Manuel Valls défend la filière nucléaire - L'EnerGeek

Manuel Valls défend la filière nucléaire

Manuel_Valls_filière_nucléaireLe Premier ministre Manuel Valls s’est rendu ce vendredi 20 juin sur le site industriel d’Areva du Creusot. Cette visite organisée seulement deux jours après la présentation du projet de loi de transition énergétique par Ségolène Royale, aura permis au Premier ministre de réaffirmer le soutien du gouvernement à la filière nucléaire et toute la place qu’elle devra jouer dans la transition énergétique à venir.

Comme l’a déclaré Manuel Valls devant les salariés du site d’Areva au Creusot, un site spécialisé dans la fabrication d’équipements nucléaires, « la filière nucléaire, c’est donc une filière d’avenir pour notre pays. Oui, une filière d’avenir”. “Elle incarne une part de notre génie industriel. Et c’est grâce au nucléaire que nous pourrons avancer en matière de transition énergétique ».

Alors que l’avenir de la filière nucléaire pourrait être remis en cause en plein débat sur la transition énergétique, le Premier ministre a souhaité ici défendre les mérites de l’industrie nucléaire française à l’international et assurer à la filière une place de choix dans l’évolution de notre mix énergétique. “Cette industrie particulièrement compétitive (…) gardera une place de premier plan, unique au monde, dans notre mix énergétique. C’est une fierté et un pilier de notre économie. L’État sera toujours là pour la soutenir et pour l’encourager dans ses projets à l’export” a-t-il ajouté.

Des propos qui se font l’écho des dispositions présentées mercredi dernier par la ministre de l’Ecologie et de l’Energie dans le cadre du projet de loi sur la transition énergétique. Ces dispositions auront finalement été assouplies à l’encontre du secteur nucléaire puisqu’aucune prise de position définitive n’a été adoptée quant à l’avenir du nucléaire dans notre pays. Si ce projet valide néanmoins l’objectif présidentiel de ramener à 50% la part du nucléaire dans la consommation finale d’électricité et limite le parc nucléaire à son niveau actuel, le dispositif initialement prévu permettant à l’État de fermer des réacteurs nucléaires pour des motifs stratégiques n’a finalement pas été retenu.

La visite du Premier Ministre à l’usine du Creusot intervient alors que le groupe Areva inaugurait une nouvelle presse de 9000 tonnes afin, selon un communique du groupe industriel, de “répondre à la demande du marché nucléaire mondial en composants lourds de réacteurs”.

Crédits photo : Claude TRUONG-NGOC

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 6 Mai 2019
L’EPR, réacteur nucléaire dit de « troisième génération », commence à faire ses preuves. Une technologie qui va donc contribuer à la transition énergétique en France et dans le monde. Si elle présente de nombreux avantages, cette génération de réacteurs…
mar 21 Mar 2017
Fragilisé à plusieurs reprises ces dernières années lors des arrêts temporaires de trois réacteurs nucléaires pour cause de maintenance, le système d'approvisionnement belge ne semble pas pouvoir se passer dans l'immédiat de ses centrales de production nucléaire sans faire peser…
Pour le co-fondateur du Breakthrough Institute, Michael Shellenberger, la transition énergétique à l’échelle mondiale n’est pas à l’ordre du jour. En effet, il affirme que lors des dix dernières années, la part des énergies propres a diminué tandis que celle…
lun 21 Oct 2013
Déjà annoncé dans la presse au cours des derniers jours, l’accord entre EDF et Londres sur la construction de deux réacteurs nucléaires de type EPR a été officialisé lundi 21 octobre. S’il doit encore obtenir l’aval de Bruxelles, le projet…

COMMENTAIRES

  • Objectivement, nous n’avons pas le choix. Que quelqu’un propose une autre solution crédible, argumentée et chiffrée.

    Répondre
  • Bien d’autres solutions existent ( y compris nucléaire ! ) , argumentées et chiffrées depuis des décennies !… Pour les” chiffres”, il suffira que le Service “Public” verse les subventions qu’accaparait le clan nucléaire !… Rien qu’avec le dixième, les parcs éolien et “solaires” feraient des merveilles !… Sans compter la “vieille” houille blanche ( scandaleusement sous-employée ) et la géothermie !… Quand ils sont convenablement subventionnés, les artistes réussissent !… Le reste, c’est leur talent, qui n’appartient qu’à eux !…
    Le nucléaire a été super-soutenu, voire nourri ( y compris dans la faillite de la filière graphite-gaz ) tandis que les énergies concurrentes se faisaient pourrir la vie par des administrations “objectives” et des campagnes médiatiques “objectives” ( en fait publicitaires ) !…. Ces faits sont de notoriété publique, comme il l’est maintenant de “savoir” que l’histoire du nucléaire répondait avant tout à l’enrichissement de quelques-uns et nullement à un progrès économique et social !… ( Les références sur Google ne manquent pas, y compris des ouvrages en ligne ; ou plus “classiquement”, les rayonnages de n’importe quelle bibliothèque municipale !…)

    Répondre
  • Cela confirme bien l’entourloupe du projet de loi sur la “transition énergétique”. On garde le nucléaire comme il est et on continue.

    Une très bonne analyse sur ce sujet.

    http://energeia.voila.net/nucle/ambiguite_nucleaire.htm

    Car 50% nucléaire : 50% de quelle quantité ?

    Ce n’est pas en gardant intacte la puissance nucléaire à 63 GW, en remplaçant simplement de vieux réacteurs par de nouveaux EPR hors de prix, que l’on va réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.