L’urgence de construire une « Europe énergétique en réseaux » (rapport) - L'EnerGeek

L’urgence de construire une « Europe énergétique en réseaux » (rapport)

reseau-electrique

Le 23 février dernier, Michel Derdevet, secrétaire général d’ERDF (Electricité Réseau Distribution de France), a remis au Président de la République son rapport sur l’Europe de l’Energie. Il y dresse le constat d’un manque de coordination entre les politiques publiques des Etats membres et d’un niveau d’investissement insuffisant de l’Union Européenne dans les domaines stratégiques. Pour relever le défi de la transition énergétique, le rédacteur du rapport identifie les réseaux comme priorité et invite notamment à initier la convergence des prix et des réglementations entre les Etats membres.

Un constat d’échec pour l’Europe de l’Energie

Pourtant fondée sur la coopération énergétique, l’ex-Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier, aujourd’hui Union Européenne, ne peut pas être qualifiée d’Europe de l’Energie. C’est en tout cas le constat que dresse Michel Derdevet, Secrétaire Général d’ERDF, dans son rapport remis lundi 23 février au Président de la République.

Les politiques nationales des Etats-membres souffrent d’un manque de coordination à l’échelle supranationale. De plus, les investissements de l’Union Européenne dans le domaine de l’énergie se concentrent trop sur des problématiques court-termistes d’après l’auteur du rapport.

Parmi elles, celle de la sécurisation de l’approvisionnement en gaz naturel, puisque l’UE a choisi d’allouer plusieurs milliards d’euros dans le développement d’infrastructures gazières. L’Europe cherche à se protéger contre les risques liés à la crise ukrainienne, mais aussi à faciliter l’export vers l’Est du gaz produit en Europe de l’Ouest.

Mais les fonds alloués à l’énergie par l’Union Européenne (et notamment ceux dédiées à l’électricité qui pâtissent de la priorité accordée au gaz) sont largement insuffisants : l’enveloppe du mécanisme d’échange d’informations sur l’énergie s’élève à 6 milliards d’euros pour la période 2014-2020, alors que les besoins d’investissements dans les infrastructures énergétiques sont évalués (par l’UE elle-même) à 1100 milliards d’euros pour la prochaine décennie (une somme qui comprend les investissements sur les réseaux mais aussi et surtout ceux autour des très coûteux outils de production).

Les réseaux au coeur des défis à relever pour l’Europe

Parmi les défis auxquels l’Europe doit faire face dans le cadre de la transition énergétique, Michel Derdevet considère que la première urgence est de repenser les réseaux européens, notamment pour sécuriser l’approvisionnement. Le rapport souligne à ce titre le rôle central des gestionnaires de réseaux de transport et de distribution dans l’amélioration de la coopération entre les pays.

Dans les prochaines années, les réseaux énergétiques devront être capables de gérer la décentralisation de la production d’électricité ainsi qu’une plus grande complexité (due notamment à l’intermittence de certaines énergies renouvelables). Par ailleurs, les Etats européens doivent être en mesure d’être solidaires entre eux grâce à l’interconnexion des réseaux et doivent pouvoir assurer un égal accès à l’énergie de tous les citoyens.

Le rapport formule douze propositions « pour mettre les énergies européennes en réseau » et relever ces défis.

En substance, la construction d’une « Europe énergétique en réseaux » nécessite à la fois de mieux coordonner les réseaux pour sécuriser l’approvisionnement, de réaliser des investissements pour financer les infrastructures stratégiques, et de mieux réguler le marché de l’électricité pour atteindre une convergence des prix et des réglementations entre les Etats. Enfin, le rapport souligne le besoin de donner un nouvel élan à la recherche et à l’innovation en matière énergétique dans l’Union Européenne.

Crédit photo : Linotte Auguste

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 22 Fév 2017
Si le gouvernement a fait de la rénovation énergétique des logements un des axes majeurs de la transition énergétique, les efforts financiers consentis jusqu'à présent ne seraient pas à la hauteur des enjeux selon une étude parue cette semaine. Le…
mer 22 Fév 2017
Si l'objectif de la France de réduire de 40% ses émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2030 semble encore loin, la tendance à la baisse se poursuit malgré tout depuis le début des années 1990, et…
lun 19 Juin 2017
Depuis 2015, Enedis (ex ErDF) déploie son nouveau compteur communicant Linky. Ainsi, dans l’Hexagone, tous les foyers français devraient en être équipés d’ici 2021. Malgré des objectifs plutôt louables comme réduire les délais d'intervention à moins de 24 heures -…
jeu 2 Mai 2013
La consommation d’électricité varie énormément, que ce soit suivant le jour de l’année ou l’heure qu’il est. Cependant, il est impossible de stocker l’électricité, pour la distribuer au moment le plus opportun. C’est la mission du Centre national d’exploitation du…

COMMENTAIRES

  • Derdevet oublie’ l’eau,la mer,le vie d’eau,les connections eau-gaz-usine digital energie.Le reseaux d’energie sont 3:electrique,gas-biomethane et eau-mer.
    La complexite devien semplicite’pas l’intermittence mais la variabilite’.L’Eau et la mer en energie sont fait pour lever la variabilite et le step c’est le prophete.L’interconnessions de reseaux c’est triangulere eau-mer,gaz,electricite.3 Reaux bien fait c’est la solution:
    -2500 Twh de step ou vie d’eau ou step marine
    -25% de nucleair en France avec step pour arrivere a 500 TWh de production en France
    -en Italie nous sans nucleair on peut faire 300-350 TWh de step aussi marine
    -la riduction import fossil fuels c’est plus important 400 billions actuelle,avec le step ou Wasser Energie Wende,nous avons seulment 200 billions 50 % de reduction.
    Le prix plus bas sont 20 euro MWh step eau,marine,vie d’eau d’Europe.
    Nouvel elan c’est l’eau et la mer et le travailleurs europeenne de mer en energie et en decarbonization 13 millions en Europe.

    Répondre
  • Comme quoi la fameuse “transition énergétique”, que beaucoup appellent de leurs voeux, va nous coûter fort cher, et n’apportera rien de plus que le modèle Français historique (basé sur 80 % de nucléaire) satisfaisant sur tous les plans.

    Répondre
    • Zada parle sans regarder le couts.Areva pert 4 billion et le modele Areva c’est fini.EPR + est trop cher 9 billions pour 1600 MWh veut dire 119 euro MWh.Seulment IV generation c’est tres bonne et nous en italie avons le meilleur LFR 4° generation du monde.Alors je dit le nucleair de France est un cout d’Etat e vendre a 42 euro MWh la vielle energie de reactor 1-2 c’est pour l’Europe et moi un dumping.Votre loi taille 25% nucleair et choisi l’eau,le mer,l’eolien,le soleil.pour moi le meilleur a 20 euro MWh c’est le step,eau ou mer en pompage-ripompage.le difference eau 20 euro MWh et nucleair III generation EPR + est 100 euro Mwh et avec vielle reactor deja’ ammortize est 22 euro au MWh(lois NINE)
      L’eau o step contre reactor veut dire 1 contre 5
      Pour IV gen reactor LFR nous avons un cout de 2 billions et peut etre que chaque LFR cout 500 millions pas 9 billions de EPR+ le reactor plus chere au monde et vola la perte gigantesque ArevaMois je peut faire la reconversion Areva,si Hollande veu mois.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.