Eoliennes et radars militaires : l'espoir d'une meilleure cohabitation - L'EnerGeek

Eoliennes et radars militaires : l’espoir d’une meilleure cohabitation

eoliennes_armée_cohabitationLa ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie aurait laissé entendre le mardi 16 septembre dernier qu’un consensus était désormais envisageable entre son ministère et le ministère de la Défense concernant une cohabitation entre l’armée et l’industrie éolienne. Une cohabitation jusqu’ici rendue bien difficile par les interférences provoquées par les éoliennes sur les radars militaires et l’opposition de l’armée à tout projet à proximité de ses espaces aériens. Des contraintes qui d’un autre côté pèsent lourdement sur les perspectives de développement de la filière éolienne en France.

L’armée serait donc prête, selon Ségolène Royal ,à revoir sa position en la matière et à étudier au cas par cas les projets d’installations de production éolienne sur les zones stratégiques réservées à l’armée de l’air pour des raisons de sécurité intérieure ou de formation aux vols tactiques et à très basse altitude. D’après les propos de la ministre recueillis par l’AFP, “le ministre de la Défense s’est personnellement engagé à ce qu’il n’y ait pas d’interdiction globale mais une évaluation projet par projet, domaine par domaine et lieu par lieu”.

Une bonne nouvelle pour Damien Mathon, délégué général du Syndicat des énergies renouvelables, qui se félicite que ces négociations aient débouché “sur un examen objectif de l’impact des éoliennes et non sur une doctrine rigoriste qui, par une espèce de principe de précaution, interdirait a priori les éoliennes sur de larges zones de territoire”.

Principe de précaution qui selon la réglementation en vigueur interdisait jusqu’à présent l’installation d’éoliennes dans un rayon de 30 km autour d’un radar militaire et imposait l’autorisation préalable de l’armée. Un obstacle considérable pour l’ensemble des acteurs de la filière éolienne française qui ont vu ces dernières années plusieurs milliers de mégawattheures de projets bloqués par le ministère de la Défense.

Un potentiel de production inaccessible comprenant les zones trop proches des radars militaires et météorologiques et évalué aujourd’hui à plus de 8500 MW (dont des projets en attente), soit plus que le parc français actuel qui affiche 8000 MW. Les négociations entamées cet été constituent donc un réel espoir pour une meilleure cohabitation et le déblocage à court terme de nombreux projets de parcs éoliens.

Un déblocage qui pourrait être d’autant plus facilité par l’émergence de nouvelles technologies de turbines antiradars. De nombreux industriels tentent en effet de développer des nouvelles technologies de revêtements et de turbines minimisant les perturbations. Dans ce cadre, l’énergéticien français EDF EN prévoit la mise en place au printemps 2015 des premières éoliennes furtives dans le plus grand parc éolien de France, l’Ensemble Eolien Catalan. Conçues par le danois Vestas, les pales de ces turbines disposent d’un revêtement spécifiques les rendant indétectables.

Crédits photo : Christine Veeschkens

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 24 Sep 2013
Après les centrales photovoltaïques d'Istres et de Cuges-les-Pins, le groupe Solaire Direct a inauguré un troisième parc solaire dans les Bouches-du-Rhône, vendredi 20 septembre, à Charleval. Installé sur le site d'une carrière en fin d'exploitation, un choix de localisation qui…
mar 24 Nov 2015
Se détournant progressivement des combustibles fossiles, l'Afrique du Sud entend depuis plusieurs années déjà transformer son mix énergétique et favoriser le développement rapide des énergies décarbonées. Un contexte favorable aux énergies renouvelables qui aura permis à la société Bio2Watt de…
mar 19 Déc 2017
En Allemagne, l’entreprise Alstom vient de décrocher un contrat hautement symbolique : sa première commande pour des trains à hydrogène. Ce modèle de train mis au point par l’entreprise présente une première mondiale : il ne sera alimenté que par…
jeu 30 Avr 2015
Le Département américain de l'Énergie (DOE) a récemment publié un rapport centré sur l'état des lieux et les perspectives de la filière hydroélectrique des États-Unis. Si le Pays de l'Oncle Sam s'appuie actuellement sur une puissance hydroélectrique de 76,94 GW…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.