Japon : les premières relances de réacteurs nucléaires repoussées à l’hiver - L'EnerGeek

Japon : les premières relances de réacteurs nucléaires repoussées à l’hiver

Sendai_nucléaire_centrale_japonAprès une longue enquête de l’autorité de sûreté nucléaire japonaise visant à montrer qu’ils étaient bien en conformité avec les nouvelles normes post Fukushima, les deux réacteurs de la centrale de Sendai ont reçu l’aval pour une relance au mois de juillet. Mais cette relance n’interviendra pas au moins d’octobre comme précédemment annoncé. En raison de délais administratifs, cette relance devrait être repoussée à l’hiver.  

L’exploitant de la centrale Kyushu Electric Power doit en effet encore remettre des documents concernant l’exploitation du site ainsi que les travaux prévus avant la relance de la centrale. Ces documents indispensables pour la validation technique définitive de la NRA (l’autorité de sûreté nippone) ne seront pas probablement pas transmis avant septembre, et validés avant novembre.

Une fois ces documents étudiés par la NRA, il faudra encore que Kyushu Electric Power patiente quelques semaines, le temps que les autorités locales donnent à leur tour leur accord à la relance de Sendai 1 et 2. Au Japon, l’avis des autorités locales est en effet indispensable pour pouvoir exploiter une centrale nucléaire.

L’avis des autorités nationales ne fait lui guère de doute, le gouvernement nippon s’étant prononcé depuis son élection en faveur de la relance de tous les réacteurs qui présentent des conditions de sûreté optimales.

La relance du nucléaire au Japon est principalement motivée par des raisons d’ordre économique. La facture énergétique du pays a en effet explosée depuis la catastrophe de Fukushima et la hausse des importations d’hydrocarbures qui ont permis de compenser l’arrêt du parc nucléaire.

Hormis les 2 réacteurs de Sendai, des dossiers de relance ont été déposés pour 17 autres réacteurs nippons. Mais compte tenu des délais nécessaires à la NRA, aucun d’entre eux ne pourra être relancé en 2014. Environ 9 mois par réacteur sont nécessaires à l’autorité de sûreté nucléaire pour se prononcer sur une relance.

Rédigé par : arthur-leroy

Avatar
ven 21 Fév 2014
Après deux années de conflits avec son ancien groupe, Areva, Anne Lauvergeon semble décidée à tourner la page. C’est en tous cas ce qu’indiquent les retraits de ses plaintes contre le consultant Marc Eichinger et contre l’agence d’intelligence économique, Alp…
lun 14 Jan 2013
Le centre de traitement des blessés radiocontaminés (CTBRC) de Brest a été inauguré la semaine dernière par Jean-Marc Debonne, directeur central du service de santé des armées. L'occasion de revenir sur ce service médical particulier. Entre 2007 et 2009, Jean-Marc…
ven 25 Jan 2013
Un incident de niveau 1 sur l’échelle INES s’est déroulé dans la nuit de mardi à mercredi, à la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire. A minuit, un dégagement de fumée est détecté sur l’unité de production numéro 2. Ce dégagement était…
ven 16 Oct 2015
Le ministère de l’Économie allemand vient de rendre un rapport qui rassure les investisseurs du nucléaire. Réalisé en partenariat avec le cabinet d’audit Warth & Klein Grant Thomton, l’audit du coût du démantèlement des centrales et de la gestion des…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.