La centrale nucléaire de Chinon éclaire sa « Boule » - L'EnerGeek

La centrale nucléaire de Chinon éclaire sa « Boule »

« La Boule », nom donné au premier réacteur nucléaire à usage civil de France, près de Chinon, sera éclairée tous les soirs à partir du 8 novembre 2016. Un spectacle lumineux sera également projeté sur la sphère deux jours par semaine, les mercredis et samedis.

Versailles a son château et Paris, bien sûr, sa Dame de fer. Avoine, commune de 1 800 habitants en Indre-et-Loire, quant à elle, a sa « Boule ». Avec ses 47 mètres de hauteur et 55 de diamètre, elle est le plus grand bâtiment sphérique d’Europe, et son histoire se confond avec celle de la grande aventure scientifique, économique et diplomatique qu’est le nucléaire en France.

Objet céleste 

Dès la fin des années 1950, le développement de l’énergie nucléaire s’était imposé comme la meilleure solution pour pallier le manque de sources énergétiques nationales. De 1963 à 1971, six réacteurs sont mis en service : trois sur le site de Chinon (à Avoine), deux à Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher) et un à Bugey (Ain). Le premier réacteur de la centrale nucléaire de Chinon est rapidement surnommé « la Boule » en raison de sa forme sphérique. Il deviendra le symbole d’une époque pionnière, qui marque un grand tournant pour la filière nucléaire française.

Lire aussi : A Saint-Laurent-des-Eaux, EDF souhaite prolonger le démantèlement des anciens réacteurs

En dix ans, la Boule a produit 2 512 000 kWh d’électricité, avant d’être mise en sommeil le 13 avril 1973, puis transformée en « Musée de l’atome » en 1986. La centrale de Chinon a, de son côté, poursuivi sa route et ses quatre réacteurs à eau pressurisée produisent aujourd’hui 24 milliards de kWh sans rejet de CO2, soit près de 6 % de l’électricité française d’origine nucléaire. Plus de 2 500 femmes et hommes travaillent au quotidien pour assurer la disponibilité des unités de production de la centrale, qui a embauché plus de 600 personnes depuis 2008.

La Boule accueille en moyenne 2 000 visiteurs sur les 6 000 personnes qui visitent les installations de la centrale de Chinon tous les ans. Une attractivité qui devrait se renforcer grâce à sa récente mise en lumière. En effet, l’illumination du premier réacteur nucléaire à usage civil de France est une véritable prouesse technique en raison de son imposante taille. Les architectes « lumière », Guy Garcia et les ateliers Frédéric Casanova, ont imaginé une scénographie unique qui se compose d’un éclairage fixe avec des variations de couleurs très contrastées qui mettent en valeur la forme parfaite de la sphère. Une sorte de planète à découvrir en bords de Loire ; un mystérieux objet céleste.

Électricité décarbonée

Les concepteurs du spectacle ne s’y sont pas trompés, qui ont également imaginé une quinzaine de tableaux différents composés de mouvements d’eau et de constellations d’étoiles. D’abord planète Terre vue d’un satellite avec ses océans en mouvement, la Boule se transforme ensuite en planète déserte offrant des paysages lunaires ou profusion de paillettes qui embrasent le ciel.

Astre resplendissant, cette immense sphère nous rappelle que l’univers tout entier est énergie. De la plus petite particule en mouvement jusqu’aux galaxies qui évoluent selon des lois que nous ignorons. A l’origine de l’univers, l’énergie est également omniprésente dans notre vie quotidienne, que ce soit dans l’habitat, les transports ou les biens de consommation. Même s’il est vrai que nous n’en prenons conscience que quand nous la payons et quand nous pensons à notre empreinte carbone.

Lire aussi : Demain, tous producteurs d’électricité ?

De ce point de vue, la Boule représente l’engagement historique de la France pour produire une électricité sûre, abordable et décarbonée. Et l’éclairage qui la met aujourd’hui en avant montre que cet engagement est plus que jamais d’actualité.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 5 Fév 2016
A la toute fin du mois de janvier, les principaux responsables du site nucléaire de Flamanville ont dressé devant la presse les perspectives pour 2016. Entre l’exploitation des réacteurs installés et l’avancement du chantier de l’EPR, les agents d’EDF ont…
jeu 3 Jan 2013
Le groupe français Areva, via sa co-entreprise Atmea, qu'il possède avec le japonais Mitsubishi, participe à un appel d'offres concernant la construction d'un réacteur nucléaire en Turquie. Par le biais de Atmea, les groupes Areva et Mitsubishi Heavy Industries (MHI),…
jeu 2 Mai 2013
D’après le quotidien japonais Nikkei, les groupes français Areva et japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI) seront chargés de la construction de la seconde centrale nucléaire de Turquie. Selon le journal nippon, un accord sera signé vendredi 3 mai entre le…
mer 14 Mai 2014
La France est le premier pays à avoir créé une force d’action rapide nucléaire (Farn), dans le cadre des mesures de renforcement de la sûreté nucléaire post-Fukuhsima. La Chine lui emboîte le pas en annonçant la création prochaine d’une équipe…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.