Genesis : une nouvelle plateforme de recherche nucléaire unique en France - L'EnerGeek

Genesis : une nouvelle plateforme de recherche nucléaire unique en France

genesis_recherche_nucléaire_photo_Université_RouenMercredi 6 juillet dernier, le Groupe d’Études et de Nanoanalyses des EffetS d’IrradiationS GENESIS était inauguré sur le site de Madrillet à l’Université des Sciences et Techniques de Rouen. Cette plateforme de recherche unique en son genre résulte d’une coopération étroite entre les laboratoires GPM de Rouen, CIMAP de Caen et CEA de Saclay, et a pour objectif d’étudier les effets d’irradiation à long terme sur les matériaux constituant nos réacteurs nucléaires. Ce groupe d’étude sera pleinement opérationnel à compter du mois de septembre 2016.

Un programme de recherche sur le vieillissement des matériaux nucléaires

A l’heure où une prolongation de la durée d’exploitation du parc nucléaire français est évoquée afin d’accompagner le processus de transition énergétique en cours, de nombreux programmes de recherche tentent d’approfondir les conséquences du vieillissement sur les enceintes des réacteurs nucléaires et d’évaluer ainsi la qualité et la durabilité des ouvrages en place.

Le projet Genesis s’est constitué dans ce but et afin d’optimiser les recherches françaises sur le vieillissement et le développement des matériaux de structures pour les réacteurs électronucléaires de générations actuelles ou futures. Ces études permettront d’appréhender la matière aux bonnes échelles et de réaliser des expériences modèles pour comprendre les mécanismes fondamentaux à l’origine de l’évolution des matériaux dans le temps.

Lire aussi : “Vercors” : un réacteur miniature pour tester le vieillissement des centrales

Comme l’explique à Tendance Ouest, Philippe Pareige, professeur à l’université de Rouen et directeur de cette plateforme, “c’est un groupement de laboratoires dont la compétence principale est l’étude des effets d’irradiation dans les matériaux soumis à des bombardements de particules comme on peut le rencontrer dans les réacteurs nucléaires. L’objectif est de comprendre le vieillissement, les performances et la longévité des matériaux des réacteurs nucléaires, principalement français.”

Une application concrète pour l’industrie nucléaire

Plus concrètement, ce regroupement de laboratoires accompagné par les groupes industriels EDF et Areva, jouit désormais (et c’est une première en France) des moyens techniques nécessaires pour manipuler et analyser l’ensemble des matériaux radioactifs utilisés au sein d’un réacteur de production nucléaire. Ces chercheurs pourront établir à terme des lois générales sur la résistance des matériaux en fonction de l’exposition et des durées d’irradiation, et déterminer la composition optimale des installations de demain.

“Par l’étude de ces matériaux, il sera possible d’établir des lois pour savoir combien de temps un matériau garde ses propriétés et à partir de quand il les perd. Nous pourrons également proposer aux entreprises des solutions pour modifier les matériaux afin qu’ils durent plus longtemps”, poursuit Philippe Pareige.

Le projet Genesis regroupe déjà plusieurs dizaines de scientifiques, ingénieurs et techniciens répartis au sein des installations de Saclay, de Rouen et de Caen. Le coût total du projet (Caen, Rouen, Saclay) s’élève pour le moment à 27,3 millions d’euros, dont 14 millions d’euros financés au titre du programme des investissements d’avenir, sur le volet EQUIPEX (équipements d’excellence), accompagné par l’Agence Nationale de la Recherche, et 7,4 millions d’euros apportés par la Région Normandie en faveur des laboratoires impliqués de Rouen et de Caen.

Lire aussi : EDF fait le point sur son “grand carénage”

Crédits photo : Université de Rouen

 

Rédigé par : lucas-goal

Avatar
mer 28 Fév 2024
L'usine de La Hague s'apprête à vivre une révolution. Emmanuel Macron et son conseil de politique nucléaire a annoncé des investissements massifs, promettant de redéfinir l'avenir énergétique de la France.   La Hague va recevoir un important coup de pouce…
lun 28 Nov 2022
Il ne faudrait pas s’inquiéter autant des risques de coupures d’électricité cet hiver, d’après la présidente de la Commission de régulation de l’énergie. Qui est beaucoup plus préoccupée par l’hiver 2023. Interviewée par BFM Business, Emmanuelle Wargon, présidente de la…
Enedis serait en train de préparer une réforme du système des heures creuses à la demande de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), afin d'alléger le réseau électrique public et de l'adapter à la production d'électricité produite à partir…
Le Vietnam a demandé, mardi 21 mai 2024, à plusieurs industriels, dont Foxconn, de réduire leur consommation d'électricité pour alléger le réseau national et éviter les coupures pendant les mois de fortes chaleurs. Le Vietnam veut alléger son réseau électrique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.