LED bleue : le prix Nobel de physique récompense l'efficacité énergétique - L'EnerGeek

LED bleue : le prix Nobel de physique récompense l’efficacité énergétique

LED_bleueLe prix Nobel de Physique 2014 a été décerné le mardi 7 octobre aux Japonais Isamu Akasaki, Hiroshi Amano et à l’Américain Shuji Nakamura, pour l’invention de la diode électroluminescente (LED) bleue. Une découverte qui aura permis la mise au point des lampes à très faible consommation bien plus économiques que les tubes fluorescents ou les ampoules à incandescence.

[stextbox id=”info”]Une diode bleue aux usages multiples et quotidiens[/stextbox]

Si elles sont aujourd’hui de plus en plus présentes dans notre quotidien, les ampoules basse consommation ou diodes électroluminescentes ont vu l’invention de la diode bleue, au début des années 1990, révolutionner leurs usages. Les diodes rouges et vertes existaient déjà depuis les années 1960 mais c’est bien la découverte d’une composante bleue en 1992 qui a permis la mise au point de sources de lumière blanche beaucoup moins consommatrices d’énergie que les éclairages traditionnels. Une lumière blanche qui ne pouvait être obtenue sans l’addition de ces trois couleurs.

D’un point de vue technique, les LED sont des composants électroniques qui transforment l’électricité en lumière à l’aide d’un matériau semi-conducteur présentant deux niveaux d’énergie. La lumière est alors obtenue lorsque les électrons passent d’un niveau à l’autre, produisant de l’énergie sous forme de photons et donc de la lumière.

Or, la lumière bleue, d’une grande intensité, nécessitait, au contraire des lumières rouges et vertes, plus d’énergie, plus de photons produits et donc un temps de passage d’un niveau à l’autre plus long. Pour allonger cette transition, ces scientifiques ont dû recourir à un semi-conducteur jusque là inédit, composé de nitrure de gallium et permettant d’obtenir une lumière bleue et de la stabiliser dans le temps.

Une découverte primordiale sans laquelle la diode bleue n’aurait été envisageable. Elle est aujourd’hui utilisée pour la lumière quotidienne bien sûr, mais également pour le développement des disques optiques de plus grande capacité (Blu-Ray) ou le rétro-éclairage des écrans à cristaux liquides que l’on retrouve dans les télévisions, les smartphone, ou les tablettes.

[stextbox id=”info”]Un grand pas pour l’efficacité énergétique et l’environnement[/stextbox]

Les deux chercheurs Japonais de l’université de Nagoya, Isamu Akasaki et Hiroshi Amano, ainsi que le professeur Américain de l’université de Californie, Shuji Nakamura, , ont donc été récompensés pour des travaux réalisés il y a maintenant plus de vingt ans. Une invention qui reste toutefois plus que jamais d’actualité à l’heure où les questions d’économies d’énergie et d’efficacité énergétique sont au centre des préoccupations.

Comme le souligne en ce sens l’Académie royale des sciences suédoise dans un communiqué, ces trois chercheurs ont été plébiscités pour “avoir inventé une nouvelle source de lumière efficace d’un point de vue énergétique et bonne pour l’environnement”.

Les diodes électroluminescentes offrent un rendement lumineux bien supérieur à celui des lampes à incandescence. Elles permettent d’atteindre 300 lumens par Watt (l/W), contre respectivement 70 l/W pour les néons ou tubes fluorescents et seulement 16 l/W pour les ampoules à incandescence traditionnelles. Affichant un taux de performance énergétique proche des 50 % et bénéficiant d’une durée de vie rallongée, elles sont également beaucoup moins énergivores que les lampes à filament qui ne transforment que 5 % de l’énergie consommée en lumière.

“Avec l’avènement des ampoules LED, nous disposons désormais d’alternatives plus durables et plus efficaces aux anciennes sources de lumière (…) Puisqu’un quart environ de la consommation d’électricité dans le monde est utilisée à des fins d’éclairage, les LED contribuent à économiser les ressources de la Terre “, a finalement ajouté l’académie suédoise.

Selon une étude du cabinet de conseil McKinsey réalisée en 2012, la part de marché de la LED dans l’éclairage devrait atteindre 45% en 2016 et près de 70% en 2020.

Crédits photo : Digitalarti

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 23 Mai 2017
Premier frein au développement des voitures électriques, le manque d’autonomie des batteries pourrait bientôt devenir de l’histoire ancienne. Une nouvelle technologie expérimentale de "roues électriques" présentée jeudi 18 mai 2017 à Paris, propose en effet de recharger votre véhicule en…
lun 7 Avr 2014
Et si l’électricité statique qui vous hérisse les cheveux quand vous retirez votre pull pouvait recharger la batterie de votre téléphone mobile ? C’est bien ce que permettrait un nouveau prototype de générateur fonctionnant à l’électricité statique, inhérente à chaque…
lun 17 Juin 2019
À Paris, on teste actuellement des solutions pour améliorer la qualité de l’air dans les transports en commun. Début juin, trois systèmes ont été installés dans des stations de métro et de RER. D’autres innovations seront déployées, à titre expérimental,…
mar 3 Oct 2017
Afin d’encourager le développement de la mobilité propre, qui limite les émissions de polluants dans l'air et de gaz à effet de serre, le précédent ministère de l'Ecologie a mis en place ces dernières années plusieurs aides financières favorisant l'acquisition…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.