Le CRE propose de revoir les mécanismes de soutien à l’éolien terrestre - L'EnerGeek

Le CRE propose de revoir les mécanismes de soutien à l’éolien terrestre

CRE_rapport_rentabilité_éolienne_terrestreCertaines filières d’énergie renouvelable comme l’éolien terrestre, pourraient bien se voir supprimer les subventions et le régime dérogatoire dont elles bénéficient actuellement. C’est en tous cas ce que préconise le CRE dans son dernier rapport sur les coûts et la rentabilité des énergies renouvelables en France métropolitaine. Une recommandation qui fait notamment écho au récent changement de cap de la Commission européenne sur le sujet.

Ainsi, selon une étude publiée ce jeudi 17 avril par la Commission de régulation de l’énergie (CRE), les énergies renouvelables telles que l’éolien ou le photovoltaïque, présenteraient à ce jour des taux de rentabilité élevés, autorisant une remise en question des aides publiques qui leur sont attribuées.

Particulièrement visé par cette recommandation, le secteur de l’éolien terrestre serait désormais considéré comme une énergie « mature » capable de supporter les mécanismes de marché et la mise en libre concurrence. Comme s’en explique le CRE, « les parcs éoliens à terre sont majoritairement financés via un financement de projet classique, avec un effet de levier qui peut parfois conduire à des rentabilités très significatives pour les actionnaires », voire « excessives ».

Soutenue par l’Etat qui fixe un prix d’achat de l’électricité produite supérieure au prix du marché, garanti sur 15-20 ans et auquel EDF ne peut se soustraire, la filière éolienne terrestre aurait donc vu ses marges progresser, alors même que les coûts de production dans cette filière sont en baisse. Une tendance qui résulte surtout de la baisse des coûts d’investissement liée aux prix des éoliennes plus avantageux et qui devrait se confirmer à long terme, la technologie éolienne étant aujourd’hui une technologie largement éprouvée.

Si ce mécanisme a bel et bien favorisé le développement des énergies renouvelables, il semble désormais difficilement justifiable au regard des coûts qu’il représente pour l’Etat comme pour les usagers. Le surcoût de cette subvention est en effet répercuté au consommateur final d’électricité via la Contribution au service public de l’électricité (CSPE), une taxe prélevée sur les factures d’électricité. Pour 2014, l’aide apportée aux énergies renouvelables (éolienne, solaire et biomasse) devrait totaliser 3,19 milliards d’euros sur une CSPE totale de 6,186 milliards, d’après les estimations de la commission.

Dans ce cadre, il serait donc temps selon les recommandations du CRE d’appliquer une logique de marché à ce secteur d’activité et de privilégier les mécanismes d’appel d’offres au tarif d’achat unique, afin de contrôler l’évolution des charges de l’électricité publique.

Concernant l’énergie solaire photovoltaïque, si la filière a également connu une diminution importante de ses coûts d’investissement, elle ne peut toutefois plus se prévaloir d’une rentabilité excessive. Le moratoire opéré par le gouvernement en 2010 sur ce secteur et la mise en place d’une tarification dynamique et de procédures d’appel d’offres fréquentes, ont déjà permis de limiter les tarifs et les volumes de production.

Crédits photo : Wagner Christian

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 28 Juil 2014
Le phoque a beau avoir l’air mignon, il ne faut pas se fier à cette apparence inoffensive. Sous ses airs sympathiques, le mammifère marin est un redoutable chasseur qui doit ingurgiter la bagatelle de 10 kilogrammes de viandes quotidiennement pour…
jeu 1 Sep 2016
L'énergie éolienne serait la source d'énergie qui affiche la plus importante croissance aux États-Unis. Mieux, les turbines éoliennes pourraient couvrir près de 10 % de la demande énergétique américaine d'ici quatre ans. C'est du moins ce qu'affirme l’Association américaine de…
lun 10 Avr 2017
Saisie par plusieurs associations anti-éoliennes opposées à la multiplication des turbines dans l'ancienne région Poitou-Charentes, la justice administrative a annulé, en seconde instance, le Schéma régional éolien validé en 2012 par Ségolène Royal, alors Présidente de la région. La cour…
mer 4 Avr 2018
La cour administrative d'appel de Nantes a une nouvelle fois rejeté, mardi 3 avril 2018, les recours déposés contre les projets de parcs éoliens offshore normands prévus au large de Fécamp en Seine-Maritime et des plages du Débarquement. Cette juridiction,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.