TransAtomic : de l'énergie décarbonée à partir de déchets nucléaires - L'EnerGeek

TransAtomic : de l’énergie décarbonée à partir de déchets nucléaires

transatomic powerSi l’énergie nucléaire est sans doute aujourd’hui l’énergie décarbonée la plus efficace dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, le stockage et la longévité des déchets radioactifs qui en résultent divisent encore populations et spécialistes sur la pertinence de cette énergie à long terme. Une question qui pourrait devenir de l’histoire ancienne si le projet de la start-up TransAtomic venait à voir le jour. Créée par des chercheurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology), cette société propose en effet de produire de l’électricité à partir de déchets nucléaires via un nouveau type de réacteur. Encore au stade expérimental, le projet TransAtomic a récolté récemment plus de 2,5 millions de dollars de fonds via des investisseurs privés pour poursuivre ses recherches et mettre en place un premier projet pilote.

 

Un procédé à base de déchets nucléaires plus propre et plus sûr

Mark Massie et Leslie Dewan, tous deux chercheurs au MIT, ont fondé la société TransAtomic en 2010 dans le but de mettre sur pied un nouveau type de réacteur nucléaire révolutionnaire. Appelé WAMSR (Waste Annihilating Molten Salt Reactor), ce réacteur fonctionnerait non plus sur le base de crayons de combustible d’uranium solides utilisés dans les réacteurs traditionnels, mais via un noyau composé de carburant liquide, principalement constitué de barres de combustible “usées” dissoutes dans une solution de sel.

Les déchets nucléaires ne sont pas vraiment des déchets. Ils contiennent encore une énorme quantité d’énergie“, souligne Leslie Dewan.

Le réacteur permettrait ainsi d’exploiter la quasi-totalité de l’énergie potentielle contenue dans l’uranium, contrairement aux réacteurs traditionnels, qui eux, n’utilisent que 3 à 5% de cette énergie, tout en produisant une énergie totalement décarbonée. Un tel système ne générerait que 2,5% des déchets produits par les réacteurs existants.

Ajouté à cela, ce dispositif serait également plus sûr que les réacteurs existants actuellement. Le carburant liquide utilisé n’aurait pas les mêmes exigences en matière de refroidissement. En cas de problème et d’arrêt du réacteur, le liquide se solidifierait de lui même et serait donc plus sûr que les cœurs de réacteurs actuels exposés à des risques de surchauffe en cas de panne d’électricité.

 

Des réacteurs moins chers et plus rapides à construire

Autres avantages avancés par TansAtomic, ce nouveau dispositif permettrait de mettre sur pied des réacteurs plus petits et nécessitant des investissements moins lourds.

Les nouveaux financements seront utilisés dans le cadre d’un programme de recherche réalisé au sein même du MIT. Des essais en laboratoire sur les composants clés impliqués dans la conception du réacteur seront effectués dans le but de construire une première installation de démonstration dans les cinq ans à venir.

Nous voulons être en mesure de sortir de terre une installation prototype en 2020. C’est un calendrier assez rapide dans le domaine nucléaire, mais je pense que c’est faisable avec ce que nous avons jusqu’à présent“, a déclaré Leslie Dewan.

Rappelons que selon les chiffres de l’Institut pour l’énergie nucléaire américain, une centrale nucléaire génère en moyenne vingt tonnes de combustibles usés chaque année, soit un total annuel au niveau international de 2.250 tonnes. Au cours des 40 dernières années, les centrales en activité auraient ainsi produit plus de 71.780 tonnes de combustibles usés. Une quantité de déchets accumulés qui pourrait, d’après les estimations de Leslie Dewan, produire suffisamment d’électricité pour alimenter le monde entier pendant 72 ans.

Rédigé par : jacques-mirat

Avatar
jeu 13 Fév 2020
Dans un entretien accordé aux Echos, ce mercredi 12 février 2020, Fatih Birol, directeur de l'AIE, déclare que la France, pour réussir sa transition énergétique, doit miser sur un mix entre le nucléaire et les renouvelables. Pour lui, le gouvernement…
lun 14 Mai 2018
Alors que le marché du nucléaire est reparti de l’avant ces dernières années, une nouvelle catégorie de réacteurs voit le jour progressivement et pourrait à terme démultiplier les opportunités de développement de la filière. Les petits réacteurs modulaires (ou SMR…
mar 14 Jan 2014
Initiés l’an dernier (215 participants), les ateliers pédagogiques à destination des enfants reprennent à la centrale nucléaire du Bugey (Ain). Ces journée d’animation organisées un samedi par moi donnent la possibilité aux jeunes de comprendre comment se déroule la production…
lun 10 Fév 2020
L'ambassadeur de l'Inde en Russie a déclaré, ce dimanche 9 février 2020, que les deux pays pourraient étendre leur partenariat dans la construction de centrales nucléaires à plusieurs projets en Afrique et au Moyen-Orient. La première centrale nucléaire du Bangladesh,…

COMMENTAIRES

  • Le nucléaire n’est pas l’énergie la plus efficace pour “lutter contre le réchauffement climatique”, à supposer que le CO2 ait un rôle important à ce sujet.

    Au cours des huit dernières années, la production d’électricité nucléaire a diminué de 10% alors que celle de toutes les énergies renouvelables a progressé de 52%.

    http://energeia.voila.net/electri2/electricite_nucleaire_renouvelable.htm

    Pour l’éolien, la progression a été de 80% en trois ans, pour le solaire une multiplication par quatre en trois ans.

