Pakistan : solaire, nucléaire et charbon pour mettre fin à la pénurie énergétique - L'EnerGeek Pakistan : solaire, nucléaire et charbon pour mettre fin à la pénurie énergétique - L'EnerGeek

Pakistan : solaire, nucléaire et charbon pour mettre fin à la pénurie énergétique

Pakistant_désertL’objectif du Pakistan est de mettre fin aux coupures de courant à répétition qui frappent le pays et de réduire le déficit énergétique, qui est de plus de 4000 mégawatts. Pour cela, le gouvernement a opté pour différentes solutions. Tout d’abord, une centrale nucléaire est en cours de construction depuis le 27 novembre 2013. Après avoir trouvé d’importants gisements de charbon sur le territoire, le gouvernement a également décidé de construire plusieurs centrales à charbon. Pour finir, l’installation d’un vaste parc solaire dans le désert du Cholistan vient de débuter. En attendant la fin de la pénurie énergétique, dans les régions rurales isolées, les habitants doivent faire avec les moyens du bord. 

La plus grande centrale nucléaire du pays en chantier 

Les trois réacteurs nucléaire du Pakistan possèdent une puissance de 740 mégawatts au total. Grâce à une nouvelle centrale nucléaire, le pays aura 2 200 mégawatts en plus.  Mais sur le long terme, le Premier ministre pakistanais, Nawaz Sharif, espère tirer 40 000 mégawatts d’électricité de l’énergie nucléaire.

« Cette centrale est l’une des premières étapes mises en œuvre pour atteindre notre objectif qui est de mettre fin aux coupures de courant au Pakistan », a déclaré Nawaz Sharif pendant la cérémonie de lancement des travaux, le 26 novembre 2013.

La centrale nucléaire la plus importante centrale du pays sera située en bordure de la mer d’Arabie, à 40 kilomètres de Karachi, ville la plus peuplée et capitale économique du Pakistan, avec 20 millions d’habitants. Dans ce projet, le Pakistan a dépensé 13 millions de dollars pour acquérir trois réacteurs nucléaires provenant de Chine.

Le charbon : une solution logique et peu coûteuse

Récemment, de vastes gisements de charbon ont été découverts dans le sud du Pakistan. En janvier 2014, le Premier ministre a inauguré la construction de la première centrale à charbon du pays à proximité de la ville de Thar, qui coûtera 1,6 milliard de dollars.

En effet, même si le charbon est la source d’énergie qui émet le plus de gaz à effet de serre, elle est aussi la plus rentable. Un argument de poids dans un pays en développement, qui doit faire face à une explosion de la demande énergétique. De plus, le pays importe actuellement énormément de pétrole, avec le charbon, les frais d’importation baisseront.

Le pétrole est devenu hors de prix. La facture d’importation du précieux « or noir » a grimpé jusqu’à 14 milliards de dollars annuellement. De plus, les réserves de gaz du pays ont considérablement diminué. La transition vers le charbon suit donc une logique économique implacable, et ce malgré l’impact sur l’environnement.

« Je suis au courant des problèmes graves liés aux émissions de CO2, mais la pollution causée par le Pakistan demeurera insignifiante à l’échelle planétaire », assure Perves Hoodboy, un spécialiste pakistanais de l’énergie et du nucléaire. Il rappelle également que, même si le charbon a été responsable de 44% des émissions de CO2 dans le monde en 2011, le pays n’a pas d’autres choix.

Un territoire propice au développement de l’énergie solaire

Dans un pays où les habitants souffrent de la chaleur sans l’électricité nécessaire pour alimenter leur climatisation, le gouvernement a décidé de profiter de  ce soleil qui cogne pour lancer la construction de la première installation solaire du Pakistan. Les autorités provinciales  ont déjà injecté cinq millions de dollars dans la construction d’un gigantesque parc solaire dans un coin du désert du Cholistan. A terme, il devrait représenter 1000 mégawatts de puissance.

«D’ici à la fin de l’année, nous espérons être en mesure de produire 100 mégawatts d’énergie solaire. C’est la phase numéro 1. Après, le gouvernement invitera les entreprises à investir dans la filière pour le reste des 1’000 mégawatts», souligne Imran Sikandar Baluch, chef de l’administration de Bahawalpur.

Sur le long terme, ce projet permet d’introduire, certes plus lentement que le charbon, des énergies renouvelables. L’énergie solaire semble idéale au Pakistan où le potentiel est fort. Mais certains spécialistes restent sceptiques et doutent de sa viabilité économique. En effet, le pays devra importer toutes les technologies nécessaires pour un parc solaire. Le gouvernement et les 20 sociétés, qui investissent dans le projet, restent confiants. Pour eux, le parc devrait être rentable d’ici dix ans.

Les régions isolées, elles, se débrouillent

Dans les vallées du Cachemire, les habitants n’ont pas attendu la réaction du gouvernement face à cette crise énergétique. Ils se débrouillent, pour ne pas subir les coupures de courant qui peuvent durer 20 heures par jour.

Des familles ont  eu l’idée de construire leurs propres barrages hydro-électriques, sur des ruisseaux et des rivières de la région. « Une turbine a été installée pour être partagée par 50 familles, cela a coûté environ 2.000 euros. Nous en avions besoin. C’est notre seule source de lumière. Nous la démarrons à 15H00 chaque jour pour l’éteindre à 8H00 le matin suivant », explique Rahimullah, l’opérateur de cette installation sommaire de la vallée de Neelum.

La région produit 1 130 mégawatts, grâce à ses grands barrages hydro-électriques. Pourtant seulement 100 000 personnes sur les 200 000 habitants de la région ont accès à l’électricité du réseau national, et la majeure partie de cette électricité est redistribuée sur le réseau, sans que les locaux en profitent. Les petites turbines communautaires jouent donc un rôle très important pour les habitants de la vallée du Cachemire.

Crédit photo : Bahawalpuri

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 19 Juin 2013
Le Gabon et le groupe de négoce pétrolier suisse Gunvor ont conclu un accord portant sur la construction d’un hub énergétique à Port-Gentil, sur la façade atlantique de l’Afrique. L’accord a été conclu dans le cadre du New-York Forum Africa…
mer 5 Juin 2013
Contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, les panneaux solaires continuent de produire de l’énergie quand le temps est gris ou pluvieux. Mais cela n'empêche pas la production des panneaux solaires de chuter. L’association des professionnels de l’énergie solaire…
ven 24 Jan 2014
Youcef Yousfi, ministre algérien de l’Énergie et des Mines, estime que pour faire face à l'augmentation de la demande en électricité, l'Algérie sera obligée de recourir à l'énergie nucléaire. Le Ministre a indiqué sur les ondes de la radio nationale…
jeu 27 Nov 2014
L'agence de notation américaine Moody s'est intéressée, dans une de ses dernières études, aux perspectives de l'énergie nucléaire dans sept pays (Chine, Corée du Sud, Japon, États-Unis, Royaume-Uni, France et Allemagne). Les conclusions de ce rapport sont sans appels :…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *