L'Arabie Saoudite, futur producteur d'énergie verte ? L'Arabie Saoudite, futur producteur d'énergie verte ?

L’Arabie Saoudite, futur producteur d’énergie verte ?

Seulement quelques jours après avoir dévoilé les noms des entreprises présélectionnées dans le cadre d’un premier appel d’offres pour la réalisation d’une centrale solaire de 300 MW et d’un parc éolien de 400 MW, le ministre de l’Energie saoudien Khaled al-Faleh a réaffirmé les nouvelles ambitions de son pays en matière d’énergies renouvelables. L’Arabie Saoudite, premier exportateur mondial de pétrole, souhaite désormais diversifier son secteur énergétique, et s’est fixée pour objectif de tirer 10% de son électricité des sources renouvelables d’ici 2023.

A l’occasion d’un forum sur l’investissement dans les énergies renouvelables organisé lundi 17 avril 2017 à Ryad, le ministre de l’Energie saoudien Khaled al-Faleh a confirmé le virage pris par son pays vers les énergies propres, et donné plus de détails sur le plan de développement prévu dans les prochaines années. Il a annoncé « 30 projets à mettre en œuvre » afin d’atteindre un objectif d’environ 10 gigawatts de production d’énergies renouvelables, et précisé que son pays entendait également exporter des énergies propres et leurs technologies.

Lire aussi : EDF EN présélectionné pour des projets renouvelables en Arabie Saoudite

Poussé par la chute des prix du pétrole depuis 2014 et l’augmentation de son déficit public, le gouvernement saoudien s’est en effet engagé tant bien que mal dans un processus de diversification de son économie, trop largement dépendante des combustibles fossiles. Rappelons que la quasi totalité de l’électricité du Royaume est toujours générée à partir de pétrole et de gaz naturel. Le gouvernement a notamment prévu un important programme de développement des énergies renouvelables, fondé sur le solaire et l’éolien, pour un coût de 30 à 50 milliards de dollars, qui lui permettra de produire de l’électricité verte à des fins de consommation et d’exportation. « Nous voulons que le royaume devienne à moyen terme un pays qui développe, fabrique et exporte des technologies avancées de production d’énergies renouvelables », a déclaré Khaled al-Faleh. « C’est une vraie transformation », a-t-il ajouté, laissant entendre que les changements dans le secteur énergétique du royaume seront aussi importants que la découverte du pétrole dans les années 1930.

Lire aussi : L’Arabie Saoudite exprime son intérêt pour l’EPR

Ajouté à ces énergies vertes, l’Arabie Saoudite compte également sur l’énergie nucléaire pour compenser le baisse progressive des hydrocarbures dans sa production d’électricité. Si le programme de développement reste encore à préciser dans ce cadre, l’atome fera bel et bien partie de la palette énergétique saoudienne dans l’avenir. « Nous n’avons pas encore conçu le programme (et) travaillons sur diverses options » en tenant compte notamment des « réglementations », a déclaré le ministre.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 5 Sep 2014
Le constructeur de cellules solaires japonais Kyocera a annoncé, jeudi 4 septembre, le début d'un important chantier qui vise à développer la plus grande centrale photovoltaïque flottante du monde. Un projet dont le développement reposera en partie sur le savoir-faire de Ciel…
mer 2 Nov 2016
Le Sénégal vient de se lancer dans les énergies renouvelables. C'est en effet le 22 octobre, dans la communauté de Bokhol (département de Dagana), que le chef de l'État a inauguré Senergy 2, la première centrale solaire de taille industrielle…
mar 27 Jan 2015
Dans le cadre de la transition énergétique française, le gouvernement ambitionne d'accélérer le déploiement des énergies marines renouvelables et d'atteindre une puissance installée de 6.000 MW à l'horizon 2020. Alors que le ministère de l'Écologie prépare le lancement d'un troisième appel…
ven 14 Nov 2014
Après un ralentissement temporaire de l'énergie nucléaire au niveau international à la suite de la catastrophe de Fukushima au Japon en 2011, les capacités électronucléaires devraient connaître une forte croissance dans les 25 prochaines années. C'est ce qu'affirme le dernier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *