Les nouveaux objectifs de la WNA pour le nucléaire mondial - L'EnerGeek

Les nouveaux objectifs de la WNA pour le nucléaire mondial

Centrale Nucléaire - YelkrokoyadeJeudi dernier se tenait le symposium de l’Association Nucléaire Mondiale (World Nuclear Association, WNA) qui rassemble les principaux acteurs du secteur. Au cours de cet événement, les perspectives et objectifs du nucléaire ont été exposés. La filière nucléaire se tient prête en vue de participer aux efforts nécessaires pour atteindre les objectifs climatiques qui font tant parler d’eux à l’approche de la COP21.

Un objectif fixé à 25% d’énergie nucléaire dans le mix électrique mondial d’ici à 2050

Aujourd’hui, même si les deux tiers de la population de la planète vivent dans un pays utilisant de l’énergie nucléaire, seule 11% de l’électricité mondiale provient de l’atome. L’Association Nucléaire Mondiale souhaite augmenter la part du nucléaire pour lui faire atteindre 25% en 2050. Cet objectif fait partie du plan baptisé “Initiative Harmonie” soutenu par l’association.

La capacité nucléaire actuelle totale est de 379 GWe. Pour atteindre les objectifs fixés par la WNA, il faudrait donc augmenter la capacité nucléaire mondiale de 1000 GWe d’ici à 2050 : entre 2015 et 2020, l’association prévoit l’ajout de 50 GWe supplémentaires puis 125 supplémentaires entre 2020 et 2025 et enfin les 825 GWe manquants entre 2025 et 2050.

En écho à l’étude publiée ces derniers jours par l’AIEA (Agence Internationale de l’Énergie Atomique) et qui prévoit une nouvelle croissance du nucléaire pour les années à venir, la WNA a bon espoir que les freins au développement de l’atome, à savoir les inquiétudes soulevées par la catastrophe de Fukushima et les fortes subventions faites aux énergies renouvelables, seront levés en vue d’atteindre les objectifs de protection du climat qui seront définis lors de la COP21 à Paris en novembre-décembre.

Des objectifs réalisables

Selon les initiateurs du plan Harmonie, les objectifs d’accroissement de la capacité nucléaire sont compatibles avec les ressources en uranium connues dont nous disposons, au moins jusqu’en 2035.

Les prix de l’uranium ont beaucoup chuté ces dernières années, les recherches de nouveaux gisements et la mise en service de nouvelles mines d’uranium ont donc été ralenties ou annulées. Dans les 10 prochaines années, la WNA prévoit toutefois une reprise de ces activités, qui devrait conforter la sécurité en approvisionnement en matières premières des industries nucléaires.

Toutefois, si les objectifs de la WNA sont réalisables techniquement, l’association rappelle que le nucléaire subit dans le même temps une forte concurrence d’autres sources d’énergie, les énergies renouvelables notamment, qui sont subventionnées par de nombreux États de l’OCDE, mais qui n’apportent pas encore les mêmes garanties en matière d’approvisionnement énergétique (installations moins puissantes, intermittence…). La WNA a ainsi appelé les dirigeants de l’OCDE à prendre conscience de l’importance du nucléaire dans toute stratégie visant à limiter les émissions de gaz à effet de serre.

Il faudrait 81 milliards de dollars d’investissement annuel dans le nucléaire d’ici à 2040 pour atteindre les objectifs de l’ANM qui a toutefois effectivement besoin que l’opinion publique lui soit davantage favorable.

Crédits Photo : Yelkrokoyade

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 15 Mai 2013
Créée suite à la catastrophe de Fukushima, la nouvelle autorité garante de la sureté nucléaire au Japon devrait, selon les médias nippons, confirmer aujourd’hui la présence d’une faille active sous le réacteur 2  de Tsuruga. En cas de confirmation, ce…
mar 16 Déc 2014
Après 5 ans de négociation, la République du Ghana a obtenu le feu vert de L'Agence Internationale de l'Énergie Atomique (AIEA) pour se lancer dans la production d'électricité à l'aide de l'énergie nucléaire. Selon Thomas Agabas, ministre de l'Énergie et…
ven 13 Oct 2017
Les travaux sur le site de Cigéo ont commencé à l’an 2000, avec l'installation d'un laboratoire sous-terrain dans le Grand Est, qui "constitue un atout scientifique exceptionnel pour l'Andra". Dès l’origine, la conception d'un Centre Industriel de stockage GÉOlogique (CIGéO)…
mar 21 Mar 2017
Fragilisé à plusieurs reprises ces dernières années lors des arrêts temporaires de trois réacteurs nucléaires pour cause de maintenance, le système d'approvisionnement belge ne semble pas pouvoir se passer dans l'immédiat de ses centrales de production nucléaire sans faire peser…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.