Bilan électrique 2015 : les principaux enseignements - L'EnerGeek

Bilan électrique 2015 : les principaux enseignements

bilan2015D’après le bilan électrique 2015, réalisé par Réseau transport électricité (RTE), la consommation électrique des Français a augmenté de 0,5 % l’an dernier, pour s’établir à 476,3 TWh. Globalement, les énergies bas carbone progressent – le renouvelable surtout ; le nucléaire se maintient – tandis que les énergies fossiles diminuent.

Dans un contexte économique plus favorable, selon les chiffres de l’INSEE – une croissance économique d’1,1 % l’an dernier -, la consommation d’électricité corrigée de l’effet météorologique a augmenté de 0,5%, pour atteindre 476,3 TWh, en 2015. Une hausse qui s’explique également, selon Olivier Grabette, directeur général adjoint de RTE, par le caractère hautement “thermosensible” de la France : une baisse d’un degré de la température en hiver entraine souvent une consommation additionnelle de 2.400 MW, estime-t-il.

Du côté de la production, le bilan électrique 2015 souligne que la puissance installée a également augmenté de 0,5% sur cette période – 584 MW. En effet, “le parc charbon diminue de 1 500 MW, tandis que le parc renouvelable, solaire et éolien essentiellement, s’accroît de 2 000 MW” d’après le rapport. Désormais, la répartition de la production d’électricité est la suivante : 76% pour le nucléaire, 11% pour l’hydraulique, 6% pour le thermique, 4% pour l’éolien et 3% pour les autres ENR.

Concernant ces énergies vertes, Olivier Grabette indique que “sur une journée [le 9 mai 2015, ndlr], les renouvelables ont pu produire 34% de la consommation électrique française”. Un niveau record qui devrait être battu, si ce n’est cette année, du moins au cours des prochains exercices, vu la croissance des infrastructures renouvelables en France. Le directeur général adjoint de RTE de rappeler toutefois que “l’année a été marquée par de très bonnes conditions de vent et d’ensoleillement”, sous-entendant que la productivité des énergies renouvelables était avant tout fonction du climat.

Pour pallier leur intermittence, la France peut compter sur une autre énergie bas carbone, selon le rapport de RTE. Le nucléaire tient en effet son rang de première source de production dans l’Hexagone, ce qui permet des prix de l’électricité toujours plus bas que la moyenne européenne, et une balance commerciale en la matière excédentaire.

Rédigé par : jacques-mirat

Avatar
mar 4 Mar 2014
Le drapeau de la Russie a été hissé sur le Parlement de Crimée, péninsule du sud de l'Ukraine, dans la ville de Simferopol. Le parlement russe a voté à l'unanimité une intervention sur le sol ukrainien. Barack Obama a mis…
lun 11 Mar 2019
Alors que le Grand Débat National se termine dans quelques jours, Nicolas Hulot vient de reprendre la parole. L'ancien ministre et Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, ont présenté le 5 mars 2019 un Pacte social et écologique.…
mar 11 Déc 2018
Lundi 10 décembre 2018, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) a publié une étude sur la trajectoire du mix-électrique à l'horizon 2060. Plusieurs scénarios sont avancés, et à chaque fois, les EnR sont considérées comme la…
mer 8 Mar 2017
Après avoir officialisé au début du mois de mars la création de la société Nuclear Solutions, regroupant ses filiales du secteur dans un seul pôle dédié à l’assainissement nucléaire, Veolia poursuit avec succès sa quête de nouveaux marchés. Le groupe…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.