La Russie et l'Algérie signent un accord de collaboration nucléaire - L'EnerGeek

La Russie et l’Algérie signent un accord de collaboration nucléaire

Russie_Algérie_nucléaireLa Russie et l’Algérie ont signé le mercredi 3 septembre 2014 à Alger, un nouvel accord de coopération dans le domaine du nucléaire civil. Un partenariat censé promouvoir la recherche et l’exploitation nucléaire en Algérie et qui pourrait déboucher à moyen terme sur la construction de la première centrale nucléaire algérienne.

Et en effet, les ambitions nucléaires algériennes semblent se confirmer avec la signature de cette toute nouvelle collaboration entre la Russie et l’Algérie. Un accord cadre qui comme l’a déclaré le ministre algérien de l’Energie, Yousef Yousfi, devrait concerner à la fois “la production d’électricité issue de l’énergie nucléaire ainsi que l’utilisation de cette énergie à des fins pacifiques, notamment la médecine, l’agriculture et les ressources en eau“.

La coopération prévue par cet accord couvrira ainsi la recherche et le développement dans le domaine de l’ingénierie nucléaire et des technologies, la construction, l’exploitation et l’entretien de réacteurs nucléaires à des fins de production d’électricité et de dessalement de l’eau de mer, ainsi que la prospection et l’exploitation conjointe de nouveaux gisements d’uranium en Algérie. Un projet des plus complets donc, et qui devrait aboutir selon les déclarations de président de l’énergéticien russe Rosatom, Sergueï Kirienko, à la construction d’un réacteur à eau sous pression VVER.

Le ministre algérien de l’Energie avait auparavant annoncé l’intention du gouvernement de construire la première centrale nucléaire du pays d’ici 2025 pour faire face à une forte demande d’électricité et compenser la hausse des coûts de production énergétique liée au programme d’investissement et développement des énergies renouvelables, un programme chiffré actuellement à plus de 100 milliards de dollars, soit environ 76 milliards d’euros.

L’Algérie dispose pour cela de réserves d’uranium sur son territoire avoisinant les 29.000 tonnes, soit une quantité suffisante pour alimenter deux centrales nucléaires d’une capacité de 1000 MW sur une durée de 60 ans.

Crédits photo : Russavia

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 17 Avr 2018
Planifiée par l'Etat entre fin 2018 et début 2019 pour correspondre avec l'entrée en service de l'EPR de Flamanville dans la Manche, la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim ne semble plus faire aucun doute pour le gouvernement qui…
jeu 21 Juil 2016
Avec un premier réacteur connecté au réseau électrique dès 1956, le Royaume-Uni fait partie des États précurseurs en matière d'exploitation civile de l'énergie nucléaire. Le parc britannique est aujourd'hui devenu le deuxième plus important de l'Union européenne et les ambitions…
jeu 10 Juil 2014
EDF Energy (filiale britannique de l'électricien français) a été choisi par l'Institut des technologies de l'énergie (ETI) du Royaume-Uni dans le cadre d'un projet d'expertise visant à évaluer au mieux les risques naturels qui pèsent à ce jour sur le territoire britannique…
ven 16 Août 2013
L'ASN vient de publier un "avis d'incident", à la suite de l’événement déclaré le 25 juillet à la centrale de Cattenom située à proximité de Thionville. L'exploitant de la centrale, EDF, avait signalé une fuite d'acide chlorhydrique, un produit non toxique, en…

COMMENTAIRES

  • Bon, on en parle depuis plus de vingt ans, mais les conditions techniques et économiques ont beaucoup changé depuis.

    L’Algérie est un pays très ensoleillé, comme tout le sud de la Méditerranée. Avec un kW de panneau solaire, on produit environ 1.650 kWh par an.

    http://energeia.voila.net/electri2/nucle_pv_maghreb.htm

    Un réacteur nucléaire de 1.000 MW produit environ 7,2 TWh par an (seulement 6,5 en France). On produit autant au Maghreb avec 4.400 MW de photovoltaïque. Dans cette région, le kWh d’une centrale photovoltaïque revient deux fois moins cher que le kWh nucléaire.

    En installant seulement 1.000 MW de solaire photovoltaïque par an, on aura 11.000 MW de solaire en 2025, produisant autant d’électricité que 2 ou 3 réacteurs nucléaires selon leur taille.

    Pour un prix du kWh deux fois plus faible dès maintenant. De quoi ajouter quelques systèmes de stockage quotidien dans 5 ou 10, si cela devient nécessaire, alors que le coût de ceux-ci aura fortement baissé.

    Répondre
  • @Gaspar
    en plus du risque des déchets nucléaire et évidemment d’une catastrophe à la Tschernobyl.
    ce serait de la pure folie si l’Algérie réaliserait vraiment un jour un réactuer nucléaire contre tout bon sens.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.