    Aujourd’hui, l’hydraulique produit 50% plus d’électricité que le nucléaire et les autres énergies renouvelable font la moitié de la production nucléaire.

    Au total, deux fois plus d’électricité renouvelable que nucléaire dans le monde.

    Répondre
    • D’abord, les énergies renouvelables sont essentiellement de l’hydraulique dont la plupart des sites ‘rentables” sont équipés. Pour les autres, solaire et éolien, elles sont encore très minoritaires, très subventionnées et leur nature très variables (faible facteur de charge sans espoir d’amélioration) ont besoin de très fortes capacités thermiques très réactives fortement émettrices en CO2. On le constate d’ailleurs fort bien dans les données chiffrées : une explosion des émissions de CO2 et des coûts partout où se mettent en place solaire et éolien. Il faut arrêter de raconter n’importe quoi.

      Répondre
      • Zada dit que le site hydraulique rentables sont equipee.PAS Vrai.Moi et l’ing Francois Lemperiere que c’èst mon prof en barrages aussi en mer,dit que le site sont infinie comme le vie d’eau,tout le lac,le mer .Zada doit lit mon project Wasser Energie Wende ou 40 basin d’eua sont disponible en Europe.La Suisse est l’energie alpine step que pour moi c’est trop chere 85 euro MWh.Je prefere le vie d’eau et la mer a 20 euro MWh.Le cout de nucleaire c’est pour EPR 110 euro MWh,cinque fois plus chere.Mois je suis genoise 20 euro MWh ,Zada c’est un rentier d’energie a 110 euro a MWh et Areva 4 billions de pertes.Mais se Zada veut ,je vien changer Areva pour faire profit pas perte.Zada peut telephoner Hollande” messiur Caffese veut changer beaucoup en Areva en 3 ans pour faire profit aussi 4° generation LFR et beaucoup de step dans le monde,le lac de mer Caffese,les etolls Caffese,le turbinage avec CO2.

        Répondre
  • Gaspar oui: le nucleaire EPR III generation + est cher et pas efficace mais sur le problem dechet en Italie nous avons Sogin trop inefficace et cher.La france avait une solution ou le meilleur c’est le plasma pour nucleaire.?

    Répondre
  • Bonjour Gaspar.

    Parler d’augmentation des ENR en % me parait assez trompeur, mais passons.

    Le nucléaire est montré comme l’énergie la plus efficace pour lutter contre le CC, car elle permet une production très importante d’élec en un point unique. De plus elle possède l’avantage de pouvoir produire h24, sans problématique de stockage d’énergie, d’intégration au réseau,etc.
    Alors oui elle produits des déchets qui sont moyennement cool et en plus les centrales sont radioactives par nature et peuvent entrainer toutes sortes de contaminations. Mais…Ces extériorités n’ont pas d’impact sur le CC.

    Ainsi, si vous voulez produire facilement de l’énergie bas carbone, le nucléaire est parfait.

    Si vous voulez utiliser des ENR, vous devrez réfléchir à de nombreuses problématiques (stockage, intégration au réseau, intégrations multiples dans le paysage, disponibilité de la ressource,…), ce qui rend + complexe l’installation.

    C’est moche à dire mais objectivement le nucléaire est la réponse la plus efficace au CC (en therme de production d’énergie), même si les ENR peuvent paraître plus vertueuses. Et elles le sont lorsque qu’elles sont bien utilisées.

    N’oublions pas que la meilleurs énergie est celle qu’on ne produit pas 🙂

    Répondre
  • Suivez le lien donné pa Gaspar et lisez, il n’y a pas que des pourcentages.

    Entre 2005 et 2013, la production d’électricité mondiale est passée

    – de 2769 à 2489 TWh pour le nucléaire : moins 10%
    – de 3301 à 5016 TWh pour les énergies renouvelables : + 52%
    – de 2925 à 3782 TWh pour l’hydraulique seul : + 29 %

    Si on prend de 2010 à 2013 pour les autres énergies renouvelables dont le développement est récent, la production est passée en trois ans

    – de 343 à 628 TWh pour l’éolien : multiplié par 1,8
    – de 31 à 125 TWh pour le solaire : multiplié par quatre
    – de 369 à 481 TWh pour la géothermie et biomasse : multiplié par 1,3

    Pas de problème de stockage ni d’intégration au réseau tant que l’éolien et le solaire ne dépassent pas 30% à 40% de la production d’électricité. L’hydraulique et la biomasse sont une bonne partie de la solution pour adapter la production à la demande.

    Pour le bavardage sur le thorium, on en reparlera lorsqu’un réacteur aura vu le jour et sera utilisé en production commerciale. Les recherches ont commencé en 1950 et toujours aucun résultat.

    Répondre
    • Seulment 4* generation nucleaire c’est une solutions pour le dechets tres limite.La III Epr+ c’est la plus chere et le thorium c’est le dream.Le step c’est la solution mais vous regardez Bloomberg sur l’hydroelectricite’le nucleair IV generation LFR le mielleur du monde, pas thorium,avait de application formidable hydrogrene,biomethane,biofuel pour faire seulment electricite c’est mieuw l’eau ou la mer 20 euro MWh veut dire biomethane 45 euro MWh veut dire gasoline ou biocarburant 1 euro litro et ca solution est meileur que ethanol.Le 4° generation italienne LFR c’est tres bonne,le IV° gen de France avait des problems de project.Ecoutes Masse? et Cea France.Le plombe liquid c’est plus sure que eau soupression ou autre material.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.