Barrage de la Renaissance : fin des tensions entre Égypte et Éthiopie? - L'EnerGeek

Barrage de la Renaissance : fin des tensions entre Égypte et Éthiopie?

nil_bleu_photo_ pierre.boisseletLa construction du barrage de la Renaissance et son impact sur le Nil ont été pendant de nombreuses années source d’une vive discorde diplomatique entre l’Égypte, le Soudan et l’Éthiopie. Mais les trois gouvernements semblent s’être finalement mis d’accord sur la manière dont sera développé ce projet hydroélectrique. Les ministres des Affaires étrangères de ces 3 pays ont en effet signé, lundi 23 mars, une déclaration de principe portant sur la construction de cet édifice géant en Éthiopie.

Paralysée par d’importantes pénuries d’électricité qui freinent sa croissance économique, l’Éthiopie décide en 2011 de construire un barrage hydroélectrique de 6.000 MW sur le Nil bleu, dans l’état régional de Benishangul-Gumuz (dans l’Ouest du pays). Un projet pharaonique de 3,2 milliards, qui doit devenir à terme la plus grande centrale électrique du continent africain et qui pourrait fournir de l’électricité du Maroc jusqu’en Afrique du Sud.

Ce projet, symboliquement baptisé barrage de la Renaissance, entraine cependant une importante crise diplomatique entre les pays du bassin du Nil, tous tributaires de l’eau qui s’écoule dans ce mythique fleuve. L’Égypte craint notamment que le débit du Nil soit ralenti, une situation pénalisante pour son approvisionnement en eau potable et ses besoins agricoles et industriels. Des experts affirment notamment que l’Égypte perdrait près de 20% de son eau du Nil pendant la période nécessaire au remplissage de la gigantesque retenue de ce barrage (entre 3 et 5 ans pour 70 milliards de mètres cubes d’eau).

La discorde semble cependant être sur le point de se tasser alors que des représentants des 3 nations africaines se sont rencontrés le 23 mars à Khartoum, capitale du Soudan, pour signer une déclaration de principe détaillant la manière dont les trois pays vont collaborer pour utiliser l’eau du Nil en adéquation avec les intérêts de chacun.

“Je réaffirme que le barrage Renaissance ne causera aucun préjudice aux pays en aval”, a insisté le dirigeant égyptien Abdel Fatah al-Sissi. “Nous avons choisi de coopérer, et de nous faire confiance mutuellement dans l’intérêt du développement” d’un barrage qui, au final, “sera bénéfique à l’Éthiopie, sans nuire aux intérêts de l’Égypte et du Soudan”.

Les détails de cet accord n’ont toutefois pas été révélés. Il impliquerait en outre la réalisation d’études portant sur les retombées internationales du projet. La construction de la centrale hydroélectrique devrait s’achever en 2017.

Crédit photo : pierre.boisselet

Rédigé par : guy-belcourt

Avatar
mer 29 Jan 2014
Les aficionados de la marque à la pomme peuvent se rassurer. Si Steve Jobs n’est plus là, Apple continuera d’innover.  Les rumeurs d’un nouvel iPhone et d’un nouveau Macbook solaire enflamment la toile. Apple souhaiterait devancer ses concurrents sur les…
ven 5 Déc 2014
La République de Madagascar fait actuellement face à de nombreux problèmes de délestage, en raison de l'incapacité de son parc de production à couvrir les besoins des 23 millions d'habitants de l'île. Alors que la saison des pluies tarde à…
mar 12 Jan 2016
Classée parmi les énergies marines renouvelables, l'hydromaréthermie, ou « énergie thermique des mers », permet de créer de l’énergie grâce au différentiel de températures entre les eaux de surface et les eaux profondes. En Corse, cette invention est déjà utilisée et bénéficie…
jeu 4 Jan 2018
Alors que La Réunion reste dans une situation de dépendance face aux énergies fossiles (pétrole et charbon), et demeure soumise à une production d'énergie électrique locale de par son contexte insulaire et son statut de zone non interconnectée, certaines initiatives…

COMMENTAIRES

  • Salut, Abdel Fatah al-Sissi n’est pas le dirigeant de l’Ethiopie mais de l’Egypte, à rectifier svp.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.