En mer du Nord, les phoques chassent autour des éoliennes offshore - L'EnerGeek

En mer du Nord, les phoques chassent autour des éoliennes offshore

Tourism office Cayeux-sur-MerLe phoque a beau avoir l’air mignon, il ne faut pas se fier à cette apparence inoffensive. Sous ses airs sympathiques, le mammifère marin est un redoutable chasseur qui doit ingurgiter la bagatelle de 10 kilogrammes de viandes quotidiennement pour être rassasié. Un défi quotidien dans lequel l’Homme l’a récemment aidé, bien involontairement. En effet, selon une étude publiée dans Current Biology, les phoques peuplant la mer du Nord ont trouvé un nouveau terrain de chasse privilégié: les éoliennes offshore.

Les édifices construits par l’Homme en plein cœur du désert de sable de la mer du Nord sont, pour les animaux marins, de véritables oasis. Tout autour de ces constructions, la vie aquatique foisonne. Une aubaine pour les prédateurs marins qui y trouvent tout ce dont ils ont besoin : poissons, crustacés ou encore coquillages. Parmi les parcs éoliens les plus prisés des cousins de l’éléphant de mer, on retrouve ceux se situant au large de l’Angleterre (Sheringham Shoal) et de l’Allemagne (Alpha Ventus).

Le Docteur Jan Haelers, expert en mammifères marins de l’UGMM (Unité de Gestion du Modèle Mathématique de la mer du Nord) explique ce phénomène par le fait que « le socle des éoliennes représente un substrat dur au milieu du substrat sableux. Y évoluent dès lors d’autres espèces de poissons, comme le tacaud et le cabillaud, et en densité bien supérieure à celle observée en présence du seul substrat sableux, lequel est le repaire des poissons plats, comme les plies et les soles ». Il rajoute, dans le même sens : « au pied des éoliennes, on trouve également des mollusques et des crustacés en nombre ».

Le nouveau comportement des phoques a été découvert grâce à des balises GPS avec lesquelles des chercheurs anglais ont équipé les mammifères marins. Ces derniers ont pu dès lors observer des mouvements « en forme de grille, comme si les phoques concentraient leur activité autour des turbines des éoliennes ». Ces grilles montraient en fait que les phoques se déplaçaient suivant des lignes droites entre les bases des éoliennes, précisent les scientifiques à l’origine de l’étude. À noter que le même phénomène de concentration de la chasse existe autour des pipelines sous-marins.

Encore une preuve que, quand l’Homme agit sur son environnement, il est impossible de connaître toute les conséquences, surtout quand les modifications ont trait à des modifications comportementales animales. Les scientifiques qui ont réalisé l’étude s’interrogent à ce sujet sur ce qu’ils appellent des « pièges écologiques », capables de bouleverser l’écosystème marin.

Par exemple, la construction des éoliennes a-t-elle augmenté le nombre de proies ou juste leur concentration géographique ? Les engins de maintenance des parcs éoliens en mer provoqueront ils des perturbations pour les phoques ? Des questions qu’il est légitime de poser afin de pouvoir quantifier les conséquences de l’action humaine sur l’environnement et, à l’avenir, agir en connaissance de cause.

Crédits photo : Tourism office, Cayeux-sur-Mer

Thomas Perard

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 23 Déc 2014
EDF EN Canada, filiale du groupe EDF spécialisée dans les énergies renouvelables, vient d'officialiser la mise en service d'une première partie du parc éolien géant de la Rivière-du-Moulin au nord-est du Canada. Un parc de 350 MW qui s'imposera d'ici…
jeu 31 Oct 2019
Les 3 et 4 décembre 2019, les Assises de l'économie de la mer se pencheront sur l'avenir des énergies marines renouvelables (EMR). Les énergies bleues devraient enregistrer une forte progression dans les prochaines années, mais elles demeurent pour l'instant minoritaires.…
ven 6 Jan 2017
La société ekWateur, nouvelle venue sur le marché de la fourniture d’énergie en France, a annoncé jeudi 5 janvier, avoir levé 2 millions d'euros afin d'accélérer son développement. Son objectif, convaincre les consommateurs des atouts d'une énergie 100% renouvelable basée…
mar 7 Mar 2017
Alors que la première phase réservée au dépôt des candidatures s'achevait lundi 6 mars, après une rallonge de quelques jours octroyée par le gouvernement, le consortium composé du groupe français Engie et de son partenaire portugais EDP Renewables a finalement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.