L'avenir du nucléaire belge vu par l'ex-Directeur de l'agence de sûreté - L'EnerGeek

L’avenir du nucléaire belge vu par l’ex-Directeur de l’agence de sûreté

centrale-de-Tihange_photoHullieInterviewé par Matin Première, Willy De Roovere, l’ancien directeur de l’agence fédérale de contrôle nucléaire (l’équivalant de l’ASN française), est revenu sur le présent et l’avenir du parc nucléaire belge.

Selon De Roovere, même si les centrales ont initialement été conçues pour une durée de 30 ans, leur prolongation, si elle engendrerait des investissements importants, ne représenterait pas de risque pour la sûreté.

« Les centrales ont été adaptées continuellement. Dans le monde, par exemple aux Etats-Unis, il y a des centrales prévues pour un âge de 60 ans. Donc techniquement on peut remplacer des pièces, des grosses pièces même, comme ça se fait par exemple dans les avions ».

Il n’est en revanche théoriquement pas possible de remplacer la cuve d’un réacteur nucléaire, ce qui pose directement la question de l’avenir des réacteurs de Doel 3 et de Tihange 2, actuellement à l’arrêt après que des microfissures aient été détectées sur leur cuve.

Si des tests menés tout au long de la vie des centrales ont montré que des cuves peuvent normalement tenir 60 ans, les défauts constatés sur les deux réacteurs cités précédemment posent un autre problème.

« Dans le cas de Doel 3 et de Tihange 2, ce sont des problèmes spécifiques. A savoir des fissures qui sont parallèles à la surface dans une partie inférieure dans la cuve. Il faut voir si ces fissures sont supportables ou non, mais ce n’est pas le matériau de base qui est en question ». L’analyse d’échantillons prélevés sur les cuves devrait apporter des éléments de réponse.

Si Willy De Roovere ne semble pas très préoccupé par l’état des cuves (les microfissures datant selon lui de la construction du réacteur), il signale en revanche que leur maintien à l’arrêt par mesure de précaution pourrait engendrer un risque de black-out en cas d’un prochain hiver rigoureux.

« C’est tout de même un gros paquet qui manque avec ces réacteurs à l’arrêt. Il faut donc aller chercher l’énergie en dehors de notre pays. Mais si les Etats voisins ont besoin de cette électricité, et ne peuvent pas nous la vendre, je ne suis effectivement pas certain que ce sera une vie facile durant cette période… »

Considérant la place du nucléaire dans le mix belge, même s’il n’est pas judicieux pour l’ancien patron de l’agence fédérale de contrôle nucléaire de renoncer à l’atome aussi rapidement que l’Allemagne, il semble davantage favorable à l’allongement  de la durée de vie des réacteurs existants qu’à la construction de nouveaux.

« Une nouvelle centrale, c’est jusqu’à dix ans de construction, puis peut-être trente ou quarante ans de fonctionnement. Cette longue période demande une stabilité de décision : si venait à être validée la construction d’une nouvelle centrale, il faut que les gouvernements qui suivent ne changent pas l’accord, ni les lois, ce qui permettrait un business plan qui tient la route ».

Pour conclure, il ajoute :  « il nous faut de l’électricité. L’énergie verte a sa place, et, personnellement, je ne suis pas 100% favorable au nucléaire s’il n’y a pas de réflexion. Mais je pense qu’il a tout de même se place dans les différents moyens de production ».

Rédigé par : arthur-leroy

ven 26 Juin 2015
La France et l’Arabie saoudite vont étudier la faisabilité de la construction de deux réacteurs de type EPR dans le royaume wahhabite. C'est du moins ce qu'il est ressorti ce mercredi 24 juin d'un entretien entre Laurent Fabius, ministre des…
lun 6 Fév 2017
Le gouvernement a autorisé, par arrêté publié samedi 4 janvier au Journal officiel, le redémarrage du réacteur n°2 de la centrale de Paluel à l'arrêt depuis près de 18 mois. Prévue pour novembre, la relance de ce réacteur nécessitait une…
lun 6 Mar 2017
L'Inspecteur Général pour la Sûreté Nucléaire et la Radioprotection (IGSNR), François de Lastic, a présenté dans un rapport officiel publié vendredi 3 mars dernier, ses appréciations concernant l’état de la sûreté et de la radioprotection au sein du groupe EDF,…
mer 30 Avr 2014
Selon des ingénieurs du MIT, qui tentent comme beaucoup d’autres de tirer les leçons de la catastrophe de Fukushima Daiichi, la réalisation d’une centrale nucléaire offshore permettrait d’éviter les risques liés aux tsunamis et autres phénomènes naturels imprévisibles. Plus sûr…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.