Les investisseurs se détournent progressivement des énergies fossiles Les investisseurs se détournent progressivement des énergies fossiles

Les investisseurs internationaux se détournent progressivement des énergies fossiles

investissements internationaux

Selon une enquête réalisée par le cabinet de conseil Arabella Advisors pour l’association DivestInvest et publiée la semaine dernière, les investisseurs internationaux seraient aujourd’hui plus enclin à financer le développement des énergies vertes. Un nombre grandissant d’institutions financières tourneraient même le dos aux énergies fossiles, jugées de plus en plus risquées dans un monde mobilisé contre le réchauffement climatique.

Si l’intégration du risque climatique dans leurs portefeuilles de gestion est encore loin d’être systématique, les investisseurs internationaux (fonds de pension, les assureurs, les fonds souveraines, ou les fondations et fonds de dotation) savent généralement reconnaître les filières d’avenir. Or, selon l’enquête du cabinet de conseil Arabella Advisors, les énergies fossiles seraient désormais un secteur d’activité trop risqué compte tenu des évolutions actuelles.

Lire aussi : Les investisseurs internationaux se tournent vers les énergies renouvelables en Afrique

« Au total, quelque 688 institutions et 58.399 particuliers à travers 76 pays se seraient engagés à céder leurs investissements dans les énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon…) », souligne ce rapport. Un mouvement qui pèse aujourd’hui plus de 5.000 milliards de dollars d’actifs, soit deux fois plus lourd dans la finance mondiale qu’il y a quinze mois.

Lire aussi : Les investissements verts stagnent en France depuis 2013

Cette sortie des énergies les plus polluantes a pour effet de soutenir l’investissement dans les énergies propres, qui a atteint un chiffre record de 329 milliards de dollars en 2015. L’étude note en effet que plus de la moitié des institutions qui se sont engagées à sortir des énergies fossiles ont pris des mesures pour la lutte contre le réchauffement climatique en investissant par exemple dans les énergies renouvelables ou l’efficacité énergétique. On peut citer parmi ces nouveaux investisseurs responsables les assureurs Allianz ou Aegon mais aussi plusieurs grandes banques françaises comme le Crédit Agricole, la Société Générale et Natixis.

Crédits photo : DivestInvest

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
D’après le rapport annuel de l'Agence des participations de l’État, publié jeudi 27 octobre, les entreprises dont l’État est actionnaire ont rapporté 3,9 milliards d’euros de dividendes en 2015, deux énergéticiens se classant parmi les 5 premiers contributeurs. (suite…)
Alors que les Écossais se prononcent aujourd'hui jeudi 18 septembre sur leur indépendance et la séparation de l'Ecosse et du Royaume-Uni, des questions se posent quant à l'avenir de la collaboration des deux nations en matière énergétique. Un marché commun pourrait se segmenter…
jeu 29 Sep 2016
La maison Blanche a annoncé que Barack Obama avait rendez-vous avec Léonardo DiCaprio, le 3 octobre prochain, afin de parler du changement climatique. Quelques jours plus tard, le London film festival diffusera pour la première fois en Europe le documentaire…
ven 16 Déc 2016
L'optimisation des capacités de stockage électrique constitue un des enjeux fondamentaux de la transition énergétique au regard des perspectives de développement des énergies renouvelables intermittentes. Un défi sur lequel s'est penché l’institut allemand Fraunhofer IWES dans le cadre du projet…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *