pérenne aux besoins énergétiques de l’humanité. Le RNR peut bruler et transformer en énergie tout ce qu’il est envisagé d’enterrer (déchets nucléaires de haute activité) et qui suscite des polémiques interminables dans la société française. Le RNR est la solution à tous nos problèmes énergétiques ; toutes les autres solutions “écologiques” ne sont que des palliatifs très couteux. Sympathie pour vous tous qui me lisez (Bernard, ex Professeur nucléaire à Grenoble INP).

    Répondre
  • C’est une totale absurdité de fermer une centrale qui marche. Cette décision stupide est uniquement politique, pour contenter une poignée écologistes obtus et stupides qui ne veulent pas admettre qu’une centrale nucléaire est à la fois très propre, très efficace et très bon marché !
    Illustration parfaite de la bêtise humaine !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.