Etats-Unis : Trump autorise la pollution des cours d'eau pour relancer le charbon - L'EnerGeek

Etats-Unis : Trump autorise la pollution des cours d’eau pour relancer le charbon

trump

Le nouveau président américain Donald Trump, qui s’était engagé dès son investiture à éliminer les politiques non nécessaires et nuisibles tel que le plan d’action pour le climat et les eaux mis en place par Barack Obama, est passé à l’action le 2 février dernier. Il est revenu, en accord avec le congrès, sur une réglementation votée en décembre dernier et destinée à limiter le versement des déchets des mines dans les cours d’eau.

Fervent défenseur de l’industrie du charbon durant la campagne électorale, le Président Trump entend créer des emplois dans le secteur en supprimant toutes les entraves environnementales imposées à l’activité d’extraction par la “Steam Protection rule”. L’annulation de cette réglementation votée la semaine dernière et rendue possible grâce au Congressional Review Act (qui autorise le Congrès à invalider une règle votée après le 30 mai dernier avec une simple majorité), permettra de mettre fin aux restrictions qui étouffent, selon les Républicains, une industrie en berne depuis plusieurs années et auraient favorisé la disparition de millions d’emplois.

Lire aussi : Climat et gaz de schiste, les premières mesures controversées du Président Donald Trump

En réalité, cette réglementation pour la protection des cours d’eau et la limitation des sources les plus polluantes, est loin d’être le premier responsable du déclin de la filière. Dans un article daté de 2013, le Washington Post rappelle que le secteur souffre avant tout de la concurrence avec le gaz naturel, bien moins cher, et que les plans de licenciements de masse auraient commencé bien avant l’arrivée de Barack Obama à la Maison Blanche, en raison notamment de l’amélioration des techniques d’extractions qui nécessitent moins de main-d’œuvre.

Lire aussi : Etats-Unis, Trump, oléoducs et indépendance énergétique

Les sociétés qui exploitent les mines pourront donc continuer de déverser à loisir leurs déchets toxiques dans les rivières via l’utilisation de la technique d’extraction dite de “mountain top removal”. Cette technique consiste à détruire le sommet de la montagne pour atteindre les couches de charbon inférieures. Les débris sont généralement déversés dans les vallées, ce qui conduit à la contamination des rivières et des ruisseaux avec des métaux lourds et toxiques, tels que l’arsenic ou le mercure. Selon un rapport de L’ONG Appalachian Voices daté du 3 février dernier, cette technique serait déjà responsable de la destruction de 500 montagnes et de la contamination de plus de 2. 000 kilomètres de cours d’eau dans les Appalaches.

Crédits photo : Earth Justice

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 13 Fév 2017
Selon le dernier communiqué du ministère polonais de l'Energie, un accord entre le groupe français EDF et les autorités polonaises pour la vente des actifs polonais d'EDF à un consortium d'entreprises locales, pourrait être signé dès le deuxième trimestre 2017.…
jeu 1 Fév 2018
Après trois années d'une stagnation prometteuse, qui tranchait avec les records battus en matière d’émissions mondiales de gaz à effet de serre tous secteurs confondus, les rejets de CO2 liés à la production d'énergie sont repartis à la hausse en…
lun 20 Nov 2017
Considéré comme une alternative propre et durable aux énergies fossiles malgré des coûts de production toujours élevés, l’hydrogène pourrait représenter près d'un cinquième de l'énergie totale consommée à l'horizon 2050 au niveau mondial, selon une étude du cabinet McKinsey publiée…
mer 16 Mai 2018
Si les émissions mondiales de gaz carbonique dans le secteur de la production énergétique sont bel et bien reparties à la hausse en 2017 (après trois années de stagnation liée à l’utilisation croissante des énergies renouvelables et du gaz naturel…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.