La Pologne, premier pays au monde émetteur d'obligations vertes La Pologne, premier pays au monde émetteur d'obligations vertes

La Pologne, premier pays émetteur d’obligations vertes au monde

obligations vertes

Réservées aux grandes institutions internationales comme la banque mondiale ou la banque européenne d’investissements, les obligations vertes ou « green bonds » se démocratisent et séduisent désormais aussi bien le secteur privé que les autorités publiques. Preuve de cet intérêt grandissant, la Pologne est devenue le 19 décembre dernier le premier Etat au monde à émettre des obligations vertes souveraines.

Un « green bond » est une obligation émise sous forme de dette sur le marché destinée à financer des projets générant un bénéfice environnemental ou social dans des domaines aussi variés que les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique, le logement social, ou l’éducation. Contrairement aux obligations classiques qui sont levées par une entreprise pour financer ses activités en général, les green bonds sont liés à des projets spécifiques et permettent ainsi de garantir aux investisseurs la poursuite d’un objectif environnemental.

Lire aussi : EDF continue l’aventure des « green bonds »

Après les entreprises et les investisseurs institutionnels, les Etats commencent eux aussi à émettre ce type d’obligations pour financer la transition vers une économie bas carbone. La Pologne, pays pourtant adepte des centrales à charbon, a surpris la communauté internationale en devenant cette semaine le premier Etat au monde à émettre des obligations souveraines vertes. « L’intérêt pour notre émission a été très fort et cela nous a permis de l’augmenter à 750 millions d’euros par rapport aux 500 millions d’euros prévus initialement », s’est félicité le ministère des Finances polonais, cité par l’agence PAP. « C’est assez surprenant, car la Pologne n’est pas vue comme le pays le plus ambitieux sur la question du climat », a réagi pour sa part auprès de l’AFP Igor Shishlov, chef de projet Finance et climat à l’institut I4CE, basé en France.

Lire aussi : Les centrales à charbon de nos voisins nous enfument

La France devrait de son côté, comme annoncé en septembre dernier par le gouvernement, lancer sa première obligation souveraine verte en 2017 pour financer des investissements écologiques, sous réserve des conditions de marché. Cette opération, estimée au total à plus de 9 milliards d’euros annuels, permettra de financer entre autres les investissements verts du troisième programme d’investissements d’avenir.

Crédits photo : DR

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 2 Mai 2017
La ministre de l'Environnement et de l'Energie Ségolène Royal a dévoilé lors d'une réunion professionnelle jeudi 27 avril 2017, les lauréats de la première période de l’appel d’offres solaire lancé en 2016. Au total 361 projets ont été retenus pour…
mar 20 Juin 2017
Si l’isolement des îles du Ponant dans le Finistère explique la complexité de l’approvisionnement énergétique de ces territoires insulaires, il justifie du même coup la nécessité de mieux gérer et maîtriser la consommation d’électricité pour les populations en place. Classées…
jeu 3 Juil 2014
STX France, spécialiste de la construction navale, a officialisé le jeudi 29 juin 2014 la construction d’une usine pour les énergies marines renouvelables à Saint-Nazaire en Loire-Atlantique. L’ancien « Alstom marine » veut ainsi construire deux bâtiments, pour un coût total…
lun 8 Mai 2017
Connue pour avoir mis en service en 2015 la plus grande centrale solaire d'Europe à Cestas près de Bordeaux, la société française Neoen, spécialisée dans les énergies vertes, est cette fois-ci impliquée dans la plus grande centrale photovoltaïque d'Amérique centrale.…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *