EDF accélère son développement dans les renouvelables EDF accélère son développement dans les renouvelables

EDF accélère son développement dans les renouvelables en Amérique du Nord

EDF

EDF Energies Nouvelles a annoncé le 11 janvier dernier, via sa filiale nord-américaine EDF Renewable Energy, les mises en service de quatre parcs éoliens aux Etats-Unis entre les mois de décembre 2016 et janvier 2017. D’une capacité installée cumulée de plus de 708 MW, ces nouvelles installations lui permettront de renforcer de manière significative sa position dans les renouvelables outre-Atlantique et de confirmer ses nouvelles ambitions dans la filière éolienne à l’international.

EDF EN met en service quatre parcs éoliens aux Etats-Unis 

Jean-Bernard Lévy, président du groupe français EDF l’avait annoncé il y a quelques mois, le premier producteur d’énergie renouvelable à l’échelle européenne n’entend pas s’arrêter en si bon chemin et prévoit d’investir massivement dans les énergies vertes en France comme à l’international d’ici 2030 afin de doubler ses capacités de production.

Partie intégrante de cette nouvelle stratégie, le continent nord-américain est l’une des pistes de développement privilégiées dans ce cadre par l’électricien français qui espère profiter pleinement des nouvelles opportunités de croissance dans les secteurs éolien et solaire aux Etats-Unis, Canada ou Mexique. EDF EN, filiale d’EDF spécialisée dans les énergies renouvelables, est déjà très présente outre-Atlantique et vient d’annoncer cette semaine la mise en service officielle de quatre fermes éoliennes supplémentaires aux Etats-Unis pour un total de 708 MW de puissance cumulée. Il s’agit des parcs de Tyler Bluff (125,6 MW) et de Salt Fork (174 MW), situés dans le nord du Texas, de Great Western (225 MW), dans le nord-est de l’Oklahoma et de Kelly Creek (184 MW), dans le nord-est de l’Illinois.

Lire aussi : EDF signe un nouveau contrat de fourniture d’électricité solaire aux Etats-Unis

En parallèle, EDF EN a également accéléré son développement dans l’énergie solaire en Amérique du Nord via la signature d’un nouveau contrat de fourniture d’électricité avec Marin Clean Energy pour le projet solaire Desert Harvest (150 MWac), dans le sud de la Californie. L’an passé, le groupe français avait déjà racheté la société Global Ressources Options, basée dans le Vermont et spécialisée dans l’installation et la vente de centrales photovoltaïques pour les collectivités, les entreprises et les industriels.

Au total, le groupe EDF Energies Nouvelles déjà dépassé en 2016 les 3 GW bruts de capacités installées d’énergies renouvelables aux Etats-Unis. Aujourd’hui, l’Amérique du Nord dans son ensemble (Mexique compris) contribue désormais pour près de 45% de son chiffre d’affaires et constitue de très loin sa première zone de déploiement avec 10,6 gigawatts (l’équivalent de dix centrales nucléaires) en exploitation.

Les nombreux atouts du marché nord-américain

Malgré les incertitudes qui pèsent sur le secteur énergétique, et les énergies renouvelables en particulier depuis l’élection de Donal Trump, climato-septique assumé, le marché nord-américain des énergies vertes reste pour le moment toujours très avantageux pour les énergéticiens étrangers.

Les grandes entreprises tout d’abord, semblent avoir progressivement changé leur fusil d’épaule et accordent désormais beaucoup plus d’importance à l’origine et à la durabilité de l’énergie qu’elles consomment. Depuis l’accord conclu à Paris lors de la COP21 en décembre 2015, un grand nombre d’entre elles cherchent, pour des raisons d’image, à être alimentées le plus possible en électricité propre. « Cette tendance des entreprises à signer des contrats d’achat d’électricité renouvelable est partie très fortement. Sur les 708 MW que nous avons mis en service ces dernières semaines, plus de la moitié sont des contrats d’achat signés avec des sociétés comme Google, Procter & Gamble, Salesforce », explique à Challenges le directeur général d’EDF EN, Antoine Cahuzac.

La politique fiscale, votée en 2015 et valable jusqu’en 2020, est également très avantageuse pour les énergies vertes et incitait clairement les opérateurs à engager les travaux ou les premières dépenses de leurs projets avant la fin de l’année 2016 pour pouvoir profiter pleinement de réductions d’impôts. Le groupe EDF a donc dans le même temps, sécurisé de l’autre côté de l’Atlantique une capacité totale de 3 gigawatts, principalement dans l’éolien, afin de poursuivre son développement dans les années à venir sous les meilleures conditions.

Lire aussi : EDF RE va installer plus d’éoliennes aux Etats-Unis avec Vestas

Le contexte enfin est lui aussi particulièrement favorable au développement des énergies propres. La chute des prix du solaire et de l’éolien et la proximité de nombreux fabricants et sous-traitants (General Electric, Siemens, Vestas) permettent aux fournisseurs d’énergie de proposer des prix imbattables. Au Mexique par exemple, les deux énergies sont à parité, indique Antoine Cahuzac. « On a signé pour 250 megawatts d’éolien et 80 MW de photovoltaïque pour 35 dollars le megawattheure », alors qu’en France, les prix sont deux fois plus cher. Les délais nécessaires pour mettre sur pied un projet de parc éolien ou photovoltaïque aux Etats-Unis sont eux aussi beaucoup plus courts que dans l’Hexagone. « Il faut environ trois ans pour développer un actif. En France c’est deux fois plus long« , ajoute le directeur.

L’éolien, un secteur d’activité en pleine croissance

De manière plus générale, la filière éolienne en Amérique du Nord comme dans le reste du monde connaît actuellement un essor spectaculaire. Sa croissance moyenne a atteint 26 % par an et devrait encore s’accélérer selon le dernier rapport de prospective à moyen-terme du marché des énergies renouvelables réalisés par l’Agence internationale de l’énergie. En France, le parc éolien national a franchi l’année dernière le cap symbolique des 10.000 mégawatts raccordés et affiche depuis 2014 une dynamique de croissance prometteuse pour les années à venir.

Lire aussi : L’énergie éolienne, source importante d’électricité verte aux Etats-Unis

Le groupe français contribue à ce nouvel élan et a fait au fil du temps de la filière éolienne son premier axe de développement au niveau national et international. Cette énergie représente actuellement 86 % de la capacité installée totale de sa filiale en Europe, en Amérique du Nord, en Afrique et au Moyen Orient.

Crédits photo : EDF RE

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 19 Mar 2014
Après les tours du monde de l'avion SolarImpulse et d'un catamaran 100% solaire, l'énergie photovoltaïque va peut être permettre à un projet encore plus fou de voir le jour.  Le Suisse Raphaël Domjan, qui était déjà aux commande du bateau…
mar 8 Déc 2015
La start-up française Levisys a annoncé cette semaine en marge de la COP21 le lancement de la première expérimentation grandeur nature de son volant d'inertie. Une technologie qui permettrait de stocker l'électricité produite par l'énergie solaire et éolienne pendant plusieurs…
ven 22 Nov 2013
Après avoir installé 120 MW en France et à l’étranger (Belgique, Espagne, Etats-Unis), l’électricien français EDF poursuit son développement dans le secteur de la biomasse. Le groupe vient d’annoncer la mise en service de la centrale de Pinelands (35,6 MW),…
jeu 24 Mar 2016
Après son passage en première lecture au Sénat, le projet de loi sur la liberté de création, l'architecture et le patrimoine (dit projet de loi « CAP ») vient d’être amendé à l’Assemblée nationale. Cette modification, soutenue notamment par les…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *