Début du chantier de l'usine STX dédiée aux énergies marines - L'EnerGeek

Début du chantier de l’usine STX dédiée aux énergies marines

chantier_stx_saint_nazaireLe chantier naval de STX France implanté à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) a accueilli lundi 20 octobre la première pierre du projet Anemos. Dédiée aux énergies marines renouvelables, cette future usine d’assemblage vise à étendre et renforcer les activités du constructeur naval dans le domaine des énergies marines renouvelables. La production d’Anemos, un projet qui représente un investissement de 20 millions d’euros, devrait débuter à partir du printemps 2015.

Érigée à une centaine de mètres du bassin C, le site d’Anemos se composera d’un atelier d’assemblage, d’une aire de pré-montage de 6.000 mètres cube et d’une alvéole de peinture. C’est au sein de ces nouveaux ateliers que vont être construits et assemblés des fondations d’éoliennes offshore, des sous-stations électriques pour des champs d’éoliennes marines, ainsi que les pièces faisant la jonction entre le mât et la fondation d’une éolienne.

“Grâce à ces ateliers ultramodernes qui déploieront des moyens et des méthodes de production de pointe alliant numérique, automatisation et standardisation, c’est une véritable usine du futur qui s’apprête à voir le jour. Cet équipement s’appuie sur notre savoir-faire en matière de grandes structures métalliques marines, coeur de métier du chantier de Saint-Nazaire, pour servir les exigences de ses nouveaux clients dans l’Energie. Son efficacité sera l’un des leviers qui permettra à STX France de contribuer à la réduction des coûts des Energies Marines”, a déclaré Laurent Castaing, directeur général de STX France.

STX n’en est pas à son coup d’essai dans le domaine. Ce projet de construction d’un pôle entièrement dédié aux énergies marines renouvelables arrive après la réalisation par STX France des fondations de l’Haliade 150 pour Alstom et la construction de la sous-station électrique du danois Dong. L’objectif du constructeur est clair : se faire une place sur le marché en plein développement des énergies marines renouvelables. En permettant d’optimiser les processus de fabrication tout en réduisant les coûts, Anemos devrait donner l’opportunité à STX de s’imposer sur le secteur concurrentiel de l’éolien offshore.

Bénéficiant du soutien financier de la région Pays de la Loire, les nouveaux équipements de STX comprendront également divers programme de recherche et développement. Car, selon les dires des dirigeants de STX France, le chantier nazairien ne vise pas que l’éolien offshore. Si le marché s’y prête, Anemos pourrait se diversifier dans d’autres secteurs des énergies marines (hydrolienne, énergie houlomotrice…).

Crédit photo : Clément Bucco-Lechat

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 7 Juin 2024
La Chine, tente de redorer son image de pollueur en adoptant des objectifs environnementaux très poussés. Le pays s'est engagé à atteindre un pic de ses émissions de carbone d'ici 2030 et la neutralité carbone d'ici 2060. Pour atteindre ces…
mar 5 Déc 2023
Dans le paysage financier actuel, la prise de conscience écologique a redéfini les stratégies d'investissement. Les ETF (Exchange-Traded Funds) éco-responsables émergent comme une alternative aux investissements traditionnels. Mais quelle est la différence entre ces deux options ? Cet article explore…
mer 25 Oct 2023
Le monde automobile connaît une mutation, avec l'émergence du rétrofit. Ce procédé, qui donne une seconde vie aux véhicules thermiques, se voit propulsé par les ambitions gouvernementales et la prise de conscience écologique. Une homologation stricte qui garantit la sécurité…
Le projet de parc éolien offshore à proximité de l'île d'Oléron, initié par le gouvernement en juillet 2022, en dépit de son potentiel pour la transition énergétique, rencontre une opposition ferme de la part d'acteurs locaux clés, mais fait également…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.