Valthéra : une plateforme technologique de pointe consacrée à la biomasse - L'EnerGeek

Valthéra : une plateforme technologique de pointe consacrée à la biomasse

Le 20 janvier 2017, l’école des Mines située à Albi a inauguré en grandes pompes sa toute nouvelle plateforme de recherche nommée Valthéra. Un outil de recherche et développement qui vient renforcer les capacités de l’école et qui doit permettre de travailler sur de nouvelles méthodes de valorisation de la biomasse en énergie. Cette plateforme aux technologies de pointe est aussi destinée à servir de passerelle entre les chercheurs de l’école et les professionnels qui tentent de déployer de nouvelles solutions énergétiques à l’échelle industrielle.

Valthéra, un projet énergétique unique en son genre

Depuis deux ans, l’école des Mines d’Albi a déjà ouvert deux plateformes de recherche et développement : Gala créée en 2015 est dédiée à la galénique avancée, et Mimausa ouverte en 2016 est dédiée à l’aéronautique. Cette troisième plateforme va s’intéresser à un nouveau champ de travail : la valorisation de la biomasse pour en faire une source d’approvisionnement en énergie. Valthera signifie d’ailleurs Valorisation Thermique des Résidus de transformation des Agro ressources. Ce nouveau projet sera piloté par l’école des Mines d’Albi (qui est spécialisée dans la recherche liée aux énergies renouvelables) et est co-financé par l’état et la région d’Occitanie. Il est destiné à servir de passerelle entre les chercheurs du secteur public et ceux du secteur privé afin de déboucher sur des solutions énergétiques innovantes et ultra-performantes en matière de biomasse. Le but de Valthera va principalement être de mettre au point de nouvelles technologies pour tirer le meilleur parti du potentiel de la biomasse, une source d’énergie qui se nourrit des déchets d’origine organique ou inorganique. Ce secteur énergétique issu du développement durable est devenu un enjeu majeur en terme de développement de source énergétique alternative et de recyclage, et il pourrait représenter une opportunité considérable pour les territoires ainsi que pour les industriels puisqu’il doit permettre à la fois de résoudre des problématiques énergétiques et d’optimiser la gestion des déchets.

La nouvelle plateforme de recherche a été inaugurée le vendredi 21 janvier 2017. Elle complète les installations déjà existantes du pôle de recherche de l’école des Mines d’Albi, spécialisée dans les énergies renouvelables.

En temps que plateforme dédiée à la recherche et au développement, Valthera a vocation à devenir un véritable lieu d’échange et de partage entre les chercheurs. Avec ses 360m2 d’espace de travail, le pôle offre aux scientifiques des équipements de pointe pour leurs travaux. La logique voulue par l’école des Mines est de privilégier les partenariats avec des entreprises locales et régionales. Dans le même temps, elle doit servir de laboratoire géant aux 106 chercheurs et spécialistes de l’école des Mines d’Albi ainsi qu’aux experts du laboratoire RAPSODEE, spécialisés dans les questions de bioénergies, et qui travaillent déjà avec l’école. Grâce à ce maillage complet privilégiant les acteurs locaux, la plateforme a vocation à accompagner des projets industriels de petite envergure pour tester de nouvelles solutions énergétiques.

L’alliance inédite de la biomasse et du solaire

Outre le caractère transversal de son pôle de recherche, ce qui va fondamentalement caractériser la plateforme Valthera, c’est la volonté affichée par l’école des Mines de mettre en place une solution hybride capable d’embarquer à la fois des technologies de biomasse et d’énergie solaire. La toiture du bâtiment abritant Valthera est munie d’un concentrateur solaire de type industriel qui comporte 16m2 de miroirs. Cette installation est le fruit d’un partenariat avec Total et elle doit permettre de tester la complémentarité des deux procédés. L’idée est d’utiliser l’énergie solaire pour la transformation et la gazéification de l’énergie issue de la biomasse. Pour ce procédé, les installations ont besoin d’une grande température et de beaucoup d’énergie. Le recours à l’énergie solaire est donc l’option envisagée pour mettre au point une installation hybride où le solaire vient en renfort de la biomasse pour produire de la bioénergie. Utiliser une source d’énergie renouvelable doit permettre à tout le procédé d’être moins énergivore et plus propre. Grâce au procédé de gazéification à haute température, les chercheurs de Valthera espèrent mettre au point une solution de stockage de l’énergie issue de la biomasse qui soit facilement reproductible et peu coûteuse. Cette installation hybride est pour l’instant unique en son genre, et pour la déployer les ingénieurs de l’école des Mines ont dû développer en interne les outils et appareils qui vont servir à la recherche.

La biomasse permet à la fois de valoriser les déchets organiques et les déchets d’origine industrielle pour les valoriser en source d’énergie.

Des applications pratiques immédiates

Avec ses nombreux moyens techniques, financiers et humains, Valthera est opérationnelle depuis son inauguration. Et la plateforme de travail a déjà beaucoup de projets en perspective : outre le procédé de gazéification de la biomasse, elle doit aussi travailler à l’amélioration du gaz de synthèse et mettre au point un moyen de séparer les impuretés pour ensuite stocker et utiliser l’hydrogène contenu dans le gaz, qui est exploitable dans l’industrie. Les chercheurs comptent aussi travailler à la production de charbon actif issu de la biomasse. Enfin, Valthera devra également réfléchir à une amélioration des techniques de broyage et de séchage des déchets collectés afin d’optimiser le traitement de la matière. Plusieurs pistes sont déjà envisagées comme la densification de cette matière première pour produire des pellets, ensuite réutilisables pour le chauffage.

Toutes les solutions mises au point au sein de la plateforme Valthera seront ensuite mises en pratique et testées dans des installations pilotes en partenariat avec différentes entreprises locales. Le but des chercheurs est de mettre au point des solutions énergétiques qui pourront être appliquées à grande échelle afin de respecter le cahier des charges des industriels.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 31 Jan 2014
La course au gigantisme ne touche pas que l’architecture, l’aviation ou les bateaux de croisières … Le secteur des énergies renouvelables est lui aussi touché par cette tendance. Vestas vient de mettre en service son premier prototype de 8 MW.…
mar 24 Nov 2015
Se détournant progressivement des combustibles fossiles, l'Afrique du Sud entend depuis plusieurs années déjà transformer son mix énergétique et favoriser le développement rapide des énergies décarbonées. Un contexte favorable aux énergies renouvelables qui aura permis à la société Bio2Watt de…
mer 24 Juin 2015
Comme chaque été depuis près de 20 ans, EDF s'engage à assurer la sécurité du public aux abords de ses aménagements hydroélectriques. Pour la saison estivale 2015, ce ne sont pas moins de 160 hydroguides qui vont être mobilisés dans…
mer 4 Fév 2015
EDF Énergies Nouvelles (EDF EN) a annoncé jeudi 29 janvier la mise en service de son premier parc éolien sur le continent africain. Le parc de Grassridge, son nom de baptême, est en effet la première centrale de production éolienne développée, construite…

COMMENTAIRES

  • La fonction « passerelle » de Valthera entre secteur privé et secteur public est une initiative bienvenue pour le partage des connaissances et soutenir l’innovation.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *