Le bruit, nouvelle source d'énergie pour recharger les appareils électroniques ? - L'EnerGeek

Le bruit, nouvelle source d’énergie pour recharger les appareils électroniques ?

smartphone_commonsDotés de plus en plus de fonctionnalités, les appareils électroniques tels que les smartphones sont aussi de plus en plus énergivores. En cause : l’autonomie limitée des batteries qui les équipent est difficile à rallonger. Pour résoudre ce problème, des chercheurs s’efforcent de développer des solutions novatrices de recharge. Ainsi, il sera bientôt possible de recharger ses appareils grâce… au bruit.

 

[stextbox id=”info”]Transformer le bruit en électricité[/stextbox]

Pourrons-nous bientôt recharger nos smartphones grâce à l’énergie dégagée par le bruit ? Oui, puisque des chercheurs de l’Université Queen Mary de Londres, en collaboration avec le constructeur finlandais de téléphones mobiles Nokia, ont mis au point au point un procédé innovant basé sur la piézoélectricité.

Pour ce faire, l’équipe de scientifiques a eu recours à l’oxyde de zinc. Placé sur un morceau de plastique puis plongé dans une solution chimique portée à 90°C, celui-ci se transforme en nanofils qui, une fois écrasés ou étirés, permettent de convertir l’énergie du mouvement (vibrations, tensions, etc.) en énergie électrique.

L’avantage, explique le Dr Steve Dunn, “c’est que [les vibrations] viennent de partout, du son, de l’atmosphère, des voitures qui passent, du mouvement des plantes, de la marche, et nous pouvons capter ces vibrations et les convertir en énergie électrique”.

Jadis, l’or était utilisé pour produire ces nanogénérateurs et, in fine, générer de l’électricité. Mais les chercheurs sont parvenus à obtenir les mêmes résultats dans les mêmes conditions en utilisant un matériau beaucoup moins onéreux : le papier aluminium. Une excellente nouvelle dans l’optique d’une commercialisation à l’échelle industrielle.

[stextbox id=”info”]Une portée pour l’instant limitée, mais de nombreuses perspectives[/stextbox]

Pour l’heure, le procédé ne permet de générer que 5 volts. Certes, c’est largement suffisant pour recharger la batterie d’un téléphone. Mais, une fois arrivée à maturité, la technologie pourrait être capable de s’appliquer à des appareils plus imposants.

“Je pense que la prochaine étape de nos recherches sera de faire des unités de production plus grandes, estime Steve Dunn. Pour le moment, la production d’énergie est limitée par la taille de nos unités. Nous aimerions que cela quitte notre laboratoire pour certains sites comme, par exemple, l’industrie automobile, pour recharger les voitures du futur”.

A terme, les chercheurs espèrent donc pouvoir recharger des batteries de véhicules électriques, voire des trains ou les panneaux publicitaires des gares. Un projet pas si utopique quand on sait que le bruit constituerait une source d’énergie à la fois peu onéreuse et omniprésente…

Rédigé par : Fabien Maout

Avatar
lun 16 Sep 2013
Lors d'une conférence de presse qui s'est tenue mercredi dernier, Shunichi Tanaka, le président de l'autorité nucléaire japonaise, s'est voulu rassurant concernant les effets sur l'environnement des fuites d'eau radioactive qui émanent actuellement de la centrale accidentée de Fukushima. « On…
lun 9 Mai 2016
Le 3 mai 2016, Isabelle Kocher est devenue la nouvelle directrice générale d’Engie. Celle dont le parcours ressemble étrangement à celui de l’ancienne patronne d’Areva, Anne Lauvergeon, devra notamment prouver son leadership alors que Gérard Mestrallet restera le président du…
mer 21 Août 2013
L’Australie produit presque la totalité de son électricité grâce aux énergies fossiles. Dépourvu de production nucléaire, le pays assure le reste de sa production électrique grâce aux énergies renouvelables. Selon les chiffres de l’Observ’ER, l’Observatoire des énergies renouvelables, les énergies…
jeu 25 Avr 2013
La production électrique du Maroc est largement dominée par les combustibles fossiles. Mais le Royaume mise sur les énergies renouvelables pour assurer ses besoins en énergie : plusieurs projets sont en cours de développement. D’après les chiffres publiés dans le cadre…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.