Un "robot-serpent" perdu dans les entrailles de la centrale nucléaire de Fukushima - L'EnerGeek

Un “robot-serpent” perdu dans les entrailles de la centrale nucléaire de Fukushima

chantier-fukushima_credit-photo_tepco-afpDans le cadre du long chantier de décontamination du site de la centrale de Fukushima (Japon), fortement endommagé par la catastrophe nucléaire de 2011, l’opérateur Tepco a envoyé un “robot-serpent” à l’intérieur de l’enceinte de confinement primaire du réacteur n°1 afin de recueillir des images et de précieuses données. Mais le robot a cessé de fonctionner, trois heures seulement après le début de sa mission.

A la centrale de Fukushima Daichii, les niveaux de radioactivité sont tels que toute présence humaine est inenvisageable. En l’absence d’hommes ou de femmes, ce sont donc des robots que l’opérateur Tepco souhaite mobiliser pour planifier le chantier de décontamination dans des conditions optimales. “Une caméra peut résister pendant environ 2/3 jours” dans cet environnement, assure Tepco.

Vendredi 10 avril, un robot multiforme (baptisé “shape-changing robot” en anglais), conçu par le groupe Hitachi, haut de 10 centimètres et long de 60, possédant à la fois une caméra et des détecteurs de température et de radioactivité, a été envoyé par les équipes de Tepco dans le cœur du réacteur n°1 de la centrale nucléaire.

Les quelques données recueillies par le robot ont permis de constater de forts taux de radioactivité : entre 6 et 25 sieverts par heure, soit des doses mortelles en moins d’une heure pour un être humain. Mais, après trois heures d’inspection sur une dizaine de mètres, l’appareil a cessé de fonctionner, et le personnel déployé sur le terrain n’est pas parvenu à reprendre le contact.

C’est ce qu’a annoncé Tepco lundi 13 avril. En l’absence d’informations précises sur l’incident, plusieurs hypothèses ont été soulevées : entre autres, une dégradation du robot par l’importance des rayonnements ou un blocage de l’appareil par des obstacles.

Le robot sera abandonné à l’intérieur de la cuve du réacteur. Il s’agit là d’un nouveau casse-tête pour l’opérateur de la centrale de Fukushima. Le chantier de décontamination du site, qui devrait durer entre trois et quatre décennies selon le PDG de Tepco Naomi Hirose, connaît en effet de multiples retards.

Rédigé par : Fabien Maout

Avatar
ven 26 Avr 2024
EDF s'engage dans l'avenir de l'énergie nucléaire avec Framatome par un contrat monumental de 8 milliards d'euros destiné à équiper les nouveaux réacteurs EPR2. Ce partenariat stratégique souligne l'ambition de la France de renforcer sa capacité énergétique et sa souveraineté.…
ven 12 Avr 2024
Le gouvernement vient de prendre une décision qui ne manque pas de faire couler beaucoup d’encre. Le mix énergétique du pays ne sera finalement pas débattu au Parlement. Finalement, seul un décret viendra annoncer la programmation de la France pour…
Depuis ce lundi 8 janvier, une vague de froid s'est abattue sur la France. Devons-nous nous attendre à des coupures d'électricité en cas de pics de consommation ? Pas d'après le gestionnaire de réseau électrique RTE ni la ministre de…
lun 5 Déc 2022
Lundi 5 décembre matin, plusieurs membres du gouvernement ont investi les plateaux télé ou radio pour dire que finalement, le risque de coupures de courant n’était qu’une hypothèse de « dernier recours ». Un élément de langage que l’on a retrouvé dans…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.