L'aéroport de Toulouse-Blagnac mise sur les énergies renouvelables

L’aéroport de Toulouse-Blagnac mise sur les énergies renouvelables

Toulouse-Blagnac-aeroport-panneaux-solaires

En pleine transition énergétique, l’aéroport de Toulouse-Blagnac vient tout juste d’inaugurer sa première centrale solaire. Un dispositif pensé pour être déployé sur la toiture d’un des parkings de l’aéroport. Si cette nouvelle stratégie d’approvisionnement basée sur les énergies renouvelables donne satisfaction, l’aéroport pourrait envisager la mise en œuvre d’autres projets pour produire de l’énergie sur site. Pour les autres aéroports français, le projet solaire de Toulouse-Blagnac sert aussi de modèle : dans les années à venir, ils vont tous devoir opérer leur transition énergétique et trouver un modèle de production d’énergie capable de s’intégrer dans leur environnement de travail très contraignant.

Le projet solaire de Toulouse-Blagnac

Pour l’aéroport de Toulouse-Blagnac, la question de la transition énergétique n’est pas un sujet nouveau. L’ambition affichée est d’ailleurs sans ambigüité : l’aéroport toulousain espère bien devenir le premier aéroport de France à atteindre la neutralité carbone dès 2020.

Pour atteindre cet objectif, l’aéroport veut investir dans le développement des énergies renouvelables. Cela fait près de dix ans que l’aéroport caresse du doigt un projet de centrale solaire. Après avoir examiné plusieurs projets, la Commission de Régulation de l’Energie a finalement donné son feu vert. Elle a retenu le projet de l’entreprise Legendre Energie, et la réalisation des travaux a été confiée à la société Armorgreen. Les travaux pour la construction d’une centrale solaire sur l’aéroport ont commencé en juillet 2017, et les panneaux photovoltaïques viennent tout juste d’entrer en fonctionnement.

Des panneaux solaires sur le toit d’un parking

Construire une centrale solaire sur le terrain d’un aéroport n’a rien de facile, et pour cause : les contraintes en matière de sécurité sont nombreuses, et il faut tenir compte des bâtiments existants ainsi que des pistes d’atterrissage. C’est le toit d’un immeuble de parking qui a été choisi pour accueillir les panneaux solaires. Grâce à sa toiture plate, le bâtiment était celui qui présentait le plus de facilité pour installer la structure photovoltaïque. Avec une surface totale de 9 000 m2, le parking P2 s’est donc transformé en centrale solaire. Il est recouvert de 3 633 panneaux solaires qui permettront de produire toute l’énergie dont le bâtiment a besoin pour fonctionner.

Grâce à une surface solaire de 5 813 m2, la centrale solaire de Toulouse-Blagnac peut compter sur une production annuelle estimée à 1 096 MWH. C’est l’équivalent de la consommation en électricité de 450 foyers toulousains. Il a fallu compter cinq mois de travail pour installer la structure d’accueil des panneaux solaires, poser les panneaux et relier toute l’installation. Pour mener à bien le projet, il a également fallu tenir compte des contraintes de sécurité inhérentes à un aéroport. En effet, Armorgreen a dû poser un verre spécial anti-éblouissements sur ses panneaux solaires. Leurs éclats auraient pu gêner les pilots d’avions pendant les phases de décollage ou d’atterrissage. Le traitement antireflets des panneaux devrait également jouer sur leur robustesse, et donc sur leur durée de vie. Ils ont été mis au point par l’entreprise Systovi, basée à Nantes et spécialisée dans la fabrication de solutions solaires innovantes. Selon l’entreprise, la durée de vie maximale des panneaux est estimée à une trentaine d’années. Une durée de vie relativement longue qui permettra encore d’amortir plus facilement l’installation sur le long terme.

Les 1,4 million d’euros investis dans la centrale solaire seront amortis dans les prochaines années grâce à la revente de l’électricité générée. Un contrat a déjà été passé avec EDF, qui rachètera le kilowatt-heure 0,13 centimes d’euros à l’aéroport.

Toulouse-Blagnac : un avenir en vert

Même si c’est la première fois que l’aéroport de Toulouse-Blagnac se lance dans la production d’énergie verte, l’aéroport est déjà très impliqué dans une stratégie valorisant les énergies renouvelables. Depuis 2015, l’ensemble des infrastructures de l’aéroport est approvisionné avec une électricité 100% issue d’énergies renouvelables. Dans les prochaines années, l’aéroport de Toulouse-Blagnac continuera sa transition énergétique en soutenant d’autres projets en faveur des énergies alternatives. Dès 2018, il va ainsi participer au projet HyPort mis en place par la région Occitanie. Le projet HyPort a vocation à développer la filière hydrogène, notamment grâce à l’engagement de plus d’industriels de la région.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 14 Déc 2017
Considérant l’innovation technologique et sociale (comprendre ici les nouveaux modèles économiques et sociales plus responsables) comme la base d’une transition énergétique harmonieuse, l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) veut soutenir et promouvoir les initiatives durables portées…
jeu 20 Avr 2017
Si la Maison Blanche n'a pas encore pris de décision officielle concernant l'adhésion des Etats-Unis à l'accord de Paris, la préférence du président Donald Trump et de ses partisans ne fait guère de doute. Interviewé vendredi 14 avril 2017 sur…
jeu 10 Sep 2015
Le département de la Drôme compte un nouveau parc photovoltaïque. Inauguré lundi dernier par le maire de Saint-Restitut et la Compagnie Nationale du Rhône (CNR), ce parc est le premier de la Drôme provençale. Situé dans la zone artisanale du village,…
mar 25 Sep 2018
A l’heure actuelle, 80 % de l’énergie que nous utilisons est issue des énergies fossiles. Ces ressources non renouvelables sont, par définition, limitées, et si le rythme actuel persiste, d’ici à 80 ans l’Homme aura épuisé l’intégralité de ces ressources…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.