Le démantèlement de Superphénix se poursuit sans encombre - L'EnerGeek

Le démantèlement de Superphénix se poursuit sans encombre

SuperphénixSi cela ne semble pas évident de prime abord à la vue des nombreuses installations encore sur site, le prototype français de réacteur surgénérateur à neutrons rapides (RNR) Superphénix, mis en service à la fin des années 80 sur le site nucléaire de Creys-Malville en Isère, est bien en phase de déconstruction depuis plusieurs années. Un chantier des plus délicats qui fait appel aujourd’hui à de nouvelles technologies innovantes en matière de démantèlement et de sécurisation des déchets radioactifs.

55% de la déconstruction du réacteur Superphénix est aujourd’hui accomplie. C’est en tous cas les chiffres communiqués récemment par la directrice du site du Creys-Malville, Véronique Bouilly (propos relayés par Ledauphine.com) lors de la présentation de ses vœux.

Ce chantier en cours depuis plusieurs années et décidé après l’arrêt définitif du réacteur en 1997, progresse à un rythme constant et a validé en 2014 une étape primordiale de son processus de démantèlement. La vidange du sodium de la cuve du réacteur a été entièrement réalisée grâce à un robot laser utilisé pour percer les tuyauteries. Une technique inédite dans un environnement radioactif et qui aura permis de récupérer plus de 450 litres de sodium encore accumulés dans l’installation.

La cuve, qui contenait à l’origine plus de 5.900 tonnes de sodium, est désormais complément vide. Le sodium a quant à lui été transformé en soude et compacté en blocs de béton entreposés dans un nouveau bâtiment dédié à cet effet. La déconstruction des parties extérieures du réacteur devraient donc pouvoir commencer en 2015.

Les travaux de déconstruction et sécurisation du site sont prévus jusqu’en 2028. En attendant, le site continue d’employer plusieurs centaines de techniciens et agent EDF. La centrale de Creys-Malville emploie à ce jour 90 salariés d’EDF et 300 prestataires. Le site a également embauché 8 agents EDF pour pallier les départs en retraite et recruté quatre apprentis. Signe que le démantèlement est aussi un secteur d’activité porteur de croissance et créateur d’emplois.

Rappelons ici que le Superphénix est un ancien prototype français de réacteur surgénérateur à neutrons rapides (RNR), d’une puissance de 1 240 MW. Mis en service en 1986, il était conçu pour produire de l’électricité et était refroidi par du sodium liquide. C’est le seul RNR à avoir atteint le seuil de production industrielle d’électricité, mais il a dû être arrêté en raison de difficultés techniques et financières.

Crédits photo : Yann Forget

Rédigé par : livingston-thomas

Avatar
mar 22 Mar 2016
Après l’émotion de Fukushima, l’Allemagne voulait tourner la page du nucléaire quitte à retourner au charbon pendant un temps. Aujourd’hui, pour arrêter précipitamment leurs réacteurs, les exploitants EON, RWE et Vattenfall, réclament des indemnités, une demande examinée par la Cour…
ven 16 Oct 2020
Alors que la construction de nouveaux réacteurs EPR est envisagée, EDF entame la deuxième étape de son plan Excell. Ce 15 octobre 2020, Jean Bernard Lévy a présenté 25 nouveaux engagements pour être au rendez-vous des grands projets énergétiques de…
mer 2 Avr 2014
C'est à Cigar Lake, dans la province du Saskatchewan à l'Ouest du Canada qu'à ouvert la seconde mine d'uranium la plus importante au monde. Les Français d'Areva se sont associés aux Canadiens de Cameco pour mener à bien ce projet…
jeu 1 Mar 2018
Conformément aux accords initiaux signés avec Japan Nuclear Fuel Limited (JNFL) et Mitsubishi Heavy Industries (MHI) en mars 2017, les deux sociétés japonaises sont entrées au capital du groupe français Orano à hauteur de 500 millions d’euros. Cette participation vient…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.