Début du chantier de l'usine STX dédiée aux énergies marines - L'EnerGeek

Début du chantier de l’usine STX dédiée aux énergies marines

chantier_stx_saint_nazaireLe chantier naval de STX France implanté à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) a accueilli lundi 20 octobre la première pierre du projet Anemos. Dédiée aux énergies marines renouvelables, cette future usine d’assemblage vise à étendre et renforcer les activités du constructeur naval dans le domaine des énergies marines renouvelables. La production d’Anemos, un projet qui représente un investissement de 20 millions d’euros, devrait débuter à partir du printemps 2015.

Érigée à une centaine de mètres du bassin C, le site d’Anemos se composera d’un atelier d’assemblage, d’une aire de pré-montage de 6.000 mètres cube et d’une alvéole de peinture. C’est au sein de ces nouveaux ateliers que vont être construits et assemblés des fondations d’éoliennes offshore, des sous-stations électriques pour des champs d’éoliennes marines, ainsi que les pièces faisant la jonction entre le mât et la fondation d’une éolienne.

“Grâce à ces ateliers ultramodernes qui déploieront des moyens et des méthodes de production de pointe alliant numérique, automatisation et standardisation, c’est une véritable usine du futur qui s’apprête à voir le jour. Cet équipement s’appuie sur notre savoir-faire en matière de grandes structures métalliques marines, coeur de métier du chantier de Saint-Nazaire, pour servir les exigences de ses nouveaux clients dans l’Energie. Son efficacité sera l’un des leviers qui permettra à STX France de contribuer à la réduction des coûts des Energies Marines”, a déclaré Laurent Castaing, directeur général de STX France.

STX n’en est pas à son coup d’essai dans le domaine. Ce projet de construction d’un pôle entièrement dédié aux énergies marines renouvelables arrive après la réalisation par STX France des fondations de l’Haliade 150 pour Alstom et la construction de la sous-station électrique du danois Dong. L’objectif du constructeur est clair : se faire une place sur le marché en plein développement des énergies marines renouvelables. En permettant d’optimiser les processus de fabrication tout en réduisant les coûts, Anemos devrait donner l’opportunité à STX de s’imposer sur le secteur concurrentiel de l’éolien offshore.

Bénéficiant du soutien financier de la région Pays de la Loire, les nouveaux équipements de STX comprendront également divers programme de recherche et développement. Car, selon les dires des dirigeants de STX France, le chantier nazairien ne vise pas que l’éolien offshore. Si le marché s’y prête, Anemos pourrait se diversifier dans d’autres secteurs des énergies marines (hydrolienne, énergie houlomotrice…).

Crédit photo : Clément Bucco-Lechat

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 3 Juil 2015
ENGIE (ex-GDF Suez) a annoncé mercredi l'acquisition de 95% des parts de la société Solairedirect, devenant ainsi le numéro un du solaire en France avec une capacité installée brute de 383 mégawatts (MW). Créé en 2006, Solairedirect est en charge…
mar 7 Avr 2015
Le fabricant de panneau publicitaire Prismaflex  vient de lancer en France et en Belgique des panneaux publicitaires autonomes en énergie grâce à une technologie photovoltaïque innovante baptisée Blue Tech. Il y a deux ans, Prismaflex annonçait travailler sur une solution…
jeu 21 Juil 2016
C'est dans la commune portuaire de Port-Saint-Louis-du-Rhône, située dans les Bouches-du-Rhône, qu'a été inaugurée fin juin dernier la plus grande toiture photovoltaïque industrielle de France. Ce nouveau site de production d'énergie solaire est issu de la collaboration entre le producteur…
mer 11 Août 2021
L'institut Bloomberg NEF vient de publier les chiffres pour les investissements dans les énergies renouvelables au premier semestre 2021. Un an et demi après le début de la crise sanitaire, la transition énergétique n'a rien perdu de son dynamisme. Mais…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.