L'avenir du nucléaire belge vu par l'ex-Directeur de l'agence de sûreté - L'EnerGeek

L’avenir du nucléaire belge vu par l’ex-Directeur de l’agence de sûreté

centrale-de-Tihange_photoHullieInterviewé par Matin Première, Willy De Roovere, l’ancien directeur de l’agence fédérale de contrôle nucléaire (l’équivalant de l’ASN française), est revenu sur le présent et l’avenir du parc nucléaire belge.

Selon De Roovere, même si les centrales ont initialement été conçues pour une durée de 30 ans, leur prolongation, si elle engendrerait des investissements importants, ne représenterait pas de risque pour la sûreté.

« Les centrales ont été adaptées continuellement. Dans le monde, par exemple aux Etats-Unis, il y a des centrales prévues pour un âge de 60 ans. Donc techniquement on peut remplacer des pièces, des grosses pièces même, comme ça se fait par exemple dans les avions ».

Il n’est en revanche théoriquement pas possible de remplacer la cuve d’un réacteur nucléaire, ce qui pose directement la question de l’avenir des réacteurs de Doel 3 et de Tihange 2, actuellement à l’arrêt après que des microfissures aient été détectées sur leur cuve.

Si des tests menés tout au long de la vie des centrales ont montré que des cuves peuvent normalement tenir 60 ans, les défauts constatés sur les deux réacteurs cités précédemment posent un autre problème.

« Dans le cas de Doel 3 et de Tihange 2, ce sont des problèmes spécifiques. A savoir des fissures qui sont parallèles à la surface dans une partie inférieure dans la cuve. Il faut voir si ces fissures sont supportables ou non, mais ce n’est pas le matériau de base qui est en question ». L’analyse d’échantillons prélevés sur les cuves devrait apporter des éléments de réponse.

Si Willy De Roovere ne semble pas très préoccupé par l’état des cuves (les microfissures datant selon lui de la construction du réacteur), il signale en revanche que leur maintien à l’arrêt par mesure de précaution pourrait engendrer un risque de black-out en cas d’un prochain hiver rigoureux.

« C’est tout de même un gros paquet qui manque avec ces réacteurs à l’arrêt. Il faut donc aller chercher l’énergie en dehors de notre pays. Mais si les Etats voisins ont besoin de cette électricité, et ne peuvent pas nous la vendre, je ne suis effectivement pas certain que ce sera une vie facile durant cette période… »

Considérant la place du nucléaire dans le mix belge, même s’il n’est pas judicieux pour l’ancien patron de l’agence fédérale de contrôle nucléaire de renoncer à l’atome aussi rapidement que l’Allemagne, il semble davantage favorable à l’allongement  de la durée de vie des réacteurs existants qu’à la construction de nouveaux.

« Une nouvelle centrale, c’est jusqu’à dix ans de construction, puis peut-être trente ou quarante ans de fonctionnement. Cette longue période demande une stabilité de décision : si venait à être validée la construction d’une nouvelle centrale, il faut que les gouvernements qui suivent ne changent pas l’accord, ni les lois, ce qui permettrait un business plan qui tient la route ».

Pour conclure, il ajoute :  « il nous faut de l’électricité. L’énergie verte a sa place, et, personnellement, je ne suis pas 100% favorable au nucléaire s’il n’y a pas de réflexion. Mais je pense qu’il a tout de même se place dans les différents moyens de production ».

Rédigé par : arthur-leroy

Avatar
mar 11 Oct 2022
C’est un revirement inattendu pour la célèbre activiste écologique désormais âgée de 19 ans. Dans une interview, Greta Thunberg s’est déclarée favorable au nucléaire pour lutter contre le réchauffement climatique.   Interrogée par la télévision allemande sur le choix de…
mer 27 Déc 2023
Sur le front de la production d’énergie, l’effet du retour à une situation quasi-normale pour le parc nucléaire français s’est fait sentir. La France a même établi un record historique d’exportation, un an seulement après un des hivers où les…
jeu 11 Jan 2024
En plein cœur de l'hiver 2024, la France fait face à un pic de consommation électrique atteignant 83.5 GW. Bien que loin du record de 2012, cette hausse témoigne de l'adaptabilité et de l'efficacité du réseau électrique national.    …
L'augmentation du coût de l'énergie et l'inflation poussent de nombreux ménages français à prendre des mesures drastiques pour réduire leur facture de chauffage. Huit Français sur dix ont réduit leur chauffage pendant l'hiver La sobriété énergétique est-elle un choix ?…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.