Le bruit, nouvelle source d'énergie pour recharger les appareils électroniques ? - L'EnerGeek

Le bruit, nouvelle source d’énergie pour recharger les appareils électroniques ?

smartphone_commonsDotés de plus en plus de fonctionnalités, les appareils électroniques tels que les smartphones sont aussi de plus en plus énergivores. En cause : l’autonomie limitée des batteries qui les équipent est difficile à rallonger. Pour résoudre ce problème, des chercheurs s’efforcent de développer des solutions novatrices de recharge. Ainsi, il sera bientôt possible de recharger ses appareils grâce… au bruit.

 

[stextbox id=”info”]Transformer le bruit en électricité[/stextbox]

Pourrons-nous bientôt recharger nos smartphones grâce à l’énergie dégagée par le bruit ? Oui, puisque des chercheurs de l’Université Queen Mary de Londres, en collaboration avec le constructeur finlandais de téléphones mobiles Nokia, ont mis au point au point un procédé innovant basé sur la piézoélectricité.

Pour ce faire, l’équipe de scientifiques a eu recours à l’oxyde de zinc. Placé sur un morceau de plastique puis plongé dans une solution chimique portée à 90°C, celui-ci se transforme en nanofils qui, une fois écrasés ou étirés, permettent de convertir l’énergie du mouvement (vibrations, tensions, etc.) en énergie électrique.

L’avantage, explique le Dr Steve Dunn, “c’est que [les vibrations] viennent de partout, du son, de l’atmosphère, des voitures qui passent, du mouvement des plantes, de la marche, et nous pouvons capter ces vibrations et les convertir en énergie électrique”.

Jadis, l’or était utilisé pour produire ces nanogénérateurs et, in fine, générer de l’électricité. Mais les chercheurs sont parvenus à obtenir les mêmes résultats dans les mêmes conditions en utilisant un matériau beaucoup moins onéreux : le papier aluminium. Une excellente nouvelle dans l’optique d’une commercialisation à l’échelle industrielle.

[stextbox id=”info”]Une portée pour l’instant limitée, mais de nombreuses perspectives[/stextbox]

Pour l’heure, le procédé ne permet de générer que 5 volts. Certes, c’est largement suffisant pour recharger la batterie d’un téléphone. Mais, une fois arrivée à maturité, la technologie pourrait être capable de s’appliquer à des appareils plus imposants.

“Je pense que la prochaine étape de nos recherches sera de faire des unités de production plus grandes, estime Steve Dunn. Pour le moment, la production d’énergie est limitée par la taille de nos unités. Nous aimerions que cela quitte notre laboratoire pour certains sites comme, par exemple, l’industrie automobile, pour recharger les voitures du futur”.

A terme, les chercheurs espèrent donc pouvoir recharger des batteries de véhicules électriques, voire des trains ou les panneaux publicitaires des gares. Un projet pas si utopique quand on sait que le bruit constituerait une source d’énergie à la fois peu onéreuse et omniprésente…

Rédigé par : Fabien Maout

Avatar
mer 25 Fév 2015
Depuis les années 2000, l’Allemagne a vu ses agriculteurs se transformer en producteurs de méthane, grâce à un généreux système de subvention de l’électricité produite. Une pratique qui a conduit à des dérives mais qui a aussi permis à ce…
sam 16 Jan 2016
D’après une étude réalisée par Bloomberg New Energy Finance (BNEF), les investissements dédiés aux énergies renouvelables atteignent des records en 2015. En dépit de la chute des prix du pétrole, les éoliennes et les panneaux solaires photovoltaïques ont réussi à…
mer 6 Mar 2013
Souvent appelé le nucléaire vert, le thorium pourrait incarner l’énergie de demain. Avec des ressources naturelles abondantes et une production de déchets moindre, ce minerai pose la question d’une nouvelle orientation de la production d’énergie nucléaire. Le thorium est un…
mer 19 Juin 2013
Le Gabon et le groupe de négoce pétrolier suisse Gunvor ont conclu un accord portant sur la construction d’un hub énergétique à Port-Gentil, sur la façade atlantique de l’Afrique. L’accord a été conclu dans le cadre du New-York Forum Africa…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.