La centrale du Tricastin parée contre les caprices du Rhône - L'EnerGeek

La centrale du Tricastin parée contre les caprices du Rhône

Centrale_nucleaire_Tricastin_photo_ASNSi les grandes crues dévastatrices au Sud de la vallée du Rhône se font plutôt rares, elles ne sont pas impossibles et présentaient une menace éventuelle pour la sûreté du site nucléaire du Tricastin dans l’éventualité d’une crue exceptionnelle. Un risque limité donc, mais pris très au sérieux par l’Autorité de sûreté nucléaire français (ASN) et EDF qui ont engagé un programme de sécurisation et de renforcement des ouvrages hydrauliques situés en amont de la centrale.

Inaugurés le jeudi 4 juin dernier en présence de Sylvie Richard, directrice de la centrale EDF Tricastin et de Daniel Pépin, directeur délégué à la coordination de l’eau Alpes Méditerranée, les travaux réalisés sur les aménagements hydrauliques de Donzère dans la Drôme, auront nécessité un investissement de plus de 15 millions d’euros de la part de l’énergéticien et assurent désormais un niveau de sûreté maximal. La centrale serait protégée même en cas d’une crue d’une ampleur jamais observée auparavant.

En effet, si les risques de crues sont minimes sur cette partie du Rhône, une crue millénale (qui se produit tous les 1000 ans) n’est pas impossible et pourrait atteindre selon les estimations un débit du fleuve dépassant les 13.700 m³/s (contre 1.600 m³/s de moyenne en temps normal). Un scénario très peu probable mais dont les conséquences hypothétiques sur le niveau des eaux du canal de Donzère-Montdragon auraient pu poser des difficultés aux exploitants de la centrale du Tricastin.

Plusieurs aménagements ont été réalisés pour supporter une telle augmentation du débit comme le rehaussement d’une des passes navigables, le renforcement des digues et la création d’un déversoir pour évacuer un éventuel surplus d’eau. Ces installations hydrauliques prévues à la base pour supporter une crue de 9.900 m³/s ont donc été redimensionnées et adaptées à une crue de 13.700 m³/s.

Comme nous l’apprend le Dauphine.com, de nouvelles consignes d’exploitation ont également été transmises à tous les ouvrages qui permettent de réguler les débits d’eau entrant et sortant du canal en cas de crue du Rhône. Le barrage de retenue serait ouvert pour favoriser l’écoulement dans le lit naturel du fleuve, les vannes du barrage de garde seraient fermées pour que l’eau n’alimente pas trop le canal, et les déchargeurs de l’usine hydroélectrique de Bollène seraient ouverts pour réguler le débit sortant du canal.

Crédits photo : ASN

Rédigé par : livingston-thomas

Avatar
mar 17 Avr 2018
Planifiée par l'Etat entre fin 2018 et début 2019 pour correspondre avec l'entrée en service de l'EPR de Flamanville dans la Manche, la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim ne semble plus faire aucun doute pour le gouvernement qui…
ven 24 Oct 2014
Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu, a exprimé lors d'une conférence de presse le mardi 20 octobre dernier, la volonté du gouvernement de construire dans les cinq prochaines années une troisième centrale nucléaire en Turquie. Une nouveauté toutefois, le gouvernement…
lun 8 Jan 2018
Baptisée New NP le temps de la procédure de cession, l’activité réacteurs du groupe Areva, passée sous le contrôle d’EDF depuis 31 décembre 2017, reprendra finalement son nom d’origine : Framatome. Cette entité avait fusionné, on s’en souvient, en 2001,…
jeu 11 Avr 2013
Le groupe « Sortir du nucléaire » a vu son recours contre des travaux devant être réalisés à la centrale de Fessenheim rejeté par le Conseil d’Etat. Ces travaux, qui consistent à renforcer le radier du réacteur 1 (le radier est une…

COMMENTAIRES

  • Bonjour, savez-vous si le risque aérien est pris en compte dans la construction des centrales nucléaires ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.