En Inde, une énergie solaire trop bon marché menace la filière toute entière - L'EnerGeek

En Inde, une énergie solaire trop bon marché menace la filière toute entière

Alors que le cabinet d’étude Bloomberg New Energy Finance (BNEF) se félicite dans son rapport publié jeudi 15 juin dernier (New Energy Outlook 2017), de la baisse continue et généralisée des coûts de l’énergie photovoltaïque par rapport aux combustibles fossiles comme le charbon, il est un pays où cette compétitivité croissante pourrait bientôt avoir des effets dévastateurs sur l’économie de la filière. L’Inde, pays gros consommateur de charbon mais également très porté sur l’énergie solaire, a en effet vu ces derniers mois les prix de l’énergie solaire dégringoler à tel point qu’ils menacent aujourd’hui l’investissement et la rentabilité des exploitations en activité.

100 GW de capacités solaires indiennes d’ici 2022

Désireux de réduire progressivement sa dépendance au charbon, le troisième pollueur de la planète, derrière la Chine et les Etats-Unis, s’est engagé à diminuer d’ici 2030 l’intensité carbone de son PIB de 35% par rapport à 2005, et compte pour cela sur le développement des énergies renouvelables, et de l’énergie solaire en particulier. Pourvu d’un fort taux d’ensoleillement, le pays de Narendra Modi a lancé en 2010 un programme national de développement de l’énergie photovoltaïque (National solar mission) présentant un objectif très ambitieux de 100 GW à l’horizon 2022 et impliquant de ce fait la mise en place de nombreuses installations de production solaires dans un délai très court.

La centrale photovoltaïque de Kamuthi par exemple, dans le grand Etat du Tamil Nadu, inaugurée fin 2016 par le groupe Adani, est devenue la plus puissante centrale solaire en activité au monde avec 648 MW de puissance installée, devançant la Topaz Farm de Californie, dans le sud-ouest des Etats-Unis, qui disposait alors d’une puissance de 550 MW. L’Etat du Rajasthan dans le nord-est de l’Inde, symbolise lui aussi le dynamisme de cette filière industrielle indienne et les promesses de la politique nationale de développement. Plusieurs parcs solaires ont vu le jour ces dernières mois et de nombreuses entreprises locales s’équipent désormais en panneaux photovoltaïques. Le groupe français Engie y a notamment remporté début 2016, via sa filiale Solairedirect, le projet de construction de deux parcs photovoltaïques de 70 MW.

Lire aussi : Engie remporte un nouveau projet solaire en Inde

De manière générale, le solaire avance à une vitesse grand V sur un territoire indien qui a vu sa capacité photovoltaïque doublée entre mars 2016 et mars 2017. Les perspectives de développement de la filière solaire sont toujours prometteuses et joueront un rôle primordial dans la régulation des émissions de gaz à effet de serre, actuellement en constante augmentation.

Une baisse des prix inquiétante en Inde

Mais attention toutefois à l’évolution des prix. La baisse des coûts des panneaux solaires, un financement moins cher et une concurrence agressive ont fait lourdement chuter les prix du solaire ces derniers mois et perturbé un secteur qui reste malgré tout fragile. Les fournisseurs d’électricité sont soumis à une intense pression de leurs clients, privés comme publics, pour se calquer sur des nouveaux tarifs, qui mettent en danger certaines exploitations.

Au mois de mai dernier, un opérateur a remporté un contrat auprès des autorités indiennes en offrant le kilowattheure (kWh) à 2,44 roupies (environ 3 centimes d’euros), soit un tarif qui compte parmi les plus bas du monde et représente seulement le cinquième de son niveau au début des années 2010. Si le ministre des énergies renouvelables Piyush Goyal avait alors salué ce palier comme une étape majeure vers “un avenir vert”, les entreprises spécialisées se retrouvent elles dans l’incertitude et s’inquiètent des répercussions d’une telle surenchère. “Les prix sont trop descendus, trop tôt et ça ne présage rien de bon pour la santé générale du secteur”, explique à l’AFP Vinay Rustagi, directeur du cabinet de conseil en énergies renouvelables Bridge to India.

Lire aussi : En Inde, la production d’énergie solaire gagne du terrain

Au cours des 17 derniers mois, les tarifs ont baissé de près de 50% et cela conduit les acheteurs à avoir des remords envers des projets déjà construits ou en développement”, ajoute-t-il. Des États comme le Jharkhand, l’Andhra Pradesh et l’Haryana par exemple ont récemment refusé d’acheter de l’électricité solaire à des prix compris entre 4 et 5,50 roupies par kWh, pourtant convenus lors d’enchères à la baisse au cours de l’année écoulée, dans l’espoir de trouver moins cher ailleurs.

“La malédiction des vainqueurs”

Si ce genre de pratique pose un problème d’éthique, il soulève surtout la question de la rentabilité d’une telle production. Selon les experts du secteur, rien ne garantit aujourd’hui que les fournisseurs engagés sur des marges si maigres, soient réellement capables de produire de l’électricité à des prix aussi bas tout en ayant un modèle économique rentable.

Lire aussi : En Californie, l’énergie solaire est victime de son succès

Sumant Sinha, PDG de la société ReNew Power, interrogé lui aussi par l’AFP, émet de grandes réserves sur ce point et prédit une sorte de “malédiction des vainqueurs” qui ne pourraient pas survivre sous de telles conditions. “Des tarifs extrêmement bas n’aident personne. Au final, les entreprises devront s’endetter, les banques vont devoir entrer en jeu, tout cela paraît bien hasardeux”, explique-t-il.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 18 Jan 2018
Avec ou sans les Etats-Unis qui se sont retirés de l’Accord de Paris en 2017, l’objectif de limiter le réchauffement climatique sous la barre des 2°C par rapport à l’ère préindustrielle sera semble-t-il, bien difficile à concrétiser dans les faits.…
mer 4 Oct 2017
Engagé depuis 2016 dans un vaste plan de transformation destiné à renforcer son activité dans les énergies renouvelables, le groupe Engie multiplie les investissements en France comme à l’international. Le Français vient notamment d’annoncer, jeudi 28 septembre 2017, avoir remporté…
mer 4 Déc 2013
Selon le tableau de bord éolien-photovoltaïque publié jeudi 28 novembre par le Commissariat Général au Développement Durable (CGDD), le raccordement des installations éoliennes et solaires au troisième trimestre affiche une reprise malgré une baisse globale par rapport à la même…
ven 19 Mar 2021
Valorem, le spécialiste français des énergies renouvelables, est un pionnier du financement participatif, qui lui a permis de lever 15 millions d'euros depuis 2012, dans 39 projets différents. Pour renforcer ce levier fondamental dans son développement, Valorem vient de mettre…

COMMENTAIRES

  • Les Allemands en ont fait les frais. Ce problème est connu depuis longtemps. Il était évident que cela devait déboucher sur une impasse.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.