En mer du Nord, les phoques chassent autour des éoliennes offshore - L'EnerGeek

En mer du Nord, les phoques chassent autour des éoliennes offshore

Tourism office Cayeux-sur-MerLe phoque a beau avoir l’air mignon, il ne faut pas se fier à cette apparence inoffensive. Sous ses airs sympathiques, le mammifère marin est un redoutable chasseur qui doit ingurgiter la bagatelle de 10 kilogrammes de viandes quotidiennement pour être rassasié. Un défi quotidien dans lequel l’Homme l’a récemment aidé, bien involontairement. En effet, selon une étude publiée dans Current Biology, les phoques peuplant la mer du Nord ont trouvé un nouveau terrain de chasse privilégié: les éoliennes offshore.

Les édifices construits par l’Homme en plein cœur du désert de sable de la mer du Nord sont, pour les animaux marins, de véritables oasis. Tout autour de ces constructions, la vie aquatique foisonne. Une aubaine pour les prédateurs marins qui y trouvent tout ce dont ils ont besoin : poissons, crustacés ou encore coquillages. Parmi les parcs éoliens les plus prisés des cousins de l’éléphant de mer, on retrouve ceux se situant au large de l’Angleterre (Sheringham Shoal) et de l’Allemagne (Alpha Ventus).

Le Docteur Jan Haelers, expert en mammifères marins de l’UGMM (Unité de Gestion du Modèle Mathématique de la mer du Nord) explique ce phénomène par le fait que « le socle des éoliennes représente un substrat dur au milieu du substrat sableux. Y évoluent dès lors d’autres espèces de poissons, comme le tacaud et le cabillaud, et en densité bien supérieure à celle observée en présence du seul substrat sableux, lequel est le repaire des poissons plats, comme les plies et les soles ». Il rajoute, dans le même sens : « au pied des éoliennes, on trouve également des mollusques et des crustacés en nombre ».

Le nouveau comportement des phoques a été découvert grâce à des balises GPS avec lesquelles des chercheurs anglais ont équipé les mammifères marins. Ces derniers ont pu dès lors observer des mouvements « en forme de grille, comme si les phoques concentraient leur activité autour des turbines des éoliennes ». Ces grilles montraient en fait que les phoques se déplaçaient suivant des lignes droites entre les bases des éoliennes, précisent les scientifiques à l’origine de l’étude. À noter que le même phénomène de concentration de la chasse existe autour des pipelines sous-marins.

Encore une preuve que, quand l’Homme agit sur son environnement, il est impossible de connaître toute les conséquences, surtout quand les modifications ont trait à des modifications comportementales animales. Les scientifiques qui ont réalisé l’étude s’interrogent à ce sujet sur ce qu’ils appellent des « pièges écologiques », capables de bouleverser l’écosystème marin.

Par exemple, la construction des éoliennes a-t-elle augmenté le nombre de proies ou juste leur concentration géographique ? Les engins de maintenance des parcs éoliens en mer provoqueront ils des perturbations pour les phoques ? Des questions qu’il est légitime de poser afin de pouvoir quantifier les conséquences de l’action humaine sur l’environnement et, à l’avenir, agir en connaissance de cause.

Crédits photo : Tourism office, Cayeux-sur-Mer

Thomas Perard

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 20 Mar 2017
Si la production d'énergie provenant de sources renouvelables (EnR) reste inégale selon les pays membres de l'Union Européenne, elle a néanmoins enregistré une forte hausse de sa part dans la consommation énergétique globale en l'espace d'une décennie. Selon un communiqué…
ven 7 Sep 2018
Huitième consommateur d’énergie au monde, le Brésil est considéré par EDF Renouvelables (nouveau nom de EDF EN) comme un marché porteur pour l’avenir compte tenu de ses ambitions dans le développement des énergies propres à l’international. Le groupe français y…
lun 19 Mar 2018
Faisant écho à ceux mis en place dans les filières éolienne et méthanisation, Sébastien Lecornu, secrétaire d’État au ministère de la Transition écologique et solidaire, a confirmé jeudi 15 mars 2018 sur CNews, le lancement d’un groupe de travail national supplémentaire…
lun 16 Juin 2014
Avec l'arrivée des groupes français EDF et Bouygues en tant que partenaires techniques du projet, la centrale biomasse ivoirienne Biovea semble plus que jamais lancée sur les rails de son ouverture, prévue fin 2015. Porté par la société Biokala, ce…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.