Une micro-turbine qui convertit la chaleur perdue en électricité - L'EnerGeek

Une micro-turbine qui convertit la chaleur perdue en électricité

Enolia_rankine_cycle_turbineUn nouveau partenariat scientifique entre IFP Energies nouvelles (IFPEN) et la société Enogia vient d’être officialisé. Spécialisée dans les techniques de valorisation énergétique, Enolia et son nouvel associé entendent commercialiser une gamme innovante de technologie Rankine, permettant de convertir la chaleur en électricité.  Une véritable aubaine pour cette start-up marseillaise désireuse de poursuivre son développement et de diversifier les utilisations possibles de sa technologie.

[stextbox id=”info”]Une technologie basée sur le système ORC[/stextbox]

Spécialisée dans l’élaboration de systèmes ORC (Organic Rankine Cycle) innovants, la société Enolia propose une nouvelle technologie capable de recycler la chaleur perdue en électricité. Basée sur le principe du cycle de Rankine, leur innovation repose sur une micro-turbine fonctionnant, à moindre échelle certes, mais de façon identique aux installations des centrales électriques.

Le cycle de Rankine évoqué ici est un modèle de cycle thermodynamique permettant de transformer de l’énergie thermique en énergie électrique. Ainsi, la chaleur récupérée est destinée à chauffer puis vaporiser un fluide organique, lui-même transféré dans une turbine alimentant un générateur. Le fluide organique est par la suite condensé afin de renouveler le processus.

Si comme son nom l’indique, le modèle ORC privilégie l’emploi de fluides organiques, présentant de nombreux avantages en termes de performance et de fiabilité, rappelons que le cycle de Rankine traditionnel utilisait l’eau comme fluide injecté dans des turbines à vapeur. Enolia a quant à elle choisi d’utiliser des fluides ininflammables, non toxiques et donc « écolo-compatibles », comme le rappelle Arthur Leroux, président de la start-up Enolia.

[stextbox id=”info”]Des perspectives de développement au niveau mondial[/stextbox]

Innovante, fiable et compétitive, la technologie d’Enogia est avant tout conçue pour revaloriser la chaleur perdue des gaz d’échappements des moteurs à combustion de 100 kW à 1 MW. Dans cette optique, elle serait donc applicable à la fois au marché des transports et à celui des installations stationnaires que sont les groupes électrogènes ou les systèmes de cogénération.

Si ces secteurs d’activité demeurent fortement concurrentiels, L’IFPEN ne s‘y sera pas trompé, la start-up marseillaise possède aujourd’hui de vrais atouts et est considérée comme l’un des spécialistes mondiaux sur le marché des turbines de petites puissances (à partir de 5 kW). Elle a par ailleurs déjà entrepris avec succès la commercialisation d’une gamme de produits améliorant le rendement des groupes électrogènes auprès d’exploitations agricoles (unités de méthanisation) en France et à l’étranger.

Ce nouveau partenariat arrive donc à point nommé pour Enogia et lui donnera très certainement les moyens et l’élan nécessaires pour atteindre les objectifs d’évolution économique fixés. Un programme de déploiement précis a d’ailleurs été évoqué.

Dans un premier temps, Enogia et IFPEN visent un développement sur l’ensemble des motorisations fluviales, navales et ferroviaires, puis à plus long terme sur les transports routiers. Ils envisagent ainsi une diminution de 5 à 10 % de la consommation de carburant. Parallèlement, une application de ce système aux différentes installations stationnaires serait effectivement envisageable, puisqu’il permettrait concrètement de produire 5 à 10 % d’électricité en plus.

Des unités pilotes sont également en cours d’installation sur des sites industriels et de recherche.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 9 Déc 2015
Alors que la Banque mondiale souligne les « progrès exceptionnels » réalisés par la Côte d’Ivoire d’Alassane Ouattara, l’institution internationale invite le pays à redoubler d’efforts dans le secteur de l’agriculture et de l’énergie. Dans cette optique, le pays veut notamment construire…
mar 14 Oct 2014
Après avoir inauguré, en février dernier, le siège mondial du centre de technologie dédié à l'hydroélectricité, Alstom renforce son engagement dans le secteur de l'énergie renouvelable hydraulique: le groupe énergétique français et son partenaire l’Institut Polytechnique de Grenoble (INP) ont…
mar 15 Mar 2016
Le groupe français Engie a signé début mars un protocole d’accord avec les Suisses de Susi Partners. Les deux entreprises s’intéressent effectivement au stockage de l'électricité, considéré par beaucoup comme une technologie de rupture. (suite…)
lun 25 Jan 2016
Mise en cause bien souvent pour son intermittence, l'énergie solaire procure encore aujourd'hui des rendements faibles du fait de certaines limites technologiques et de conditions météorologiques changeantes. Pourtant, comme le fait remarquer Jean-François Guillemoles, directeur de recherche au CNRS, dans le…

COMMENTAIRES

  • Je trouve géniale le concept de cette micro-turbine qui convertit la chaleur perdue en électricité.
    Elle contribuera certainement à la sauvegarde de la planète de l’effet de serre provoqué en grande partie à l’utilisation abusive des énergies fossiles. Bravo pour cette Start-up marseillaise . Je ne saurais que l’encourager à améliorer davantage son produit phare, surtout qu’elle a le soutien du nouveau partenariat scientifique entre IFP Energies nouvelles (IFPEN) et la société Enogia .

    c’est aussi une belle opportunité pour les pays en voie de développement pour permettre à leur population d’avoir accès à l’électricité à moindre coût.

    Répondre
  • 22dOn kokkeja ja kokkeja. Toiset osaa tehdä ilman kokin koulutustakin maittavia allergiaruokia, toiset on niin putkiaivoisia, etteivät aivot taivu allergioihin ja sitten syytteen saa syyttömät. Eiköhän tässä ole kokilla asenneongelma, johon auttaisi jos oman erinomaisuuden sijaan keskittyisi miettimään, mitähän ihmettä asiakaspalvelu on…ai niin ei kai tällainen kokki miellä itseään palvelijaksi vaan ruoan laiton kuninkaaksi, jota pitäisi pienten alilkgekkoraurkojen kumartaa ja kunnioittaa.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.