Dracula Technologies se propose de révolutionner l’Internet des objets

Dracula Technologies se propose de révolutionner l’Internet des objets

dracula_technologies_impression_cellules_solaires

Si le développement des nouvelles technologies numériques et de l’Internet des objets (IoT) devrait permettre à terme d’augmenter l’efficacité énergétique et donc de réduire nos consommations d’électricité, la quantité d’énergie nécessaire au fonctionnement même de ces objets connectés en réduit d’autant les impacts positifs. Une contradiction que la jeune start-up française Dracula Technologies se propose de solutionner par la mise en œuvre d’un système d’alimentation autonome par captation de lumière.

Après avoir levé en début d’année plus de 1,8 million d’euros, la start-up française Dracula Technologies s’est dite, mercredi 22 novembre 2017, prête à « passer à l’industrialisation » de son procédé, et s’est engagée pour cela dans un nouveau tour de table visant à lever 4 millions d’euros supplémentaires. Il faut dire que son dispositif d’alimentation autonome semble des plus prometteurs tant l’internet des objets se développe à l’heure actuelle (50 milliards d’objets connectés sont attendus en 2020).

Garantir un usage augmenté des objets connectés en dépassant la contrainte énergétique

Face à cette augmentation exponentielle, la start-up a choisi de s’attaquer à la problématique de l’alimentation énergétique de ces dispositifs qui seront bientôt indispensables à notre quotidien. La société de Valence (Drôme) a notamment développé un procédé baptisé LAYER® (Light As Your Energetic Response) permettant « d’imprimer » des cellules photovoltaïques sur ces objets, un peu à la manière d’une imprimante de bureau, explique-t-elle dans un communiqué. « Cette technologie fournit l’énergie nécessaire aux capteurs et autres dispositifs permettant aux appareils électroniques de communiquer entre eux », poursuit-elle. Les modules conçus par Dracula Technologies ne nécessitent pas une luminosité importante (ils peuvent fonctionner en intérieur), et sont ultra-légers, flexibles et en grande partie recyclables.

Grâce aux fonds collectés à l’issue de cette nouvelle levée de fonds, la société Dracula Technologies (créée en 2012 à l’issue de travaux menées par plusieurs organismes de recherche, dont le CNRS et le CEA) devrait lancer la construction d’une première usine en France.

Crédits photo : Dracula Technologies

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 7 Mai 2014
Une centrale hybride unique en son genre, a vu le jour au début de l’année 2013 dans la commune de Les Borges Blanques, en Espagne. Associant la technologie de l’énergie thermo-solaire à la biomasse au sein du même site de…
jeu 21 Mar 2019
Le 15 mars 2019, la compagnie Costa Croisières a mis à l'eau son tout nouveau bateau de croisière. Ce paquebot au GNL présente une alternative aux navires propulsés au fioul lourd. C'est le premier navire de ce type pour la…
lun 30 Juin 2014
Inauguré mercredi dernier, le parc photovoltaïque de Besse-sur-Issole (Var) permet à GDF Suez de franchir le cap des 100 MW d’énergie solaire installés sur le sol français. Avec ses 105 MW solaires en France, et plus globalement ses 7.000 MW…
mar 26 Jan 2016
Dans une récente étude intitulée Renewable Energy Benefits : Mesuring the Economics, l’IRENA affirme que l’augmentation de la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique mondial permettrait d'accroître le PIB des Etats. Une telle décision aurait notamment des conséquences…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.