Pour EDF, le nucléaire historique aidera la France à sortir de la crise - L'EnerGeek

Pour EDF, le nucléaire historique aidera la France à sortir de la crise

centrale_nucleaireA l’occasion de l’assemblée générale annuelle des actionnaires d’EDF, son PDG Henri Proglio a évoqué l’avenir du groupe alors que son mandat s’achève en novembre. Pour lui, il faut poursuivre la politique axée autour d’une électricité bon marché et des centrales nucléaires dont il souhaite voir la durée de vie prolongée dans les années à venir pour contribuer à la sortie de la crise économique.

« Pour les cinq à dix ans qui viennent, notre mission impérative est de contribuer à la sortie de la crise et à la préservation du pouvoir d’achat et de l’emploi » a déclaré Henri Proglio, qui estime tout de même que le coût de l’électricité facturée doit être quelque peut être rehaussé pour refléter les coûts réel de production (« Il faudra qu’un jour les coûts soient rejoints par les tarifs, sans pour autant amputer la compétitivité et le pouvoir d’achat des Français »).

La France propose l’une des électricités parmi les moins chères d’Europe grâce à ses parcs nucléaire (75% de l’électricité produite) et hydraulique (plus de 10%), deux sources d’énergie qui en outre présente l’avantage de ne pas émettre de CO2.

Si Henri Proglio a aussi mis l’accent sur l’importance et de l’efficacité énergétique et des économies d’énergie, il pense donc que prolonger la durée de vie du parc nucléaire historique au delà de 40 ans est la condition sine qua non d’une maîtrise du coût de l’électricité.

Selon EDF, le coût moyen de l’électricité d’origine nucléaire sera, pour les prochaines années en France, de 55 euros le mégawatheure (contre environ 80 euros pour l’éolien terrestre et plus de 100 euros pour le solaire). Un coût qui sera, selon Henri Proglio, confirmé dans les semaines à venir par la Cour des Comptes.

Les travaux de maintenance lourde nécessaires pour prolonger la durée de vie du parc nucléaire historique nécessiteront eux quelques 55 milliards d’investissement d’ici à 2025.

Prolonger la durée de vie du parc historique est selon le patron d’EDF d’autant plus important que le marché de l’électricité européen est dans une impasse : les énergéticiens n’ont plus les moyens d’investir dans de nouvelles sources de production conventionnelle comme les centrales à gaz, à cause de la concurrence des énergies renouvelables qui reçoivent des subventions. A défaut de nouveaux moyens de production plus modernes, ils ont donc tendance à se réorienter vers le charbon, combustible très bon marché mais fortement émetteur de CO2, pour assurer la production électrique de base.

Rédigé par : arthur-leroy

Avatar
jeu 24 Nov 2016
Interrogé par le Figaro mardi 22 novembre, Pierre-Franck Chevet, le Président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), a fournis quelques précisions quant aux capacités disponibles du parc nucléaire français pour cet hiver. Les réacteurs d'EDF actuellement à l'arrêt, soit une…
lun 10 Nov 2014
L’Afrique du Sud et la Chine ont annoncé le 07 novembre 2014 la signature d’un accord-cadre de coopération prévoyant le lancement d’une phase préparatoire en vue de l’éventuelle utilisation de la technologie nucléaire chinoise en Afrique du Sud. Le pays…
A la fin du mois de juin, l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) a publié le World Energy Outlook Special Report sur le thème “Energy and Air Pollution”. Dans ce document, les experts indiquent qu’une hausse de 7 % des investissements…
mar 6 Juin 2017
Entamée en 2006, la déconstruction du réacteur Superphénix situé sur le site nucléaire de Creys-Malville en Isère, progresse à un rythme régulier. Le groupe EDF a engagé, jeudi 1er juin 2017, une étape majeure de son processus de démantèlement :…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.