Microsoft immerge ses data centers pour les rendre moins énergivore - L'EnerGeek

Microsoft immerge ses data centers pour les rendre moins énergivore

Microsoft NatickUne équipe de chercheurs de chez Microsoft travaille depuis trois ans sur un projet baptisé Microsoft Natick qui vise à déterminer la faisabilité technique d’un nouveau type de data center, capable d’être immergé pour de longues périodes au fond de l’océan. À l’heure où les activités liées au cloud ne cessent d’augmenter, le géant américain de l’informatique compte s’appuyer sur les avantages de l’eau de mer pour réduire la consommation énergétique de ses centres de données. Et si l’avenir du cloud se trouvait à 20.000 lieues sous les mers ?

Des datas centers sous-marins…

C’est devant un parterre de journalistes des plus attentifs, le 30 janvier dernier, que Microsoft a remonté du fond des eaux californiennes un prototype de ce que pourraient être les data centers du futur : un imposant module blanc de 17 tonnes capable d’opérer à plus de 30 mètres sous la surface de l’océan.

Ce prototype de data center sous-marin est issu du projet de recherche Microsoft Natick. La firme de Redmont estime que la démocratisation d’une telle technologie permettrait d’apporter une réponse respectueuse de l’environnement à l’importante consommation énergétique qui caractérise ces dispositifs indispensables au bon fonctionnement de l’Internet et des services du cloud.

Il faut en effet savoir que les data centers sont des installations fortement énergivores. Ceux installés en France consommeraient près de 9% de notre électricité. Aux États-Unis, les centres de données appartenant à Google et Facebook auraient une consommation électrique comparable à celle d’une ville comme Bordeaux. À l’heure de la transition énergétique, la réduction des dépenses énergétiques des data centers apparait donc comme une des priorités pour les acteurs du monde numérique.

… indépendants d’un point de vue énergétique

Équipé pour exploiter l’énergie marémotrice (valorisation des mouvements de l’eau) et l’énergie houlomotrice (issue du mouvement des vagues), l’innovant data center sous-marin de Microsoft pourrait tendre vers l’indépendance énergétique, grâce aux caractéristiques naturelles du milieu océanique. Une auto-alimentation rendue possible grâce aux énergies marines renouvelables et qui permettrait ainsi d’éviter le recours aux énergies fossiles polluantes.

L’immersion des data centers au fond de l’océan permettrait également d’apporter une réponse naturelle au besoin de refroidissement de ces dispositifs. L’idée de Microsoft est en effet d’utiliser l’eau froide des fonds marins pour éviter tout phénomène de surchauffe et pour abaisser de manière écologique (et économique) la température des centres de données. Là aussi, il s’agit de réduire l’utilisation de ressources énergétiques polluantes pour alimenter les systèmes de refroidissement.

En plus des avantages en termes d’approvisionnement en énergie et en refroidissement des installations, l’immersion des data centers à proximité des côtes, où réside une grande partie de la population mondiale, permettrait d’accélérer la transmission des données informatiques. Microsoft a d’ores et déjà planifié d’autres tests en condition réelle, notamment en Europe du Nord.

Crédit photo : microsoft Natick

Rédigé par : guy-belcourt

Avatar
lun 28 Sep 2015
Le groupe grenoblois HydroQuest a annoncé le jeudi 24 septembre dernier, le raccordement effectif au réseau électrique français de son hydrolienne fluviale implantée à Orléans. Un raccordement inédit en France qui marque ici le passage d'une nouvelle étape dans le…
jeu 11 Avr 2019
Le 7 mars 2019, la Commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, a rappelé à l’ordre la France au sujet de l’ouverture à la concurrence des barrages hydrauliques. La Commissaire veut avoir un « calendrier précis » de la mise…
mar 14 Mai 2019
Pays moteur de la révolution industrielle, le Royaume-Uni s’est longtemps reposé sur le charbon comme source d’énergie. La première centrale à charbon britannique a ouvert ses portes en 1882 et pour la première fois depuis cette date, le Royaume-Uni est…
lun 5 Mar 2018
Trois ans après avoir racheté en 2015 la branche énergie d'Alstom, et son éolienne de 6 mégawatts baptisée "Haliade", le groupe américain poursuit son développement en France et en Europe. GE Renewable Energy a annoncé jeudi 1er mars 2018, son…

COMMENTAIRES

  • Je suis tout à fait bluffé, ouah c’est une super bonne idée. Quoi de plus rentable que d’utiliser les ressources naturelles au service de la technologie. J’ai toujours été à l’affût de toutes les nouveautés de chez Microsoft et là je suis tout à fait bluffer, je n’ai rien d’autre à dire ! Allez les gars !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.