Un nouveau départ pour la centrale hydroélectrique belge d'Andenne - L'EnerGeek

Un nouveau départ pour la centrale hydroélectrique belge d’Andenne

Barrage d'Andenne_photo de BuzicQuand quelque chose marche bien, on le garde, on en prend soin et, si possible, on l’améliore. C’est selon cette logique qu’EDF Luminus a décidé de la remise à niveau de la centrale hydroélectrique d’Andenne, en région wallonne. Avec deux nouvelles turbines et un investissement à la hauteur de 9 millions d’euros, il s’agit là d’assurer la pérennité de l’outil, mais aussi d’augmenter ses performances. Cette rénovation va permettre à la centrale de repartir pour 30 ans de production d’énergie renouvelable.

Depuis sa mise en service il y a 35 ans, la centrale assure une production annuelle moyenne de 33 GWh grâce à ses trois groupes turbine-alternateur d’une puissance totale de 9 150 kW. Elle fournit une production électrique équivalente à la consommation de plus de 11.400 ménages.

Les travaux effectués ont d’abord consisté  au démantèlement des deux anciennes turbines, puis  à la mise en place d’un coffrage métallique pour accueillir les deux nouvelles turbines venues d’Allemagne. Chaque turbine fait 9 mètres de long et 7 mètres de diamètre, à l’endroit le plus large, pour un poids de 35 tonnes.

Elles resteront “exposées” jusqu’au 7 septembre, puis, une équipe d’une trentaine de personnes (ouvriers du génie civil, électricien, personnel d’encadrement) les enfermera sous une couche de béton. La 3e turbine quant à elle, devrait faire l’objet d’une remise à niveau. La mise en service de l’ensemble est prévue pour fin novembre, voire en décembre.

Si EDF Luminus est surtout connu pour son implication dans des projets éoliens, l’hydroélectricité est également un pan important de l’activité renouvelable de la filiale belge de l’électricien français . Elle exploite 7 centrales hydroélectriques sur la Meuse et la Sambre pour une puissance totale de 70 mégawatts et une production en direction de 60.000 familles. L’entreprise a investi environ 200 millions d’euros en 2014 et 2015 pour la rénovation de ses centrales hydroélectriques.

Ce coup de jeune est en tout cas une bonne nouvelle pour la Wallonie dont l‘objectif pour 2020 est d’atteindre 12,5 % d’électricité renouvelable contre un peu plus de 10 % actuellement. D’autant plus que la centrale permet de ramasser annuellement près de 200 tonnes de déchets, amassés sur les grilles du chenal.

Crédit photo : Buzic

 

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 20 Mai 2016
Le groupe français investit depuis plusieurs années maintenant dans la construction d’installations destinées à limiter l'impact de ses centrales hydroélectriques sur le milieu naturel et la biodiversité. Une stratégie que l'on retrouve notamment en Alsace, où l'énergéticien a inauguré, ce…
jeu 4 Avr 2013
Un arrêté ministériel paru mercredi 3 avril au Journal Officiel instaure un nouveau tarif d’achat, plus élevé, pour la filière éolienne ultramarine. Les départements et territoires d’outre-mer, non-connectés au réseau électrique national connaissent des difficultés pour assurer leur approvisionnement énergétique.…
jeu 2 Oct 2014
D'ici une trentaine d'années, le soleil pourrait bien devenir la ressource dominante dans les mix électriques mondiaux. C'est en tout cas le scénario révélé lundi 29 septembre par l'Agence Internationale de l'Énergie (AIE). L'organisation internationale fondée par l'OCDE en 1974 a…
lun 1 Juin 2015
Dernière innovation de l’ECN (Energy Research Center of the Netherlands), un train a sustentation magnétique aurait la capacité de stocker 10% de l’électricité qu’utilisent quotidiennement les Pays-Bas : ce projet ambitionne de révolutionner le domaine du stockage de l’énergie et celui des énergies renouvelables…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.