Freevolt : comment récupérer l'énergie des réseaux sans fil - L'EnerGeek

Freevolt : comment récupérer l’énergie des réseaux sans fil

Freevolt - Le projet Freevolt proposé par le Lord britannique Paul Drayson, est un système permettant de récupérer l’énergie émise par les réseaux sans fil. Pour l’inventeur, Freevolt ne représente, ni plus ni moins, que la nouvelle source énergétique de l’Internet des objets. Le système a déjà été breveté et présente des applications intéressantes pour le secteur de la grande distribution notamment.

Récupérer l’énergie des réseaux sans fil

Le projet porté par l’ancien ministre des sciences est le premier brevet au monde prétendant pouvoir exploiter les énergies issues des rayonnements radioélectriques. Le système est capable de produire de l’énergie à partir des réseaux wifi, 3G et 4G ou encore de la télévision directe.

Lors de la présentation du projet, Lord Drayson a utilisé son dispositif pour alimenter une lampe LED bleue, une technologie utilisant peu d’énergie. Pour expliquer le fonctionnement de son invention, il a même demandé aux journalistes de placer leur téléphone en mode avion au début de la conférence, puis de les rallumer pour constater la différence d’intensité énergétique fournie par son appareil. Plus impressionnant encore, il s’est servi de son Freevolt pour alimenter le micro avec lequel il a fait sa présentation.

Dans un papier qu’il a lui-même publié, Lord Drayson reconnaît que les ondes RF moyennes dans un bureau ou un environnement extérieur sont estimées entre 20 et 35 nW/cm². Le projet parle donc bien de quantités d’énergie produite extrêmement faibles, mais prometteuses dans le domaine de l’Internet des objets. Toutefois, sur la durée, la technologie permet une collecte d’énergie indéfinie, ce qui offre des débouchés intéressants.

Les applications possibles

Il est évident que Freevolt n’est pas la solution miracle qui permettra à la batterie d’un smartphone de durer éternellement ; l’invention présente tout de même des perspectives intéressantes. Les quelques nanowatts fournis par la nouvelle technologie peuvent notamment être très utiles pour alimenter des capteurs, que ce soit sur des appareils domestiques comme les réfrigérateurs ou sur des parkings pour calculer plus efficacement le nombre de places disponibles.

Lors de la présentation du projet, Lord Drayson a fait une démonstration avec l’application CleanSpace. Alimenté par Freevolt, un capteur placé sur un smartphone a été capable de relever la qualité de l’air, notamment via la concentration en monoxyde de carbone, et de la résumer dans un rapport accessible sur l’application. Des objets connectés comme les smart watches pourraient aussi bénéficier d’une telle source d’énergie en gagnant quelques jours d’autonomie.

Dans le domaine de la grande distribution, Freevolt pourrait également être très intéressant. Les enseignes multiplient, en effet, les initiatives pour récupérer des données sur les habitudes de consommations de leurs clients. Grâce à Freevolt, elles pourront placer des millions de capteurs à travers les magasins sans se soucier de leur approvisionnement en énergie.

Certains experts doutent tout de même de l’intérêt réel du projet. Dans un article de la BBC, Dean Bubley, analyste de la technologie mobile et fondateur de Disruptive Analysis, annonçait ainsi : “Après avoir vu la démonstration,  je me suis dit que ce procédé était fascinant. Mais je n’ai pas besoin de Freevolt. La même chose pourrait être atteinte avec un émetteur de batterie à faible puissance.”

Crédit Photo : Draysontechnologies

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 12 Oct 2015
L’Agence Nationale de la Recherche a lancé en 2012 le programme DIESALG afin d’étudier de nouvelles souches de microalgue capables de générer une production industrielle et durable de biocarburant de 3ème génération. Après plusieurs années de collaboration, les scientifiques viennent…
jeu 3 Avr 2014
Permettant d’alimenter environ 340.000 personnes en électricité sans émissions de CO2, le barrage de Tignes (Savoie) est un outil de production auquel EDF n’a aucune raison de renoncer. Une particularité géologique a toutefois rapidement perturbé le bon fonctionnent de cette…
lun 23 Mar 2015
Des chercheurs coréens et australiens viennent de mettre au point un textile capable de produire sa propre énergie pour recharger des appareils électroniques ou pour alimenter des équipements médicaux portables, par exemple. Pour cela, pas besoin d’apport extérieur d’électricité : le…
jeu 4 Juin 2015
L’entreprise suédoise Minesto AB, spécialisée dans la production d’énergies propres a annoncé l’ouverture d’une branche « énergie marine » en Grande-Bretagne, au large des côtes galloises. Un parc de « cerfs-volants marins » va, en effet, être installé près de l’île d’Anglesey…

COMMENTAIRES

  • Bonjour,

    Peut-être n’ai-je pas bien compris le fonctionnement du produit, mais n’y a-t-il pas de risque de perte d’information? Si l’appareil utilise l’énergie de son environnement, lorsque je m’en approche, ma batterie de mon téléphone se vide (et mes messages sont-ils bien envoyés/y a-t-il des problèmes de réseaux)?

    Les supermarchés vont-ils devoir payer leurs clients pour utiliser leurs batteries?

    Le projet est très intéressant, ce ne sont que de simples questions qui agitent ma curiosité.

    Cordialement,

    Répondre
  • Bonjour Julie,

    Non cela n’occasionnerait pas de perte d’information, ni de vidage de la batterie car les ondes électromagnétiques se propagent dans toutes les directions, celles n’allant pas dans la direction de la station de base sont donc perdue de toute façon. Ces cette énergie perdue qui est récupérer par le dispositif.

    Cordialement,

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.